En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 615.51 PTS
+0.24 %
5 617.00
+0.27 %
SBF 120 PTS
4 431.20
+0.21 %
DAX PTS
12 372.61
-0.06 %
Dowjones PTS
27 110.80
+0.13 %
7 888.79
+0.46 %
1.107
+0.00 %

La Fashion Week s'ouvre à Londres sous le nuage du Brexit

| AFP | 259 | 1 par 1 internautes
Le top model Bella Hadid défilant pour la collection printemps 2020 de Michael Kors, à New York le 11 septembre 2020
Le top model Bella Hadid défilant pour la collection printemps 2020 de Michael Kors, à New York le 11 septembre 2020 ( Angela Weiss / AFP )

Succédant à New York, la Fashion Week de Londres consacrée aux collections printemps/été 2020 a débuté vendredi, sous le nuage menaçant du Brexit et la pression des écologistes.

Selon une enquête du cabinet-conseils Fashion Roundtable, 96% des professionnels du secteur au Royaume-Uni ont voté pour rester dans le giron européen lors du référendum de juin 2016. Et depuis, leurs craintes n'ont pas été apaisées, bien au contraire.

Le British Fashion Council (BFC), qui représente cette industrie, plaide pour que "soit évitée" une sortie sans accord de l'Union européenne, le 31 octobre, scénario ouvertement envisagé par le Premier ministre conservateur Boris Johnson.

Dès l'ouverture de la Fashion Week, la présidente du BFC, Stephanie Phair, a donné le ton, exhortant le gouvernement à "chercher un accord avec l'UE qui garantisse une croissance saine et constante de l'industrie de la mode".

Si le pays devait passer le 1er novembre aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), il en coûterait à l'industrie de la mode entre 850 et 900 millions de livres sterling (entre 950 millions et 1 milliard d'euros), selon une étude de l'Association britannique pour la mode et le textile datant de 2018.

L'industrie de la mode, qui rapporte 32 milliards de livres (35 milliards d'euros) à l'économie du pays et emploie près de 900.000 personnes, se préoccupe à la fois des tarifs douaniers qui seraient imposés en cas de sortie sans accord et des règles durcies en matière de circulation des personnes.

"Notre industrie est extrêmement internationale. Il faut que les talents du monde entier puissent venir", expliqué Stephanie Phair.

Rouge sang

Outre le défi du Brexit, le monde de la mode britannique est mis au défi d'en faire davantage pour l'environnement.

Dénonçant l'impact environnemental d'"une des industries les plus polluantes du monde", des militantes du mouvement écologiste Extinction Rebellion ont manifesté vendredi matin habillées en robes blanches tachées de sang à l'entrée du site principal de la Fashion Week, dans le centre de Londres.

Pressée de faire mieux, l'industrie de la mode se réinvente, avec des stylistes comme le duo VIN+OMI qui présentera mardi une collection incluant des pièces textiles conçues avec du plastique recyclé et même avec des orties récoltées dans le jardin du prince Charles.

Les bonnes pratiques du secteur en matière de développement durable et d'éthique sont aussi mises en valeur à travers une exposition qui est consacrée à la "mode positive".

Des mannequins présentent des créations de la styliste Victoria Beckham, le 17 février 2019 lors de la Fashion Week de Londres
Des mannequins présentent des créations de la styliste Victoria Beckham, le 17 février 2019 lors de la Fashion Week de Londres ( NIKLAS HALLE'N / AFP/Archives )

Premier à présenter ses collections vendredi, Mark Fast, l'as du tricot, a fait exploser le vert, le rose et le jaune néon, inspiré par les couleurs de la forêt amazonienne.

En robe moulante courte ou bustier tricoté main aux couleurs flashys, les Amazones paradent, une longue tresse battant sur leurs omoplates.

Entrouvert au grand public

Parmi les défilés attendus pendant ces cinq jours, celui de Molly Goddard. Cette Londonienne diplômée de la prestigieuse école Central Saint Martins a fait parler d'elle en créant la vaporeuse robe rose bonbon portée par la tueuse Villanelle dans la série télévisée américano-britannique "Killing Eve".

Dimanche, au tour de Victoria Beckham, l'ex-Spice Girl reconvertie styliste. L'an dernier, la star habituée des podiums new-yorkais avait présenté pour la première fois à Londres ses créations à l'occasion des 10 ans de sa marque. Cette année, elle lance une ligne de produits de beauté.

Le défilé du poids lourd de la mode britannique Burberry sera un autre point fort de la Fashion Week lundi. Aux manettes, Riccardo Tisci, ex-Givenchy, connu pour célébrer la diversité.

Pour les nouveaux créateurs, on guettera dès vendredi le défilé des jeunes pousses de l'incubateur de talents Fashion East.

Nouveauté cette année: en raison d'un engouement populaire grandissant, la Fashion Week de Londres a décidé de s'ouvrir au public lors d'une sorte de Fashion Week parallèle.

A partir de 135 livres (150 euros), les fashionistas peuvent acheter un ticket permettant d'assister aux défilés d'Alexa Chung, célèbre "It-girl" (mannequin, chroniqueuse, présentatrice télé, Instagrammeuse...), de House of Holland, du styliste anglais Henry Holland, et de Self-portrait.

Un pas vers le grand public alors que les Fashion Weeks ne sont depuis longtemps plus réservées aux professionnels, avec l'immixtion d'"influençeurs" publiant des photos des défilés sur les réseaux sociaux.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/09/2019

Le PDG d'Orange dénonce dans un entretien publié par 'Les Echos' le comportement de l'Arcep vis-à-vis de l'opérateur téléphonique, qui "frôle le harcèlement" selon lui.

Publié le 17/09/2019

Le service utilise la nouvelle gamme de décodeurs 4K P400 d'Ocilion, qui offre la flexibilité nécessaire...

Publié le 17/09/2019

Ces obligations feront l'objet d'une demande d'admission aux négociations sur Euronext Access à Paris...

Publié le 17/09/2019

Le dividende distribué par les filiale de confection de Millet Innovation contribue significativement aux résultats...

Publié le 17/09/2019

PEACE, pour "Pakistan and East Africa Connecting Europe", est un système de câble sous-marin ouvert et neutre financé par HENGTONG Optic-electric (HKT)...