En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.25 PTS
+1.23 %
4 845.50
+1.06 %
SBF 120 PTS
3 863.28
+1.08 %
DAX PTS
11 014.39
+0.88 %
Dowjones PTS
24 370.10
+0.67 %
6 718.45
+0.00 %
1.139
+0.07 %

L'heure de vérité pour la réforme du prélèvement à la source

| AFP | 801 | 5 par 1 internautes
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin parle avec un contribuable au téléphone depuis le centre des impôts d'Amiens, le 2 janvier 2019
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin parle avec un contribuable au téléphone depuis le centre des impôts d'Amiens, le 2 janvier 2019 ( Philippe HUGUEN / AFP )

Après trois ans de préparation, d'inquiétudes et d'hésitations, le prélèvement à la source est devenu une réalité au 1er janvier pour 38 millions de contribuables. Un "big bang" à haut risque pour l'exécutif, confronté au ras-le-bol fiscal des "gilets jaunes".

Y aura-t-il un bug technique ou des ratés dans le calcul du prélèvement? Quel sera "l'effet psychologique" de la réforme sur le pouvoir d'achat? Interrogé mercredi lors d'un déplacement à Amiens, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin s'est dit "confiant".

"Nous sommes le 2 janvier au matin. On avait prédit que tout début janvier il y aurait un bug général et que nous ne pourrions plus rien faire (...) Ce n'est pas le cas", a déclaré le ministre lors d'une visite d'un "centre de contact" des Finances publiques, mis en place pour répondre aux questions des contribuables.

"Chacun constate que les choses fonctionnent, que les agents des finances publiques sont au rendez-vous, que le site internet n'a pas +buggé+, que tout le monde a pu travailler et que la République fonctionne ce matin. Je m'en félicite", a-t-il poursuivi.

Interrogé sur l'impact que pourrait avoir la réforme pour les Français, qui verront leur pension ou salaire amputé du montant de l'impôt, M. Darmanin -- qui a répondu devant les caméras à des appels de contribuables - a dit "faire confiance au bon sens" des citoyens.

Le ministre des Comptes et de l'Action Publique Gérald Darmanin dans un centre des impôts à Amiens, le 2 janvier 2018
Le ministre des Comptes et de l'Action Publique Gérald Darmanin dans un centre des impôts à Amiens, le 2 janvier 2018 ( Philippe HUGUEN / AFP )

"Les Français ne sont pas idiots: ils savent qu'il faut payer l'impôt sur le revenu", a assuré le ministre, pour qui la réforme va entraîner un "choc positif" pour les contribuables mensualisés, qui doivent actuellement payer leurs impôts sur dix mois et non sur douze.

"C'est une réforme de simplification du paiement de l'impôt. Cela fait un siècle qu'on aurait dû faire cette réforme", a-t-il insisté, en rappelant que l'ensemble des pays européens avaient d'ores et déjà adopté ce mode de prélèvement.

"complexe"

Votée sous le quinquennat Hollande, la réforme du prélèvement à la source est entrée en vigueur officiellement le 1er janvier, avec un an de retard sur le calendrier initialement prévu.

Le prélèvement de l'impôt à la source
Le prélèvement de l'impôt à la source ( Simon MALFATTO / AFP )

Pour la majorité des Français, à savoir les salariés, le changement du mode de prélèvement ne sera visible qu'à la fin du mois, lors de la réception des bulletins de paye. Mais certains contribuables seront confrontés dès les prochains jours à ce "big bang fiscal".

Le prélèvement sera ainsi effectif dans les prochains jours pour les salariés des entreprises qui pratiquent le décalage de paie (salaire de décembre versé en janvier) et pour les chômeurs, dont les allocations chômage de décembre sont versées en janvier.

La réforme sera échelonnée d'ici au 9 janvier pour les retraites complémentaires et de base. Les travailleurs indépendants, pour lesquels un acompte est demandé, seront pour leur part prélevés mi-janvier.

A cette date, quelque huit millions de contribuables bénéficieront par ailleurs d'un acompte de 60% sur leurs crédits ou réductions d'impôt acquis au titre des revenus de 2017. Un versement qui donnera lieu -- le cas échéant -- à une régularisation en septembre prochain.

De quoi gêner la compréhension de la réforme par les contribuables? C'est ce que craignent les syndicats des finances publiques, hostiles à une réforme décrite comme excessivement "complexe".

Dans un communiqué, la CGT a ainsi mis en garde lundi contre un vaste "foutoir". La mise en oeuvre de la réforme "pourrait se heurter aux conditions dans lesquelles ces accueils seront assurés devant la masse des sollicitations", a souligné le syndicat.

Au total, 40.000 agents ont été formés pour répondre au sollicitations du public, notamment via un numéro non-surtaxé (0 809 401 401). Un service fortement sollicité avec l'entrée en vigueur effectif de la réforme, qui donne la possibilité aux contribuables qui le souhaitent de modifier leur taux d'imposition.

Selon le ministère des Comptes publics, 280.000 connexions ont été enregistrées mercredi sur le site impots.gouv.fr. Près de 150.000 appels ont par ailleurs été reçus par les centres de contact, et 100.000 visites au guichet ont été signalées.

"Qu'il y ait des interrogations, c'est normal, et l'administration est là pour y répondre". Mais "tous les sondages le montrent mois après mois, et quelles que soient les péripéties nationales: les Français sont favorables au prélèvement à la source", a estimé de son côté Gérald Darmanin.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

Nissan et Mitsubishi ont déclaré vendredi que Carlos Ghosn, leur ancien président, avait indûment reçu une rémunération avoisinant les 8 millions d'euros via leur filiale commune aux Pays-Bas…

Publié le 18/01/2019

Le groupe Renault vient de faire part de ventes en hausse de 3,2 % à 3,88 millions de véhicules pour son exercice 2018. Cela permet au groupe au losange de dépasser de justesse son concurrent…

Publié le 18/01/2019

  Boulogne, le 18 janvier 2019   Communiqué de mise à disposition - Ventes de décembre 2018     Renault annonce la mise à…

Publié le 18/01/2019

Le chiffre d'affaires de PCAS s'est établi à 206,7 millions d'euros au 31 décembre 2018, en retrait de 5,3% (-4,6% à taux de change constant). L'activité de Synthèse Pharmaceutique en Santé…

Publié le 18/01/2019

Bureau Veritas annonce la nomination de Matthieu de Tugny, à compter du 1er janvier, en tant que Vice-Président Exécutif du Groupe et prend la direction de la division Marine & Offshore (M&O). Il…