En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 349.02 PTS
-
5 345.50
+0.77 %
SBF 120 PTS
4 290.51
-
DAX PTS
12 237.17
+0.61 %
Dowjones PTS
25 558.73
+1.58 %
7 374.29
+0.27 %
1.137
-0.06 %

La prochaine crise pourrait menacer la cohésion de la zone euro

| AFP | 1001 | Aucun vote sur cette news
La zone euro doit accélérer ses reformes, selon un haut responsable de la BCE
La zone euro doit accélérer ses reformes, selon un haut responsable de la BCE ( Daniel ROLAND / AFP )

La zone euro doit accélérer ses réformes pour éviter de frôler de nouveau l'éclatement à la prochaine crise économique, a averti vendredi un haut responsable de la Banque centrale européenne.

"Même un léger ralentissement pourrait engendrer d'importants coûts économiques et sociaux" et "tester une nouvelle fois la cohésion de l'union monétaire", a déclaré Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE, lors d'une conférence à Ljubljana, en Slovénie.

La croissance du PIB a atteint en 2017 son rythme le plus rapide en une décennie, à 2,5%, selon Eurostat cette semaine.

Mais en dépit de l’embellie économique passée, "les défaillances institutionnelles qui ont provoqué et fait durer la crise n'ont toujours pas été résolues", a averti Benoit Coeuré.

Le banquier central français a désigné trois "lignes de défense" pour renforcer la zone euro contre les chocs futurs.

D'une part, les marchés et les services devraient être davantage intégrés en Europe pour mieux absorber les pertes potentielles sans faire appel aux contribuables. Les gouvernements nationaux ont eux à réformer leurs économies pendant que la conjoncture reste au beau fixe.

Ensuite, les gouvernements doivent dégager des marges budgétaires permettant de mieux absorber les coups durs, et le mécanisme européen de stabilité, mis en place pendant la crise pour prêter aux États défaillants, devrait voir ses prérogatives élargies.

Enfin, la zone euro a besoin d'un "instrument fiscal" qui puisse l'aider à faire face à des chocs importants "sans avoir à dépendre excessivement de la BCE", a plaidé M. Coeuré.

A ce sujet, le président français Emmanuel Macron s'est fait le fer de lance d'un budget de la zone euro qui serait contrôlé par un ministre des finances.

La chancelière allemande de centre-droit, Angela Merkel, a soutenu timidement ce plan, alors qu'elle n'en a pas fini avec les négociations en vue de former un nouveau gouvernement de coalition avec les sociaux-démocrates.

Mais des divergences subsistent entre Berlin, Paris et les autres membres de la zone euro sur les modalités de partage des coûts et des risques liés à un tel budget.

La BCE pratique de son côté des taux historiquement bas et a acheté plus de 2.300 milliards d'euros d'obligations depuis 2015, ce qui a permis de préserver l'intégrité de la zone euro et de soutenir la croissance.

Bien qu'inédites en zone euro, ces mesures ont toujours été menées dans le cadre légal, rappelle M. Coeuré. Mais "sans d'autres réformes, la prochaine crise pourrait forcer la BCE à tester les limites de son mandat".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 16/08/2018

Voluntis présentera cette version améliorée d'Insulia à l'occasion de la conférence de l'AADE - American Association of Diabetes Educator...

Publié le 16/08/2018

Voluntis annonce le lancement d’une nouvelle version d’Insulia, pour améliorer l’expérience utilisateur et rendre l’application disponible en espagnol. L’ajout de cette langue permettra…

Publié le 16/08/2018

Entre le 6 et le 10 août, Bic a racheté pour près de 6,14 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 80 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré de…

Publié le 16/08/2018

RIBERSociété Anonyme au capital de 3 400 483,84 euros Siège social : 31, rue Casimir Perier, 95873 Bezons 343 006 151 R.C.S Pontoise   DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT…