En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.40 PTS
-0.39 %
4 783.0
-0.45 %
SBF 120 PTS
3 809.47
-0.59 %
DAX PTS
10 695.50
-0.86 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.142
+0.23 %

La France "sur-administrée"? un rapport relativise le poids de l'emploi public

| AFP | 429 | Aucun vote sur cette news
Le ministère de l'Economie et des Finances à Paris le 14 juillet 2017
Le ministère de l'Economie et des Finances à Paris le 14 juillet 2017 ( JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives )

La France se situe "dans la moyenne haute" des pays développés en termes d'emplois publics, même si l'écart avec les autres pays se resserre si on regarde l'ensemble des dépenses de fonctionnement, selon un rapport de France Stratégie publié mercredi.

L'organisme de réflexion rattaché à Matignon a mis à jour un tableau de bord de l'emploi public datant de 2010 et mené une étude comparative sur 19 pays avec les données de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de l'Office européen de statistiques Eurostat.

Avec 88,5 emplois publics pour 1.000 habitants en 2015, la France se situe "dans la moyenne haute" (6ème) des pays développés étudiés, à un niveau supérieur à l'Allemagne (55,7 pour 1.000), mais aussi à la Belgique (75,7 pour 1.000) ou au Royaume-Uni (79,4 pour 1.000), selon France Stratégie. Elle se situe derrière la Norvège, le Danemark, la Suède, la Finlande et le Canada.

Mais ce "taux d'administration" n'est qu'un indicateur partiel, souligne l'organisme, car "une partie des emplois manquent à l'appel", ceux qui sont "privés mais financés par l'impôt", directement ou non.

Pour les intégrer, France Stratégie a comparé l'ensemble des dépenses publiques de fonctionnement des pays étudiés, y compris l'achat de "prestations privées" et les "transferts en nature" (remboursement de soins médicaux de ville, médicaments...).

Et dans ce cas, l'écart se resserre entre les pays. En France, qui reste à la 6e place, ces dépenses directes et indirectes de fonctionnement représentent 24% du produit intérieur brut (PIB), en 2015, contre 20,48% du PIB en Allemagne, 20,37% au Royaume-Uni et 24,53% en Belgique.

Une "relative modération", note l'organisme, qui s'explique notamment par un moindre recours à la sous-traitance de la part des administrations en France (5% du PIB, contre près de 9% au Royaume-Uni).

Par secteur, l'éducation est le premier poste de dépenses publiques dans la plupart des pays. A défaut, ce sont la santé ou la protection sociale.

En France, l'emploi total (public et privé, enseignants et non enseignants) dans l'éducation se situe "dans la moyenne basse", à 13% (13 emplois pour 100 élèves/étudiants), contre 9% au Japon et 20% aux États-Unis.

Le nombre d'enseignants est aussi "relativement faible en équivalent temps plein" avec 6 enseignants pour 100 élèves/étudiants (contre 9 en Norvège et au Luxembourg), selon le rapport. C'est le cas en particulier dans le primaire (5 enseignants pour 100 élèves) et le supérieur (4,5).

Au final, en termes de dépenses publiques, la France "se singularise davantage" par "l'importance" de ses prestations sociales "en espèces" (pensions de retraite, indemnités journalières, allocations familiales...), qui atteignent 20% du PIB, contre 15% en Allemagne, selon France Stratégie.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

Comme nous l'avions prévu, les risques de baisse sur AB INBEV se sont avérés réels. Nous conseillons donc d'encaisser rapidement la plus-value sur le put warrant (L532S). Recommandé le 03/12/2018…

Publié le 10/12/2018

Nexans et Marais Laying Technologies Australia, filiale de Tesmec Group, ont noué un partenariat au sein d'un consortium en vue de la fourniture d'un service complet de câbles collecteurs destinés…

Publié le 10/12/2018

Eramet s'effondre de 12% à 57,2 euros à l'ouverture du marché, au plus bas depuis 14 mois...

Publié le 10/12/2018

Joël Séché a apporté à la société Groupe Séché, holding familiale qui contrôle Séché Environnement, 402.399 actions Séché Environnement qu'il détenait en direct. A la suite de cet…

Publié le 10/12/2018

Dans le cadre de la montée au capital de Fosun Pharmaceutical, EOS imaging a décidé de procéder à une augmentation de capital d'un montant d'environ 15 millions d'euros, par émission de 3,4…