En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.01 %

La SNCF veut participer au renouveau du train cubain

| AFP | 498 | 1 par 1 internautes
Le patron de la SNCF Guillaume Pepy (g) rencontre le ministre cubain du Commerce extérieur Rodrigo Malmierca (d) et l'ambassadeur de France à Cuba Patrice Paoli (c), le 12 avril 2019 à La Havane
Le patron de la SNCF Guillaume Pepy (g) rencontre le ministre cubain du Commerce extérieur Rodrigo Malmierca (d) et l'ambassadeur de France à Cuba Patrice Paoli (c), le 12 avril 2019 à La Havane ( ADALBERTO ROQUE / AFP )

La SNCF espère signer "dans quelques semaines" un accord pour rénover des ateliers et locomotives à Cuba, et relancer ainsi le train sur cette île, affirme dans un entretien à l'AFP son patron, Guillaume Pepy.

"Cela fait quatre ans qu'on travaille ici avec à la fois les chemins de fer cubains, l'AFD (Agence française de développement, ndlr) et les ministères concernés pour définir un programme d'appui français au développement, ou plutôt au re-développement du chemin de fer à Cuba", a-t-il déclaré vendredi lors d'un déplacement à La Havane.

La SNCF et l'UFC (Union de ferrocarriles de Cuba), ce sont "deux sociétés soeurs, on a le même passé - exploiter des chemins de fer depuis très longtemps -, on est des sociétés publiques, très attachées à notre identité", poursuit M. Pepy.

Le train à Cuba, c'est en effet une vieille histoire: le pays est un pionnier dans ce domaine, avec une première ligne inaugurée dès 1837... avant l'Espagne, dont il est alors une colonie.

Au fil des ans, son réseau ferroviaire s'étend et bientôt toutes les capitales de province, les ports et les principaux sites industriels sont desservis.

En 1958, Cuba affiche le meilleur ratio au monde de longueur du réseau rapporté à la surface du pays.

Un réseau en piètre état

Aujourd'hui, l'île de 110.000 kilomètres carrés compte encore presque 8.200 kilomètres de voies ferrées, mais faute d'investissements et d'entretien dans cette île socialiste sous embargo américain depuis 1962, le réseau et les locomotives sont en piètre état.

Un bon exemple: les wagons du fameux "tren francés" entre La Havane et Santiago (est), d'anciennes locomotives Mistral vendues il y a des années par la France, sont actuellement en panne.

Il s'agit donc de "disposer d'un chemin de fer aux standards internationaux, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui", explique Guillaume Pepy, dans ce pays où le train transportait 34 millions de voyageurs par an dans les années 1990, et seulement sept aujourd'hui.

Le patron de la SNCF Guillaume Pepy (c) salue le ministre cubain du Commerce extérieur Rodrigo Malmierca (g) en présence de l'ambassadeur français à Cuba Patrice Paoli à La Havane, le 12 avril 2019
Le patron de la SNCF Guillaume Pepy (c) salue le ministre cubain du Commerce extérieur Rodrigo Malmierca (g) en présence de l'ambassadeur français à Cuba Patrice Paoli à La Havane, le 12 avril 2019 ( ADALBERTO ROQUE / AFP )

Le pari de la SNCF sur Cuba tient aussi au "contexte politique extrêmement favorable", notamment depuis la visite de François Hollande en 2015 qui avait donné l'impulsion à ce projet de "quelques dizaines de millions d'euros", financé par l'AFD.

"J'espère que dans quelques semaines on pourra signer cet accord et qu'on pourra donc dès cet été être dans l'action."

Au programme? "Rénover des ateliers ferroviaires, remettre en service des locomotives aujourd'hui hors d'état de circuler" et assurer la maintenance de 240 voitures chinoises qui seront livrées d'ici 2022.

Car la France n'est pas la seule à s'intéresser au secteur ferroviaire cubain: outre la Chine, la Russie a aussi posé ses pions et sera notamment chargée de rénover la voie reliant La Havane à Santiago.

Attirer les investissements étrangers est un objectif primordial pour l'Etat cubain, sous intense pression diplomatique des Etats-Unis pour son soutien au Venezuela de Nicolas Maduro.

"Très bonne image" de la France

Le pays vient d'ailleurs d'approuver une nouvelle Constitution explicitement ouverte au marché et aux investissements étrangers.

Et un décret entré en vigueur l'été dernier permet que "le chemin de fer puisse être exploité totalement ou en partie par un ou plusieurs opérateurs ferroviaires", qu'il s'agisse "d'une personne ou d'une entité juridique, nationale ou étrangère".

Face à la concurrence de la Chine ou de la Russie, alliés traditionnels de Cuba, "la France a une réputation dans le domaine ferroviaire qui est vraiment dans le top trois", assure M. Pepy.

"Nous avons une très bonne image et là, aujourd'hui, nous avons reçu un accueil vraiment chaleureux", indique le dirigeant, qui a notamment rencontré les ministres cubains des Transports et du Commerce extérieur.

La SNCF a déjà noué des accords similaires avec le Maroc et en Argentine, et cherche à faire de même en Egypte, dans la lignée de son virage toujours plus prononcé vers l'étranger: "l'international aujourd'hui c'est 32% (du chiffre d'affaires, ndlr), ça sera probablement d'ici une dizaine d'années 50%", affirme Guillaume Pepy.

Dans l'immédiat, la compagnie publique française espère se faire une place en Espagne, où le secteur ferroviaire sera libéralisé d'ici 2020: "Réponse probablement à la fin de l'été ou à l'automne, on est en train d'analyser."

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…