En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 101.85 PTS
+0.85 %
5 103.00
+0.88 %
SBF 120 PTS
4 079.68
+0.77 %
DAX PTS
11 480.56
+1.37 %
Dowjones PTS
25 472.25
+0.34 %
6 924.87
+1.40 %
1.128
+0.55 %

La géolocalisation, omniprésente à l'ère du smartphone

| AFP | 517 | Aucun vote sur cette news
L'action en justice intentée contre Google par un Californien lui reproche de continuer à le géolocaliser contre sa volonté
L'action en justice intentée contre Google par un Californien lui reproche de continuer à le géolocaliser contre sa volonté ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

L'action en justice intentée contre Google par un Californien, qui lui reproche de continuer à le géolocaliser contre sa volonté, rappelle qu'à l'ère du smartphone, les utilisateurs sont suivis à la trace, bien souvent sans le savoir.

Par GPS ou via le réseau, toujours localisé

La géolocalisation est aussi ancienne que l'apparition du téléphone mobile. Avant même l'arrivée des smartphones, il y a plus de 10 ans, il était possible de géolocaliser une personne grâce à son téléphone portable. Afin de fonctionner, le téléphone est sans arrêt en contact avec les antennes relais les plus proches. Or, avec trois bornes téléphoniques, il est possible de localiser l'émetteur d'un appel, c'est ce qu'on appelle la triangulation.

Avec l'apparition du smartphone, la géolocalisation s'est affinée, combinant d'un côté la triangulation via le réseau mobile, de l'autre le GPS, désormais intégré sur tous les modèles.

Le boom à partir de 2007

Dès l'apparition des smartphones, en 2007, avec le tout premier iPhone, la question de la géolocalisation a été intégrée. Et dès 2009, employée par la plupart des grands acteurs du secteur, Apple, Google, Yahoo! ou Microsoft.

Mais la géolocalisation est également utilisée par les industriels de la téléphonie. Les opérateurs téléphoniques peuvent potentiellement savoir à tout moment qui est connecté au réseau et où. En France, ils ont d'ailleurs obligation, depuis 2006, de conserver un an ces données, en cas de requête de la part de la justice dans le cadre d'enquêtes. Les fabricants également suivent le cheminement de leurs appareils.

75% des applications concernées

La géolocalisation est intégrée dans les usages quotidiens. Via les applications de cartographie, parmi les plus utilisées sur mobiles, mais surtout via une multitude de services: transports avec les sociétés de VTC, livraisons de repas, rencontres amoureuses, etc. Ou même simplement des jeux, à l'image du très populaire Pokemon Go en 2016.

Sans oublier le tourisme, avec le développement d'applications permettant de parcourir une ville ou un territoire en découvrant ses trésors cachés.

En 2014, une étude de la Commission nationale informatique et liberté et de l'Inria estimait qu'un quart à un tiers des applications téléchargées sur smartphone avaient accès à la localisation 
En 2014, une étude de la Commission nationale informatique et liberté et de l'Inria estimait qu'un quart à un tiers des applications téléchargées sur smartphone avaient accès à la localisation  ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

La géolocalisation est évidemment une aubaine pour cibler les contenus publicitaires. C'est la raison pour laquelle, lorsqu'un usager de smartphone voyage à l'étranger, il verra apparaître sur son smartphone des publicités en lien avec le pays où il se trouve.

En 2014, une étude réalisée par le gendarme français de l'internet, la Commission nationale informatique et liberté (Cnil), et par l'Institut national de recherche en informatique et automatique (Inria) estimait qu'entre un quart et un tiers des applications téléchargées sur smartphone avaient accès à la localisation de l'appareil. En 2017, une étude réalisée par l'Université de Yale a repéré des "trackeurs" de localisation, en général publicitaires, sur plus de 75% des applications.

Des mises en garde récurrentes

De nombreux organismes tentent régulièrement d'alerter sur l'intrusion dans la vie privée que représente ce qu'ils estiment être une traque constante.

L'étude réalisée par la Cnil en 2014 soulignait que certaines applications accédaient au positionnement du smartphone plus d'un million de fois durant les trois mois d'étude, soit un accès par minute.

En juillet dernier, ce sont des chercheurs des Pays-Bas qui ont alerté sur une application de suivi des activités physiques, Polar, permettant de collecter des données sensibles sur des soldats et membres de services de renseignements de 69 pays. L'application a alors désactivé ses fonctions de localisation.

Alerté par des analystes spécialisés, le Pentagone avait lui revu en janvier dernier les règles d'utilisation d'une autre application pour sportifs, Strava, car elle permettait de révéler les mouvements de militaires sur les bases américaines dans le monde.

Le problème est plus complexe encore s'agissant d'applications qui n'ont, a priori, aucunement besoin de la géolocalisation pour fonctionner. Certaines applications lampe-torche sont ainsi régulièrement pointées du doigt comme étant de véritables aspirateurs à données.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/11/2018

  Paris, le 13 novembre 2018 - 17h35     Coface SA : Keyvan Shamsa est nommé directeur de Business Technology     Keyvan Shamsa est nommé directeur Business Technology…

Publié le 13/11/2018

Alliance Ventures, le fonds de capital-risque de Renault-Nissan-Mitsubishi, annonce sa participation à la dernière étape de financement d'Enevate Corporation. Basée à Irvine (Californie) cette…

Publié le 13/11/2018

Home Depot cède 3,52% à 173,11 dollars. La chaîne de magasins de bricolage a pourtant relevé ses objectifs annuels dans le sillage de résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Mais,…

Publié le 13/11/2018

Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social       Article 223-16…

Publié le 13/11/2018

        COMMUNIQUE DE PRESSE 13 novembre 2018       Information financière trimestrielle au 30 septembre 2018 Chiffre d'affaires en…