En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
-0.03 %

La SNCF veut des petites lignes moins chères, y compris en testant le privé

| AFP | 359 | Aucun vote sur cette news
La SNCF veut proposer aux régions toute une palette de solutions pour réduire les coûts de rénovation et d'entretien des
La SNCF veut proposer aux régions toute une palette de solutions pour réduire les coûts de rénovation et d'entretien des "petites lignes" ( Damien MEYER / AFP/Archives )

La SNCF veut proposer aux régions toute une palette de solutions pour réduire les coûts de rénovation et d'entretien des "petites lignes", acceptant même, à leur demande, d'en confier une dizaine au privé, un projet aussitôt critiqué par des syndicats.

"On a rassemblé nos savoir-faire dans un catalogue", explique dans un entretien à l'AFP le PDG de SNCF Réseau, Patrick Jeantet.

Son "kit méthodologique" recense une cinquantaine de possibilités. Les élus pourront choisir, au cas par cas.

"Avec toutes ces mesures, on doit pouvoir gagner une trentaine de pour cent" par rapport aux coûts actuels, estime M. Jeantet. "L'idée est de faire moins cher, pour évidemment sauver les lignes!"

Le responsable du réseau national n'aime d'ailleurs pas le terme de "petites lignes", un ensemble hétéroclite de voies ferrées qui appartiennent officiellement aux catégories 7 à 9 de la nomenclature de l'Union internationale des chemins de fer (UIC), basée sur le poids des trains de marchandises.

"Derrière cette terminologie se cachent beaucoup de variétés, des maillons d'axes nationaux comme Paris-Cherbourg, des dessertes régionales comme Rennes-Saint-Malo, des dessertes périurbaines comme les trains de l'Ouest lyonnais... Et puis on a de vraies petites lignes, qui sont des dessertes rurales, comme Rodez-Séverac" dans l'Aveyron, énumère-t-il.

La SNCF parle donc joliment de "desserte fine du territoire".

- choix politique -

Sont concernés 9.137 km ouverts aux voyageurs - soit 32% du réseau national -, dont 270 km voient aussi passer des TGV et 2.350 km des Intercités. Ces petites lignes sont souvent en mauvais état. 39% voient passer moins de dix trains par jour et seulement 24% plus de vingt.

Leur sort n'était pas directement concerné par la réforme ferroviaire adoptée au printemps, mais elles ont accaparé une bonne partie des débats. Ce sera finalement aux régions de décider si elles veulent toutes les garder.

Le PDG de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, lors d'une conférence de presse à Paris, le 06 septembre 2018
Le PDG de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, lors d'une conférence de presse à Paris, le 06 septembre 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Avec moins de dix trains par jour, suggère Patrick Jeantet, on peut par exemple faire circuler des navettes, avec un seul train qui fait des allers-retours. Ce système permet de supprimer quasi toute la signalisation et d'économiser "beaucoup d'argent".

Autre possibilité: mettre à voie unique des tronçons de double voie trop peu fréquentés, comme entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle. Avec une économie de 40% à la clef par rapport au devis initial.

"On rénove une des deux voies, et la deuxième voie, on la rénovera quand le trafic aura augmenté", indique le patron de SNCF Réseau.

Evidemment, il faut gérer le côté politique, reconnaît-il: "On n'aime pas dire qu'on ne va mettre (en circulation) qu'une voie sur deux."

"Mais il faut être très clair. Si on veut baisser les coûts de ces lignes-là, il faut regarder toutes les hypothèses", plaide-t-il.

- Appel d'offres-

"Or, le problème de ces petites lignes, c'est qu'on ne nous met pas assez de trains dessus. Qu'on nous mette plus de trains! Car les péages qu'on reçoit, vu le faible nombre de trains, sont très loin de couvrir les frais de maintenance. On creuse le déficit de SNCF Réseau."

Il a aussi dans sa besace de nombreuses solutions techniques, comme l'utilisation de grave-bitume (un mélange de bitume et de granulats) au lieu du ballast, l'installation de systèmes d'électrification plus léger - ou le choix d'un matériel roulant hybride, qui passerait avec des batteries là où il est particulièrement coûteux de (ré)installer une ligne aérienne - ou encore "des systèmes de signalisation numérique allégés".

Enfin, Patrick Jeantet entend répondre favorablement à la demande de certaines régions en sous-traitant la maintenance et l'exploitation de quelques petits bouts de petites lignes à "des gestionnaires d'infrastructures conventionnés", privés.

"En toute transparence avec les régions, on fait un appel d'offres dans lequel on choisit un consortium ou un industriel qui va nous faire à la fois la maintenance et l'exploitation de l'infrastructure. On va le proposer sur une dizaine de lignes, qui sont des lignes en antenne", c'est-à-dire des culs-de-sac, détaille-t-il.

"On retiendra celui qui a la meilleure offre qualité/prix. Et là, on aura un vrai prix de marché, et on pense que ça peut baisser les coûts", ajoute-t-il.

Il ne s'agit pour l'instant que de "tester" cette solution sur des lignes très secondaires, assure-t-il.

Interrogés par l'AFP, CGT-Cheminots a estimé au contraire qu'il n'y avait "pas d'économies à attendre de la sous-traitance", à moins de compromettre la sécurité des lignes, tandis que SUD-Rail dénonçait "une véritable remise en cause" des salariés de SNCF Réseau par leur propre patron.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Vivendi invoque un "manque substantiel d'indépendance" de 5 administrateurs...

Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...