En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 155.62 PTS
-0.25 %
5 154.50
-0.21 %
SBF 120 PTS
4 089.90
-0.26 %
DAX PTS
11 290.69
-0.08 %
Dowjones PTS
25 836.32
-0.18 %
7 061.68
+0.09 %
1.132
+0.15 %

La croissance française devrait atteindre 0,4% au 1er trimestre, selon la Banque de France

| AFP | 279 | 5 par 1 internautes
Construction d'un immeuble d'habitation à Rennes (Ile-et-Vilaine) le 28 décembre 2017
Construction d'un immeuble d'habitation à Rennes (Ile-et-Vilaine) le 28 décembre 2017 ( DAMIEN MEYER / AFP/Archives )

La croissance économique devrait progresser de 0,4% en France au premier trimestre, à la faveur notamment d'une embellie dans le secteur du bâtiment, selon une première estimation dévoilée lundi par la Banque de France.

Cette hypothèse, conforme à la prévision de l'Insee, est en hausse par rapport au chiffre du quatrième trimestre 2018 (+0,3%), pénalisé en partie par le mouvement des "gilets jaunes".

La banque centrale française, qui se base pour cette estimation sur son enquête mensuelle de conjoncture, explique ce léger rebond par la hausse des demandes dans le bâtiment et l'amélioration des perspectives dans l'industrie et les services.

Dans le bâtiment, la progression de l'activité s'est confirmée en janvier, notamment dans le second œuvre, grâce à des carnets de commande "très bien garnis", selon l'institution monétaire.

Dans le secteur industriel, la production a revanche diminué, notamment dans l'aéronautique, la chimie et la métallurgie. Mais selon les chefs d'entreprise interrogés par la Banque de France, l'activité devrait reprendre en février.

L'activité des services, quant à elle, a ralenti le mois dernier, avec une baisse notable dans l'intérim et l'hébergement-restauration, sur fond de poursuite du mouvement des "gilets jaunes".

Mais "les chefs d'entreprise prévoient une accélération de l'activité en février", après une baisse continue au cours des trois derniers mois, souligne la Banque de France.

Le chiffre de croissance du premier trimestre est très attendu par le gouvernement, qui espère un rebond de l'activité après quatre trimestre de faible croissance, à la faveur notamment des mesures annoncées face au mouvement des "gilets jaunes".

Ces mesures, chiffrées au total à 11 milliards d'euros, devraient en effet redonner du pouvoir d'achat aux ménages français, et permettre un rebond de la consommation, principal moteur de l'activité économique dans l'Hexagone.

Mais certains économistes redoutent que ces gains de pouvoir d'achat, qui devraient en 2019 atteindre 440 euros en moyenne par ménage d'après l'OFCE, se traduisent par une hausse de l'épargne, avec un effet limité sur l'activité.

Nous avons "un niveau de croissance qui reste solide malgré les incertitudes européennes et mondiales", a voulu rassurer dimanche le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, en marge d'un forum international à Dubaï.

Dans son projet de loi de finances, le gouvernement a prévu une croissance de 1,7%. Mais M. Le Maire a récemment laissé entendre que cet objectif pourrait être raboté, en raison du ralentissement économique mondial.

Dans ses dernières prévisions publiées jeudi dernier, l'OCDE a dit parier sur une progression du produit intérieur brut (PIB) de 1,3% seulement en 2019. La Banque de France, de son côté, anticipe une croissance de 1,5%.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2019

Empreinte climatique...

Publié le 19/02/2019

En partenariat avec la start-up Zelros, CNP Assurances a déployé un assistant virtuel utilisant des technologies d’intelligence artificielle pour faciliter le travail de ses équipes de gestion de…

Publié le 19/02/2019

Résultats trimestriels...

Publié le 19/02/2019

Actuellement en test sur la ligne 1...

Publié le 19/02/2019

Dans la sclérodermie systémique