5 279.29 PTS
-0.20 %
5 273.5
-0.26 %
SBF 120 PTS
4 230.77
-0.21 %
DAX PTS
12 421.03
-0.54 %
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.00 %
Nikkei PTS
21 970.81
+0.21 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

La hausse de la CSG sera déductible de l'impôt sur le revenu

| AFP | 520 | Aucun vote sur cette news
La hausse de 1,7 point de la CSG prévue par le gouvernement en 2018 sera entièrement déductible de l'assiette utilisée pour le calcul de l'impôt sur le revenu
La hausse de 1,7 point de la CSG prévue par le gouvernement en 2018 sera entièrement déductible de l'assiette utilisée pour le calcul de l'impôt sur le revenu ( JOEL SAGET / AFP )

La hausse de 1,7 point de la CSG prévue par le gouvernement en 2018 sera entièrement déductible de l'assiette utilisée pour le calcul de l'impôt sur le revenu, a indiqué Bercy à l'AFP, confirmant une information des Echos.

Cette décision, conforme à ce qu'avait annoncé Emmanuel Macron pendant la campagne électorale, vise à éviter que la réforme n'alourdisse l'impôt sur le revenu payé par les contribuables, a-t-on précisé.

La CSG (contribution sociale généralisée), utilisée pour financer la protection sociale, est soumise à deux types de régime: une partie est déductible, l'autre ne l'est pas.

Pour les salaires et traitements, la CSG globale est ainsi de 7,5%. Sur ces 7,5%, près des deux tiers (5,1%) sont déductibles de l'impôt sur le revenu, tandis que le dernier tiers (2,4%) n'est pas déductible.

En acceptant que la hausse de la CSG soit déductible, "l'exécutif se prive de nouvelles recettes fiscales qui se chiffreraient en milliards d'euros", estime le quotidien Les Echos.

Un choix assumé pour des raisons politiques: si la hausse de CSG n'avait pas été déductible, le revenu fiscal de référence des ménages aurait mécaniquement augmenté, ce qui aurait pu conduire certains d'entre eux à perdre des prestations.

La hausse de 1,7 point du taux de CSG prévue par le gouvernement vise à compenser la suppression des cotisations chômage et maladie pour les salariés du secteur privé, qui représentent 3,15% du salaire.

Cette bascule, qui doit se faire à coût nul pour les finances publiques, a pour objectif de redonner du pouvoir d'achat aux actifs, soumis selon l'exécutif à une pression fiscale excessive.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2018

Sur cinq ans, les trois dossiers affichent un parcours remarquable...

Publié le 21/02/2018

Nouvelle journée de forte spéculation sur Gaussin...

Publié le 21/02/2018

Merck propose d'acquérir l'australien Viralytics pour 394 millions de dollars américains, soit 502 millions de dollars australiens. Le groupe pharmaceutique va payer en effet 1,75 dollar australien…

Publié le 21/02/2018

Le constructeur français utilise la plateforme C-V2X de l'Américain...

Publié le 21/02/2018

La société va devenir Qwamplify...

CONTENUS SPONSORISÉS