5 635.98 PTS
-0.03 %
5 581.0
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 491.24
-0.08 %
DAX PTS
13 079.55
+0.01 %
Dowjones PTS
25 013.29
+1.21 %
6 905.53
+0.00 %
Nikkei PTS
22 960.34
-0.18 %

La croissance britannique reste modeste sous la pression du Brexit

| AFP | 410 | Aucun vote sur cette news
La City, le quartier d'affaires de Londres
La City, le quartier d'affaires de Londres ( LEON NEAL / AFP/Archives )

La croissance du Royaume-Uni est restée modeste au deuxième trimestre, les économistes estimant que l'étau du Brexit se resserre autour d'une activité ralentie par la consommation des ménages et l'investissement des entreprises.

Le produit intérieur brut britannique a progressé de 0,3% entre avril et juin par rapport à celui du premier trimestre, selon une deuxième estimation dévoilée jeudi par l'Office des statistiques nationales (ONS).

Ce chiffre est inchangé par rapport à la première estimation fournie par l'ONS en juillet et est sans surprise pour les analystes.

L'activité économique a légèrement accéléré par rapport au coup de frein du premier trimestre (+0,2%) après une année 2016 plus qu'honorable (+1,8%) malgré le vote pour le Brexit et ses conséquences encore incertaines.

Le pays a pu compter au deuxième trimestre sur une hausse de l'investissement des entreprises (+0,7%) et de la dépense publique (+0,6%), même si leur progression ralentit un peu d'un trimestre sur l'autre.

L'activité a accéléré principalement grâce à la contribution du commerce extérieur qui a été neutre sur le trimestre, alors qu'il avait lourdement entravé la croissance au premier trimestre.

En revanche, la consommation des ménages bat toujours de l'aile, avec une hausse modeste de 0,1%, soit la plus mauvaise performance depuis fin 2014, alors qu'elle avait porté la croissance toute l'année dernière.

Ce chiffre est cohérent avec un pouvoir d'achat des Britanniques contraint par la poussée de l'inflation, même si les dernières données sur les ventes au détail témoignaient d'une certaine résistance des dépenses au début de l'été.

La chute de la livre depuis un an, reflet des risques liés au Brexit, renchérit le coût des biens importés, ce qui se répercute directement sur les prix à la consommation dans le pays.

Par secteur d'activité, le PIB britannique a bénéficié d'une relative bonne tenue des services (+0,5%) et de l'agriculture (+0,4%) tandis que la production industrielle (-0,3%) et la construction (-1,3%) ont reculé.

- Attention à 2018 -

Au total, le Royaume-Uni est resté au deuxième trimestre le plus mauvais élève de la classe des pays riches du G7 en terme de croissance.

Les analystes ne s'attendent pas à une franche amélioration dans les mois à venir ni à un scénario catastrophe, mais plutôt à une activité qui tournera encore un peu au ralenti.

Les économistes indépendants sondés par le Trésor britannique estiment ainsi en moyenne que la croissance pourrait s'élever à 1,6% en 2017, soit un léger fléchissement par rapport à 2016, avant une année 2018 peut-être plus délicate.

"L'inflation devrait encore s'élever et la nette baisse de la confiance des consommateurs ces deux derniers mois suggère que les ménages ne vont pas continuer à puiser dans leur épargne", explique Samuel Tombs, économiste chez Pantheon Macroeconomics, au moment où les familles recourent abondamment à l'emprunt pour financer leurs dépenses.

Il pense en outre "que les risques du Brexit vont peser de plus en plus sur les investissements des entreprises alors que la date de sortie approche", en mars 2019.

La réticence à investir des entreprises a même été soulignée par le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE) Mark Carney lors d'une réunion de l'institut début août.

"Les entreprises devraient rester prudentes dans leur investissement en 2018, mais beaucoup va dépendre de la manière dont les négociations sur le Brexit se déroulent", estime Howard Archer, économiste chez EY Item Club.

Les milieux d'affaires n'ont eu de cesse de demander au gouvernement une période de transition entre la sortie de l'UE et l'entrée dans une nouvelle relation avec elle, afin d'éviter tout changement brutal dans leur activité.

Londres semble avoir entendu le message puisque l'exécutif de la Première ministre Theresa May propose désormais un accord d'union douanière intérimaire d'environ deux ans.

Et le gouvernement vient de préciser ses intentions en proposant que les biens mis sur le marché avant le Brexit puissent continuer à s'échanger librement après la sortie de l'UE, alors qu'une troisième session de négociations sur le Brexit débute lundi avec Bruxelles.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

ÉVÈNEMENT

IMMERSION EXCLUSIVE AU COEUR DE LA BOURSE
DU 28 MAI AU 1erJUIN 2018

EN PARTENARIAT AVEC

INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT ! Cliquez ici

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2018

Le marché parisien peine à se trouver une tendance claire à la mi-journée avec un CAC40 qui oscille autour de l'équilibre, à 5...

Publié le 22/05/2018

Airbus et les États membres de l’Union européenne (France, Allemagne, Espagne et Royaume-Uni) ont approuvé plusieurs amendements relatifs aux avances remboursables accordées à l’A380 et à…

Publié le 22/05/2018

Paris, 22 mai 2018 - Atos et le CEA inaugurent aujourd'hui une chaire industrielle, co-financée par l'Agence nationale de la recherche (ANR), dans le but de développer la…

Publié le 22/05/2018

Airbus vent de réagir au dernier jugement de l'Organisation mondiale du Commerce au sujet d'aides publiques accordées aux appareils A350 et A380...

Publié le 22/05/2018

Communiqué de Presse             Paris, le 16 mai 2018   Tableau de déclaration mensuelle des opérations réalisées en avril 2018 Date de début du…