En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 986.71 PTS
+1.14 %
5 987.5
+1.17 %
SBF 120 PTS
4 708.63
+1.13 %
DAX PTS
13 387.48
+0.79 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0. %
1.114
+0.22 %

La France assure qu'elle ne renoncera "jamais" à sa taxe sur le numérique

| AFP | 211 | Aucun vote sur cette news
Bruno Le Maire à Matignon le 1er décembre 2019
Bruno Le Maire à Matignon le 1er décembre 2019 ( Philippe LOPEZ / AFP )

Face aux risques de représailles américaines imminentes, la France a prévenu lundi qu'elle ne renoncerait "jamais" à sa taxe sur les géants de la tech, et reproché aux Etats-Unis de ne plus vouloir d'un grand accord international sur la fiscalité du numérique.

"Mon message va être clair: nous n'abandonnerons jamais, jamais, jamais, cette volonté juste de taxer les géants du numérique", a martelé le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, sur France Inter, haussant le ton face aux menaces de sanctions de Washington.

Ces déclarations interviennent quelques heures avant l'annonce prévue par le Représentant américain au Commerce (USTR), Robert Lighthizer, des résultats d'une enquête d'impact sur la taxe française, entrée en vigueur dès cette année, et des mesures de rétorsion contre Paris qu'il pourrait préconiser.

Face à ces menaces, M. Le Maire reproché aux Etats-Unis de s'attaquer à la France pour cacher leur intention de renoncer à la recherche d'un accord mondial sur la fiscalité du numérique au sein de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE).

"Après avoir réclamé une solution internationale à l'OCDE, (Washington) n'est pas sûr d'en vouloir", a-t-il souligné. Selon lui, l'administration de Donald Trump pourrait ainsi "se contenter d'imposer des sanctions sur la France qui a décidé une taxation nationale".

Les Etats-Unis, où des mastodontes tels qu'Apple, Amazon, Fancebook ou Google ont leur siège, faisaient barrage depuis plusieurs années à un accord international sur la taxation du numérique. Mais Washington avait débloqué les négociations en début d'année et ouvert ainsi la voie à la recherche d'un compromis international.

- Le retour d'une taxe européenne ?

De son côté, le Français Thierry Breton, nouveau commissaire européen commissaire européen au marché unique et au numérique, est allé plus loin encore et a laissé entendre que le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, pourrait annoncer le retrait des Etats-Unis des négociations de l'OCDE.

"J'ai cru comprendre que nous allions avoir une réponse sans doute de M. Mnuchin dans la journée nous indiquant que finalement ça ne tenait pas", a-t-il affirmé sur BFM Business, brandissant de son côté la menace d'une taxe appliquée par l'Union européenne sur les géants du numérique.

"Si jamais ça ne tient pas, on va regarder le sujet au niveau européen", a-t-il déclaré.

L'idée d'une taxe européenne sur les géants du numérique avait échoué il y a un an, lorsque quatre pays s'y étaient opposés, notamment l'Irlande qui héberge les sièges de plusieurs GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple).

D'autres pays, comme l'Italie, la Grande-Bretagne ou l'Espagne, ont annoncé depuis leur intention de taxer à leur tour les géants du numérique si un accord international n'était pas trouvé à l'OCDE.

Face à l'impossibilité de trouver un accord européen, le gouvernement français avait alors décidé d'appliquer dès cette année une taxe qui doit rapporter à l'Etat quelque 400 millions d'euros, une somme très faible par rapport aux milliards de bénéfices que dégagent les GAFA.

Lors du G7 de Biarritz, à fin août, la France avait annoncé un accord de principe avec les Etats-Unis sur cette taxe adoptée le 11 juillet par l'Assemblée nationale.

Paris s'était alors engagé à l'abandonner dès qu'une solution internationale aurait été trouvée sous l'égide de l'OCDE.

Le numérique n'est que l'un des fronts du bras de fer commercial engagé par l'administration Trump avec plusieurs de ses partenaires commerciaux, dont l'Union européenne.

Washington a par exemple pris des sanctions commerciales contre différents produits européens, en représaille contre des subventions accordées à l'avionneur européen Airbus, conformément à une décision de l'Organisation mondiale du commerce.

Les Etats-Unis ont dans ce cadre imposé des taxes de 25% sur les vins français, un geste jugé "agressif" par Paris.

La taxe française crée une imposition des grandes entreprises du secteur non pas sur leur bénéfice, souvent consolidé dans des pays à très faible fiscalité comme l'Irlande, mais sur le chiffre d'affaires.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/12/2019

The Walt Disney Company France a renforcé son partenariat stratégique avec le Groupe Canal+ en permettant à tous les abonnés de Canal+ d'avoir accès à...

Publié le 16/12/2019

L'action a perdu plus de 7% un peu plus tôt en séance...

Publié le 16/12/2019

Selon les informations du Wall Street Journal, Boeing envisagerait de réduire ou suspendre la production de ses avions 737 MAX. Une décision pourrait être annoncée dès lundi, a ajouté le…

Publié le 16/12/2019

Alstom a complimenté l'autorité des transports de la Nouvelle-Galles-du-Sud (TfNSW) pour la mise en service commercial du tram de Sydney (CBD and...

Publié le 16/12/2019

La Commission européenne a autorisé, en vertu du règlement européen sur les concentrations, l'acquisition du contrôle conjoint de Dalkia...