En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 341.95 PTS
-1.77 %
5 281.0
-1.70 %
SBF 120 PTS
4 217.40
-1.79 %
DAX PTS
12 010.83
-1.86 %
Dowjones PTS
25 764.00
+0.00 %
7 503.68
+0.00 %
1.116
+0.07 %

La sucrerie Saint-Louis d'Eppeville paralysée par la grève

| AFP | 113 | Aucun vote sur cette news
Manifestation contre la fermeture de la sucrerie Saint-Louis d'Eppeville, le 20 mars 2019 dans la Somme
Manifestation contre la fermeture de la sucrerie Saint-Louis d'Eppeville, le 20 mars 2019 dans la Somme ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

La sucrerie Saint-Louis d'Eppeville, promise à la fermeture, était paralysée jeudi par la grève d'une partie des salariés, qui entendent "faire pression" sur la direction dans le cadre de négociations sur le futur PSE, a-t-on appris auprès des syndicats.

"Nous faisons grève de 09H00 à 17H00, et nous nous rassemblons devant l'usine", à l'appel d'une intersyndicale CGT-FO-CFE CGC, "pour montrer notre mobilisation dans le cadre des négociations en cours sur le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE)" prévu par Saint-Louis Sucre, et "réclamer de meilleures garanties pour le personnel d'Eppeville", a déclaré à l'AFP Régis Grost, délégué CGT du site.

En fin de matinée, les grévistes n'étaient "pas très nombreux" sur le site, mais l'usine était "totalement à l'arrêt", a indiqué Thierry Bourgeois, délégué FO, disant attendre l'arrivée de l'équipe de jour, qui commence habituellement son service à 13H00.

Touchée par une déprime persistante des cours du sucre, la filière française du groupe allemand Südzucker, Saint-Louis Sucre, avait annoncé en février un important plan de restructuration, prévoyant la suppression de 130 postes sur 723 et la fermeture de deux de ses quatre sucreries, à Cagny (Calvados) et Eppeville.

A Eppeville (Somme), 76 des 126 salariés, dédiés à la production, seraient reclassés à "poste équivalent" dans le site voisin de Roye, les autres étant maintenus sur place, notamment pour assurer des activités de déshydratation et de stockage.

Mercredi soir, Südzucker a par ailleurs rejeté la possibilité d'une cession aux betteraviers français, qui souhaitaient reprendre les deux sucreries.

"On s'y attendait, même si une partie du personnel avait encore un peu d'espoir", a commenté Régis Grost. Mais "le marché du sucre a toujours été cyclique, Südzucker a les reins solides et aurait largement pu attendre la remontée des prix et garder les sites", a-t-il critiqué.

"Ce qu'on veut maintenant, c'est que ceux qui refuseront d'être transférés sur le site de Roye puissent rejoindre le PSE, avec les mêmes conditions que les salariés de Cagny, (...) que ceux qui partent à Roye bénéficient de meilleures mesures d'accompagnement (indemnités kilométriques, aide au déménagement...), et que des mesures soient prévues pour ceux qui restent", a plaidé le syndicaliste.

Alors que le groupe "ne prévoit pas d'augmenter la production à Roye, les salariés sont inquiets, se demandent ce qu'ils vont faire là bas, s'ils vont garder le même métier, et veulent des réponses", a-t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/05/2019

Les rumeurs autour d'Amundi sont toujours nombreuses dans les salles de marché...

Publié le 20/05/2019

Amundi envisage la possibilité d’une fusion avec DWS, mais à condition d’obtenir le contrôle de la nouvelle entité, a appris Reuters d’une source proche de la stratégie d’Amundi.…

Publié le 20/05/2019

Le secteur des semi-conducteurs devrait être sous pression à Wall Street, comme il l’est déjà en Europe. Intel, Xilinx, Qualcomm et Broadcom ont informé leurs employés qu'il ne fournirait plus…

Publié le 20/05/2019

Le secteur des semi-conducteurs, mais aussi l'ensemble du compartiment technologique, plombent l'ambiance en Europe en ce début de semaine à l'image...

Publié le 20/05/2019

Tikehau Capital Advisors, principal actionnaire de Tikehau Capital SCA, annonce des engagements fermes et irrévocables portant sur 195 millions d’euros de nouveaux fonds propres provenant de…