5 535.26 PTS
-0.12 %
5 537.0
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 427.90
-0.10 %
DAX PTS
13 559.60
+0.71 %
Dowjones PTS
26 210.81
-0.01 %
6 963.46
+0.83 %
Nikkei PTS
24 038.48
-0.36 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Mesure ciblant les Tunisiennes: les Emirats craignent un attentat, selon Tunis

| AFP | 610 | Aucun vote sur cette news
Des avions de la compagnie Emirates sur le tarmac de l'aéroport de Dubaï, le 14 septembre 2017
Des avions de la compagnie Emirates sur le tarmac de l'aéroport de Dubaï, le 14 septembre 2017 ( GIUSEPPE CACACE / AFP/Archives )

La mesure prise par les Emirats arabes unis à l'encontre des voyageuses tunisiennes, à l'origine d'une vive controverse, est due à la crainte d'un attentat pouvant être commis par des femmes titulaires d'un passeport tunisien, a affirmé lundi la présidence tunisienne.

Dimanche soir, la Tunisie a annoncé avoir suspendu les liaisons quotidiennes de la compagnie aérienne Emirates en raison de l'imbroglio persistant autour du droit des femmes tunisiennes à embarquer sur des vols à destination des Emirats.

Les autorités tunisiennes parlent d'"une interdiction faite aux Tunisiennes de se rendre aux Emirats" qui les a obligées à intervenir à plusieurs reprises au cours des derniers jours en soutien à leurs ressortissantes, à Tunis mais aussi à Abou Dhabi et Beyrouth.

Les Emirats ont, eux, évoqué des questions de "sécurité" et des mesures "spécifiques et temporaires", sans aucune autre explication.

"Il y a des informations sécuritaires sérieuses chez les autorités émiraties sur la possibilité d'attentats terroristes", a dit la porte-parole de la présidence tunisienne, Saïda Garrach, sur les ondes de la radio Shems FM.

"Les données qu'elles ont, c'est que dans le cadre du retour des combattants (jihadistes) et leur sortie de Syrie essentiellement, et d'Irak", il existe "une possibilité d'attentat terroriste dans lequel seraient impliquées des femmes soit Tunisiennes soit porteuses d'un passeport tunisien", a ajouté Mme Garrach, laissant entendre que ces femmes pouvaient recourir à de fausses identités.

Pour Saïda Garrach, si la Tunisie peut "comprendre" les craintes émiraties, elle ne peut "accepter la manière dont les femmes tunisiennes ont été traitées".

La compagnie Emirates a reçu "des instructions claires" pour interdire aux Tunisiennes l'accès à leurs avions, a-t-elle encore souligné.

- 'Discriminatoire' -

Vendredi, selon plusieurs témoignages, les voyageuses du vol Tunis-Dubaï ont été informées par les agents d'Emirates que toutes les Tunisiennes, quel que soit leur âge, n'avaient pas le droit d'embarquer, sans la moindre explication.

L'ambassadeur des Emirats à Tunis a dû rapidement s'expliquer au ministère tunisien des Affaires étrangères. Il a alors assuré que l'interdiction avait été "levée", et les voyageuses ont finalement pu prendre part au vol pour Dubaï.

La situation s'est toutefois reproduite tout le week-end, y compris à l'étranger, bloquant à chaque fois les voyageuses pendant plusieurs heures avant que les autorités tunisiennes n'interviennent.

L'affaire a enflammé médias et réseaux sociaux en Tunisie. Plusieurs ONG et partis politiques ont dénoncé une mesure "discriminatoire" et demandé aux autorités tunisiennes de se montrer "fermes".

Lundi, le chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi a dit "veiller à ce que les droits de la femme tunisienne ne soient pas atteints, quelles que soient les justifications", selon un communiqué de la présidence.

Mais il a aussi chargé son ministre des Affaires étrangères Khemaïes Jhinaoui d'"oeuvrer à dépasser ces problèmes le plus vite possible pour préserver les relations de fraternité et de coopération" avec les Emirats.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2018

Tout faire pour convaincre la Cour d'appel de son bon droit...

Publié le 23/01/2018

Revue collective du dossier réglementaire...

Publié le 23/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 23/01/2018

  Atari innove pour accélérer le développement de son catalogue de plus de 200 jeux Accord avec StartEngine pour financer un premier jeu, RollerCoaster Tycoon®, sur la…

Publié le 23/01/2018

"Cet exercice a également été marqué par le franchissement d'étapes majeures sur nos axes prioritaires de développement"...

CONTENUS SPONSORISÉS