En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 963.19 PTS
+0.78 %
4 954.5
+0.92 %
SBF 120 PTS
3 961.49
+0.96 %
DAX PTS
11 233.94
+1.51 %
Dowjones PTS
24 606.39
+0.58 %
6 616.86
+1.38 %
1.140
+0.32 %

La Nouvelle-Calédonie choisit la France mais le camp indépendantiste progresse

| AFP | 351 | Aucun vote sur cette news
Des personnes votent lors du référendum d'autodétermination, le 4 novembre 2018 à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie
Des personnes votent lors du référendum d'autodétermination, le 4 novembre 2018 à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie ( Theo Rouby / AFP )

Le Premier ministre Édouard Philippe est arrivé lundi en Nouvelle-Calédonie, où il vient rencontrer les forces politiques, au lendemain d'un référendum d'autodétermination qui a vu la victoire du maintien dans la France, malgré une forte percée des indépendantistes.

Édouard Philippe, qui arrive du Vietnam, doit rencontrer à tour de rôle chaque force politique présente au congrès de Nouvelle-Calédonie.

Il veut poursuivre le dialogue de réconciliation engagé depuis 30 ans après la quasi guerre civile des années 80 entre les Kanak, peuple autochtone du territoire, et les Caldoches, population d'origine européenne, et discuter avec chaque partie de l'avenir de ce territoire stratégique, qui dispose d'importantes réserves de nickel et représente le dernier territoire européen dans la zone suite au Brexit.

La Nouvelle-Calédonie a choisi dimanche de rester dans le giron français avec 56,4% des voix lors d'un référendum d'autodétermination historique, consacrant selon le président Macron une "marque de confiance dans la République".

Mais les indépendantistes (avec 43,6% pour le oui), que les sondages donnaient largement perdants, ont au contraire créé la surprise et conforté leur position, faisant notamment le plein des voix kanak sur la grande terre.

La participation a été massive, avec 80,63 % de votants.

Le chef de gouvernement, dont c'est la deuxième visite sur le Caillou, doit s'exprimer en fin de journée devant la presse (lundi matin à Paris). Auparavant il se rendra dans le nord, pour rencontrer deux figures des indépendantistes, Paul Néaoutyine président de la province nord de la Nouvelle-Calédonie et Daniel Goa, président de l'Union Calédonienne.

Sa visite marque l'attention du gouvernement pour le territoire calédonien, après l'intervention dimanche du président de la République Emmanuel Macron, qui a dit dans une allocution télévisée son "immense fierté que nous ayons passé ensemble cette étape historique" et que "la majorité des Calédoniens ait choisi la France".

Le chef de l'Etat a ajouté qu'il n'y avait désormais "pas d'autre chemin que celui du dialogue" et a invité "chacun à se tourner vers l'avenir".

- "Préparer la mariée" -

Nouvelle-Calédonie: référendum
Nouvelle-Calédonie: référendum ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

Fort de leur score, les partisans d'une rupture avec la métropole ont dès dimanche soir réaffirmé leur volonté d'aller jusqu'au bout de l'accord de Nouméa (1998) et de demander l'organisation de deux autres référendums dans les quatre ans à venir, comme prévu par l'accord.

Pour Louis Mapou, chef du groupe UNI-FLNKS au Congrès, "les indépendantistes sont encore plus motivés qu'avant pour demander le deuxième et troisième référendum. Dès demain, on va préparer la mariée pour qu'elle soit encore plus belle en 2020", a-t-il dit à l'AFP.

"On est à deux doigts de la victoire, et il nous reste deux consultations à venir", a aussi souligné Alosio Sako, président du rassemblement démocratique océanien (FLNKS).

De fait, l'ambiance était plus festive dimanche soir chez les perdants que chez les vainqueurs. "Ce sont ceux qui ont perdu qui font la fête", a constaté Philippe Gomès, leader du principal parti non indépendantiste, Calédonie Ensemble (droite modérée) à 01H00 du matin dans un QG désert.

Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie ( / AFP )

Les trois partis loyalistes, très divisés, avaient mis en avant la protection qu'apporte la France et son 1,3 milliard d'euros d'aides annuelles, et espéraient qu'une large victoire éloigne la perspective de nouveaux référendums.

Philippe Michel, secrétaire général de Calédonie Ensemble, "continue de penser que c'est mieux si on peut se passer d'un deuxième et d'un troisième référendum", mais qu'il ne s'opposerait pas à l'accord de Nouméa, qui est "constitutionnalisé".

"Est-ce que la Nouvelle-Calédonie a vraiment quatre ans à perdre ?", a de son côté demandé Sonia Backès, présidente du groupe Les Républicains au Congrès. Elle plaide pour "trouver une solution et remplacer ce deuxième et troisième référendum" afin de "stabiliser enfin la Nouvelle-Calédonie".

- Incidents -

Des personnes votent lors du référendum d'autodétermination, le 4 novembre 2018 à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie
Des personnes votent lors du référendum d'autodétermination, le 4 novembre 2018 à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie ( Theo Rouby / AFP )

Selon Pierre-Christophe Pantz, docteur en géopolitique, il est "clair qu'on ne discute pas de la même manière quand on fait 43% plutôt que 30%". "Cela va forcer les non-indépendantistes à revoir leur copie", ajoute l'expert.

Le référendum de dimanche était destiné à poursuivre le travail de réconciliation, entamé avec les accords de Matignon de 1988, entre les Kanak et les Caldoches. Ces accords avaient été signés après les violences des années 1980, qui avaient culminé avec la prise d'otages et l'assaut de la grotte d'Ouvéa en mai 1988 (25 morts).

La soirée a été émaillée d'une série d'incidents, dont le plus significatif a été l'incendie d'une ancienne animalerie en plein centre de Nouméa, sans qu'il soit pour l'heure possible de faire le lien avec un acte criminel ou avec le référendum.

Dans les quartiers nord populaires de Nouméa, plusieurs voitures ont également été brûlées et des "faits de caillassage" ont été signalés.

En amont du scrutin, les autorités craignaient qu'une victoire du non puisse inciter une partie de la jeunesse kanak, marginalisée, à des débordements, alors que les inégalités entre les différentes communautés restent criantes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

Le monde de l'aéronautique est en perpétuelle évolution...

Publié le 21/11/2018

Bernin, le 21 novembre 2018       INFORMATION RELATIVE AU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL SOCIAL       (Article L. 233-8 II du Code…

Publié le 21/11/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 21/11/2018

Par courrier reçu le 21 novembre 2018 par l'AMF, la société de droit canadien Canada Pension Plan Investment Board (CPPIB) a déclaré à l'Autorité...

Publié le 21/11/2018

A moins de 24 heures d'une réunion extraordinaire du conseil d'administration du constructeur japonais, certains membres refuseraient de se prononcer sur l'éviction de son Président...