En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 829.46 PTS
-0.79 %
4 823.50
-0.84 %
SBF 120 PTS
3 853.46
-0.76 %
DAX PTS
11 037.23
-0.89 %
Dowjones PTS
24 487.40
-0.89 %
6 700.57
-1.24 %
1.136
-0.09 %

La guerre commerciale est "la chose la plus stupide au monde", selon Jack Ma

| AFP | 1312 | 5 par 4 internautes
Jack Ma, le fondateur du géant chinois du commerce électronique Alibaba, au siège de l'OMC à Genève le 2 octobre 2018
Jack Ma, le fondateur du géant chinois du commerce électronique Alibaba, au siège de l'OMC à Genève le 2 octobre 2018 ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine est la "chose la plus stupide au monde", a déclaré Jack Ma, fondateur du géant chinois du commerce électronique Alibaba, lors du tout premier Salon des importations, ouvert lundi à Shanghai.

L'homme le plus riche de Chine, qui est récemment revenu sur son engagement de créer 1 million d'emplois aux États-Unis - blâmant la guerre commerciale déclenchée par le président américain, Donald Trump - s'exprimait lors d'une table-ronde organisée dans le cadre de cette grande foire, destinée notamment à faire taire les critiques adressées à Pékin sur sa politique commerciale.

"La guerre commerciale est la chose la plus stupide au monde", a déclaré le fondateur d'Alibaba, sans mentionner le nom de Trump.

"Le commerce, c'est (...) pour faire la paix. Le commerce, c'est (...) pour communiquer. Personne ne peut arrêter le libre-échange", a dit Jack Ma, dont l'entreprise a publié vendredi un chiffre d'affaires en hausse de 54% sur un an, à 85,15 milliards de yuans (12,4 milliards de dollars).

Plus tôt dans la matinée, le président, Xi Jinping, avait inauguré cette manifestation organisée dans la capitale économique de la Chine avec la promesse réitérée d'ouvrir davantage le marché chinois aux importations. Mais sans engagement concret à la clé.

Le président chinois s'est aussi livré à cette occasion à une critique voilée du trumpisme, dénonçant le "protectionnisme", "l'isolationnisme" et "la loi de la jungle".

Jack Ma avait promis de créer 1 million d'emplois aux Etats-Unis l'année dernière, alors que Pékin cherchait encore à courtiser le président nouvellement élu. Mais Ma a confié à l'agence de presse officielle Xinhua en septembre que la guerre commerciale avait "détruit le principe sur lequel la promesse avait été faite".

Les excédents commerciaux dont bénéficie la Chine suscitent de plus en plus de critiques à l'étranger et sont à l'origine d'une aggravation du conflit commercial avec Washington, qui a vu les deux parties imposer des droits de douane punitifs sur des centaines de milliards de dollars de marchandises.

Pékin a présenté ce premier salon annuel des importations comme un signe de sa volonté d'accroître ses importations et de rééquilibrer ainsi sa balance commerciale.

Jack Ma, qui a annoncé en septembre son intention de se retirer des affaires d'ici un an pour se consacrer à la philanthropie, a dit s'attendre à ce que la volonté chinoise de modifier son modèle économique en important davantage suscite de fortes résistances. "A mon avis, c'est le plus grand défi auquel fait face la Chine". Mais c'est aussi "une grande opportunité pour le monde", a-t-il déclaré.

Ce changement "modifiera en profondeur l'infrastructure des entreprises et l'écosystème économique. Cela va être très pénible pour nombre d'entreprises, mais ce sera également une bonne opportunité pour beaucoup de consommateurs".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Communiqué de Presse Paris, 22 janvier 2019 17:40 CEST     Artefact confirme son éligibilité au PEA-PME   Artefact (FR0000079683 - ALATF - éligible PEA-PME)…

Publié le 22/01/2019

Soitec bondit de 11,33% à 66,80 euros sur la place de Paris, dans le sillage d’une solide publication trimestrielle. Cela a conduit le spécialiste des matériaux semi-conducteurs a relevé ses…

Publié le 22/01/2019

Halliburton a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Le groupe américain de services pétroliers a réalisé un bénéfice net de 664 millions de dollars au quatrième…

Publié le 22/01/2019

Par courrier reçu le 21 janvier 2019 par l'AMF, la société new-yorkaise BlackRock Inc...

Publié le 22/01/2019

Safran a acquis une participation dans Oxis Energy au travers de sa filiale Safran Corporate Ventures dédiée aux investissements dans de jeunes sociétés technologiques. Oxis Energy est…