Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 169.41 PTS
+0.06 %
6 190.50
+0.42 %
SBF 120 PTS
4 860.69
-0.01 %
DAX PTS
15 234.16
+0.21 %
Dow Jones PTS
33 800.60
+0.89 %
13 845.06
+0.63 %
1.190
-0.01 %

La France veut rétablir ses finances d'ici 2027, au prix d'efforts sur la dépense

| AFP | 494 | 4.33 par 12 internautes
Le ministère français de l'Economie et des Finances à Paris, en décembre 2014
Le ministère français de l'Economie et des Finances à Paris, en décembre 2014 ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

La France prévoit de ramener le déficit public sous la barre des 3% (2,8%) du PIB en 2027, et de commencer à réduire à partir de 2026 le ratio d'endettement public, selon les prévisions transmises jeudi par le ministère des Finances au Haut conseil des finances publiques (HCFP).

L'atteinte de ces objectifs suppose "des efforts importants" sur la dépense publique après les moyens considérables engagés depuis l'an dernier pour faire face à l'épidémie de Covid-19, indique-t-on à Bercy.

Le gouvernement prévoit ainsi que la dette publique, qui a atteint le niveau record de 115,7% du produit intérieur brut (PIB) l'an dernier, augmente encore jusqu'à 118,3% en 2025, avant de baisser très légèrement à 118,2% en 2026 puis de redescendre à 117,7% en 2027.

Cette trajectoire sera présentée en conseil des ministres la semaine prochaine et transmise à la Commission européenne dans le cadre du programme de stabilité fourni tous les ans par les Etats membres.

Chiffres clés sur les finances publiques
Chiffres clés sur les finances publiques ( Cléa PÉCULIER / AFP )

"Nous nous donnons cinq ans pour rétablir les finances publiques françaises", affirme le ministère de l'Economie, qui défend un objectif "ambitieux" mais aussi "le choix de la sincérité et de la responsablité".

Car si cette trajectoire exclut une politique de baisse "brutale" des dépenses ou d'augmentation d'impôts, afin de de ne pas fragiliser la reprise de l'économie, elle nécessite des "efforts importants", notamment de maîtrise de la dépense publique, prévient Bercy.

Le gouvernement veut ainsi ramener sa hausse à +0,7% par an en moyenne (hors dépenses d'urgence et de relance) jusqu'en 2027, contre une hausse de 1% par an entre 2017 et 2019, et de 1,4% par an durant la décennie 2010.

Pour cela, il faut choisir les politiques publiques jugées prioritaires et engager des réformes structurelles, selon Bercy, en particulier celle des retraites, suspendue du fait de la crise sanitaire.

En attendant, après la récession historique de 2020 (-8,2%), le gouvernement compte toujours sur un retour en 2022 de l'activité à son niveau d'avant crise, notamment grâce au succès attendu de la campagne vaccinale et au plan de relance.

Il table ainsi sur une croissance de 4% en 2022 (après +5% en 2021), puis 2,3% en 2023, 1,5% en 2024, avant une stabilisation à 1,4% par an à partir de 2025.

Ces prévisions reposent sur un scénario de fin de la crise sanitaire durant l'été, et donc en l'absence d'une rechute à l'automne.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
12 avis
Note moyenne : 4.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2021

Tessi a réalisé en 2020 un chiffre d'affaires de 412,6 ME, en baisse de 2,3% à périmètre constant proforma...

Publié le 09/04/2021

GeNeuro a fait le point vendredi soir sur sa situation financière pour le premier trimestre 2021. A fin mars, la trésorerie du groupe s’élevait à 4,8 millions d’euros. « Le montant total…

Publié le 09/04/2021

Carmat a émis une deuxième tranche de 650 000 bons de souscription d'actions (BSA) dans le cadre de la ligne de financement en fonds propres Kepler Cheuvreux. Le 27 septembre 2018, la medtech a mis…

Publié le 09/04/2021

New Port, la société de cadres présidée par Alain Dinin, a cédé aujourd'hui 1,2 millions d'actions Nexity, soit 2,14% du capital, ce qui ramène ainsi sa participation au capital de Nexity à…

Publié le 09/04/2021

Bigben Interactive a annoncé la mise en place d'un nantissement au bénéfice des porteurs d'obligations échangeables en actions de la société Nacon tel que prévu lors de…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne