En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 062.30 PTS
-0.8 %
6 083.50
-0.43 %
SBF 120 PTS
4 794.12
-0.8 %
DAX PTS
13 664.00
-0.91 %
Dow Jones PTS
29 230.91
-0.4 %
9 617.75
-1.04 %

La France renforce son arsenal contre le blanchiment et le financement du terrorisme

| AFP | 1214 | 4.89 par 9 internautes
Bruno Le Maire quitte l'Elysée le 5 février 2020
Bruno Le Maire quitte l'Elysée le 5 février 2020 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

Plus grande transparence des "trusts" et des personnes physiques derrière les montages complexes, nouvelles professions obligées de déclarer d'éventuels soupçons d'opérations de blanchiment: le gouvernement va adopter mercredi en conseil des ministres plusieurs dispositions pour renforcer la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Ces mesures, qui transposent une directive européenne élaborée en 2016 après les attentats en France et adoptée en avril 2018, visent à la fois à durcir l'arsenal européen et à harmoniser les règles en vigueur dans les Etats membres.

L'objectif est d'éviter les failles en Europe, explique-t-on au ministère de l'Economie, alors que les niveaux d'exigence diffèrent selon les pays.

Parmi les nouvelles règles adoptées par la France figurent notamment de nouvelles obligations pour les professions obligées de déclarer à Tracfin (le service de renseignement financier) des opérations qui leur semblent litigieuses.

Il s'agit notamment des experts-comptables, banques et assurances, notaires, agents immobiliers, ou encore cercles de jeux, auxquelles vont s'ajouter les greffiers des tribunaux de commerce et les Caisses des règlements pécuniaires des avocats (Carpa).

Elles devront désormais consulter le registre des bénéficiaires effectifs des personnes morales avant de conclure toute opération avec un client potentiel.

Ce registre, créé en 2016, permet d'identifier les personnes physiques derrière les personnes morales ou structures juridiques (entreprises, sociétés civile immobilière, etc.).

Une obligation similaire est mise en place pour identifier les bénéficiaires des trusts, ces montages anglo-saxons opaques montrés du doigt après le scandale des "Panama Papers".

Dans un souci de transparence, le registre concernant les personnes morales sera dans quelques mois accessible au grand public, sur le site de l'Inpi (l'Institut national de la propriété industrielle). En revanche, celui sur les trusts ne sera accessible qu'aux autorités et, sur demande, aux personnes qui peuvent démontrer "un intérêt légitime" à le consulter, par exemple un agent immobilier lors d'une transaction.

En 2016, la France avait déjà tenté de créer un tel registre consultable par le public, mais cette mesure avait été censurée par le Conseil constitutionnel.

Par ailleurs, la nouvelle réglementation prévoit des dispositions pour certifier les systèmes d'identification à distance utilisés notamment par les banques en ligne, par exemple pour vérifier l'identité d'un client à l'ouverture d'un compte.

La directive européenne prévoit d'autres mesures sur le contrôle des utilisateurs de cryptomonnaies ou de cartes de paiement prépayées, mais qui sont déjà en vigueur en France.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
9 avis
Note moyenne : 4.89
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2020

Ces deux lignes de crédit ont une durée de 5 ans, avec deux extensions possibles d'un an chacune...

Publié le 20/02/2020

Le nitrure de gallium (GaN) est un matériau semiconducteur à large bande...

Publié le 20/02/2020

Roche Bobois a annoncé la signature d'une lettre d'intention non engageante avec son principal franchisé américain en vue du rachat en 2020 de trois magasins franchisés Roche Bobois sur la Côte…

Publié le 20/02/2020

Valeo a dévoilé jeudi soir ses résultats 2019. Ainsi, l’équipementier automobile a dégagé l'an dernier un bénéfice net (part du groupe) de 313 millions d'euros (-43%) et une marge…

Publié le 20/02/2020

Le Groupe Bastide a réalisé un deuxième trimestre solide en enregistrant un chiffre d’affaires de 91,3 millions d'euros, en hausse de 7,2% (+5,2% en organique). Le chiffre d’affaires semestriel…