En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 044.15 PTS
+0.38 %
5 017.5
+0.17 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-
DAX PTS
11 341.00
-
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
+0.00 %
1.141
-0.07 %

La croissance française a retrouvé un peu d'élan au troisième trimestre

| AFP | 445 | 4 par 1 internautes
La croissance économique a rebondi en France au troisième trimestre, atteignant 0,4%
La croissance économique a rebondi en France au troisième trimestre, atteignant 0,4% ( THOMAS SAMSON / AFP/Archives )

Une remise en marche, à défaut d'un rebond spectaculaire. Après six mois de croissance atone, l'économie française a retrouvé des couleurs au troisième trimestre, portée notamment par l'investissement des entreprises et par un rebond de la consommation.

Fini le "trou d'air" du début d'année et sa cohorte de mauvaises nouvelles économiques: selon une première estimation publiée mardi par l'Insee, la croissance a atteint cet été 0,4% en France, alors qu'elle avait plafonné à 0,2% aux deux trimestres précédents.

Cette accélération, qui met fin à la mauvaise passe traversée par l'économie tricolore, s'avère cependant inférieure aux prévisions de l'Insee, de la Banque de France et de l'OFCE, qui tablaient de façon unanime sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 0,5% au troisième trimestre.

"C'est une remontée en pente douce", souligne Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture chez Xerfi, pour qui l'activité "aurait pu repartir plus vite". "On est passé du pas au trot, mais certainement pas au galop", ajoute-t-il.

Le chiffre de 0,4% "est un tout petit peu moins élevée qu'attendu, mais c'est un bon chiffre quand même", estime de son côté Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas, qui insiste sur l'amélioration des principaux piliers de la croissance.

Selon l'Insee, le redémarrage de l'activité s'explique principalement par la reprise de la demande intérieure, qui a contribué à la croissance du PIB pour 0,5 point, contre 0,2 au deuxième trimestre.

La consommation des ménages, qui avait reculé de 0,1% au deuxième trimestre, en raison notamment des grèves dans les transports, a ainsi rebondi de 0,5%, tant dans le secteur des services (+0,3%) que dans celui des biens (+0,6%).

L'investissement des entreprises a quant à lui progressé de 0,8%, après avoir déjà grimpé de 0,9% au deuxième trimestre, avec notamment de bons résultats dans le secteur automobile et dans les activités informatiques.

"C'est la principale bonne surprise du troisième trimestre", souligne Denis Ferrand, directeur général de l'institut Rexecode, qui juge cette évolution "de bon augure".

Le déficit commercial, enfin, s'est résorbé, grâce à la hausse des exportations (+0,7%). Les échanges extérieurs, talon d'Achille de l'économie française, ont ainsi contribué "positivement à la croissance" à hauteur de "0,1 point", après l'avoir pénalisée de 0,2 point au printemps, précise l'Insee.

- "balance des risques" -

Ce rebond économique, largement anticipé par les économistes, s'avère toutefois insuffisant pour permettre à l'économie tricolore de renouer avec les 2,2% de croissance atteints l'an dernier (2,3% en données corrigées des jours ouvrés).

Plusieurs facteurs sont en effet venus atténuer la reprise de l'activité, comme la variation des stocks des entreprises, qui a pesé sur la croissance à hauteur de 0,2 point, et l'investissement des ménages, qui a reculé de 0,2%.

"Les fondamentaux économiques de la France restent solides. Mais par rapport à l'an dernier, il y a un infléchissement qui est assez net", reconnaît Hélène Baudchon.

Croissance française
Croissance française ( AFP / AFP )

Selon l'Insee, "l'acquis de croissance" -- c'est-à-dire le niveau que le PIB atteindrait en 2018 si l'activité devait stagner d'ici la fin de l'année -- atteignait ainsi 1,5% à la fin du mois de septembre.

Sur l'ensemble de l'année 2018, l'organisme public prévoit une croissance de 1,6%, une hypothèse en ligne avec les prévisions de la Banque de France ou de l'OCDE. Le gouvernement est quant à lui légèrement plus optimiste, à 1,7%.

Ce niveau peut-il encore être atteint? "Pour arriver à l'objectif du gouvernement, et en l'absence de révision sur les trimestres précédents, il faudra faire 0,6% de croissance en fin d'année. Ça semble difficile", juge Denis Ferrand.

Un avis partagé par Alexandre Mirlicourtois, "sceptique" sur la capacité de rebond de l'économie tricolore. "On peut espérer une petite accélération, mais de là à atteindre 1,7%, c'est pas gagné".

Une prudence d'autant plus marquée que l'environnement international semble moins porteur. "On a une agrégation de difficultés au niveau international", avec "la hausse des prix du pétrole", le "Brexit" et la "crise politique entre Bruxelles et Rome", rappelle M. Ferrand. "Du coup, la balance des risques pèse vers le bas."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/11/2018

Telecom Italia, dont Vivendi est le premier actionnaire avec 24% du capital, a annoncé la nomination de Luigi Gubitosi au poste de Directeur général. Cet ancien de Fiat et de Wind…

Publié le 19/11/2018

Sa division Maison Connectée (décodeurs et modems) étant en difficulté depuis octobre 2016, Technicolor envisage plusieurs scénarios, dont une vente totale ou partielle, rapporte Reuters en…

Publié le 19/11/2018

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Nexans remporte un contrat majeur pour un câble d'exportation d'énergie destiné au parc éolien Hornsea 2 d'Ørsted   Le Groupe a…

Publié le 19/11/2018

Reuters croit savoir qu'une vente totale ou partielle de ses activités 'Maison connectée' serait sur la table...