En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 688.74 PTS
-
4 697.5
-
SBF 120 PTS
3 709.25
-
DAX PTS
11 657.69
-
Dow Jones PTS
25 548.27
+2.21 %
9 442.05
+0. %
1.101
-0.01 %

La "lente agonie" de la principale usine de masques respiratoires en France

| AFP | 2600 | 4.68 par 19 internautes
Des masques FFP2 sont fabriqués le 23 septembre 2005 à l'usine Bacou-Dalloz de Plaintel, en Bretagne
Des masques FFP2 sont fabriqués le 23 septembre 2005 à l'usine Bacou-Dalloz de Plaintel, en Bretagne ( Fred DUFOUR / AFP/Archives )

L'usine bretonne de Plaintel, longtemps seul site de production de masques respiratoires en France, a fermé dans l'indifférence générale fin 2018, moins de deux ans avant la pandémie de Covid-19, sur fond de commandes en berne et d'exigences de forte rentabilité.

"Ça me remue les tripes", lâche avec amertume Pierre (prénom modifié), un ancien salarié de l'usine, en "colère de voir des soignants mourir parce qu'ils manquent de masques".

L'ex-usine Spérian de Plaintel (Côtes d'Armor) produisait il y a quelques années plus de 8 millions de masques par an et sa capacité de production dépassait même les 200 millions de masques en 2010.

"C'est à Plaintel qu'on a fabriqué les premiers masques FFP2 pliables", vante Jean-Jacques Fuan, directeur du site de 1991 à 2003.

Le site est d'ailleurs le seul producteur de masques en France en 2005, lorsque l’État lui commande 200 millions de masques en trois ans afin de constituer des stocks en prévision d'une pandémie. Le protocole d'accord, signé par le ministre de la Santé Xavier Bertrand, souligne alors qu'il est exclu de "dépendre exclusivement d'importations qui se trouveraient interrompues dans un contexte de pandémie", selon un document publié par la cellule investigation de Radio France.

Une personne porte un masque FFP2 dans l'usine Bacou-Dalloz de Plaintel, en Bretagne, où ils sont fabriqués, le 23 septembre 2005
Une personne porte un masque FFP2 dans l'usine Bacou-Dalloz de Plaintel, en Bretagne, où ils sont fabriqués, le 23 septembre 2005 ( Fred DUFOUR / AFP/Archives )

Car "en période de crise, la demande mondiale serait multipliée au moins par dix et (...) des problèmes se poseraient", avait prévenu dès novembre 2005 Roland Fangeat, ancien vice-président de la division respiratoire de Spérian Europe, lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

L'usine, qui compte alors près de 300 employés, produit sept jours sur sept et 24 heures sur 24 pour répondre à la demande. En 2010, elle est rachetée par le groupe américain Honeywell. Puis l’État interrompt ses commandes, contrairement aux engagements pris dans l'article 11 du protocole.

"C'est une faillite collective", décrit M. Fangeat. "A partir de 2011, il n'y a plus eu de commandes et la lente agonie de l'usine a commencé."

Plans sociaux et chômage partiel s'enchaînent et l'effectif fond jusqu'à atteindre 38 salariés en 2018. "Huit ans de galère", résume Pierre, l'ex-salarié.

"Un bel outil de travail"

A l'été 2018, Honeywell ferme l'usine pour "motif économique" et une partie des machines est délocalisée à Nabeul, en Tunisie. Le reste est envoyé chez le ferrailleur pour être détruit.

"L'usine en elle-même avait une rentabilité tout à fait acceptable, mais était en dessous des exigences du groupe car Honeywell avait créé un modèle économique qui ne lui permettait pas d'être rentable", affirme Laurent Beziz, avocat au cabinet LBBA, qui défend plusieurs anciens salariés.

Dans un rapport de mai 2018, le cabinet d'expert comptable Syndex évoquait en effet une "rentabilité économique avérée, mais trop faible pour les standards du groupe" Honeywell, qui a plus que quadruplé son bénéfice net en 2018, à 6,76 milliards de dollars.

"Le site n'a pas reçu de commandes suffisantes lui permettant de retrouver sa rentabilité et a accumulé des pertes financières importantes", s'est défendu le groupe auprès de l'AFP, assurant "qu'il n'y avait pas d'autre option viable que de fermer nos installations".

Les employés, eux, rencontrent le préfet, écrivent au président de la République, sans succès. "Trente-huit salariés sur un territoire rural, ça n'intéressait pas les pouvoirs publics, ni les médias", déplore Christophe Rondel, secrétaire général de la CFDT des Côtes d'Armor.

"C'est triste, parce qu'on avait un bel outil de travail", regrette Michèle Le Couturier, ancienne déléguée CFDT de l'usine. "On aurait pu faire de belles choses, on aurait été fiers de pouvoir aider la population et de sauver des vies."

Aujourd'hui, un petit groupe d'anciens salariés, mené par Jean-Jacques Fuan et conseillé par l'ancien secrétaire d’État (EELV) Guy Hascoët, tente de relancer une production, sous forme de société coopérative d'intérêt collectif (SCIC). "Vu la situation dramatique du pays, il faut se réapproprier les moyens de production", lance Serge Le Quéau, du syndicat Solidaires.

La région Bretagne a promis son soutien, mais "il faut que l’État prenne des engagements sur le long terme en matière de commande publique", prévient Martin Meyrier, vice-président du Conseil régional à l’Économie.

Reste qu'il n'y a plus ni machine, ni site industriel (il a été racheté par une entreprise locale). "Et seuls huit anciens salariés sont encore sur le marché de l'emploi", souligne M. Rondel.

"Ça serait un miracle de commencer dans neuf mois", concède M. Fuan.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
19 avis
Note moyenne : 4.68
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mai 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/05/2020

Même si les premiers résultats de l'exécution du plan stratégique sont encourageants, l'incertitude et la durée de la pandémie Covid-19 ne permettent pas à MBWS d'évaluer précisément…

Publié le 27/05/2020

Scor accélère sa transition vers une économie post-charbon et renforce sa démarche durable en faveur d'une économie bas-carbone au sein de son portefeuille d'investissement...

Publié le 27/05/2020

Le détachement du dividende interviendra le 7 septembre...

Publié le 27/05/2020

Le détachement du dividende interviendra le 7 septembre...

Publié le 27/05/2020

Le papetier pourrait ajuster la production de certaines unités...