5 535.26 PTS
-0.12 %
5 537.0
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 427.90
-0.10 %
DAX PTS
13 559.60
+0.71 %
Dowjones PTS
26 210.81
-0.01 %
6 963.46
+0.83 %
Nikkei PTS
24 029.57
-0.39 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

La crise du Golfe affecte les six monarchies de la région

| AFP | 215 | 5 par 1 internautes
Le 5 juin, l'Arabie, les Emirats, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations avec le Qatar et lui ont imposé des sanctions économiques
Le 5 juin, l'Arabie, les Emirats, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations avec le Qatar et lui ont imposé des sanctions économiques ( Handout / Qatar News Agency/AFP/Archives )

Le boycott sans précédent du Qatar par quatre pays arabes emmenés par l'Arabie saoudite affecte les économies de l'ensemble des monarchies du Golfe, a estimé mercredi l'agence de notation financière Moody's.

Cette dispute s'est traduite par des difficultés de crédit pour l'ensemble des six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG: Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar), a indiqué Moody's dans un rapport.

Le 5 juin, l'Arabie, les Emirats, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations avec le Qatar et lui ont imposé des sanctions économiques (arrêt des liaisons aériennes, maritimes et terrestres) après l'avoir accusé de soutenir des groupes extrémistes. Doha a nié ces accusations.

"La gravité du différend diplomatique entre les pays du Golfe est sans précédent, ce qui exacerbe l'incertitude quant à l'impact économique, fiscal et social final sur le CCG dans son ensemble", a déclaré Steffen Dyck, vice-président de Moody's.

Le Qatar doit faire face à d'importants coûts économiques, financiers et sociaux découlant des restrictions commerciales et de voyage qui lui sont imposées, selon l'agence.

Jusqu'à présent, l'impact sur le Qatar a été particulièrement marqué dans les secteurs du commerce, du tourisme et des banques. D'importantes fuites de capitaux (environ 30 milliards de dollars) ont été enregistrées dans le système bancaire du Qatar en juin et juillet. De nouvelles fuites sont attendues, les banques du CCG ayant choisi de ne pas renouveler leurs dépôts, a indiqué Moody's.

L'agence a estimé que le Qatar avait utilisé 38,5 milliards de dollars -soit 23% de son PIB- pour soutenir son économie au cours des deux premiers mois de sanctions.

Moody's a déclaré ne pas s'attendre à voir le Qatar emprunter sur le marché international cette année, mais indiqué que ses coûts de financement allaient augmenter.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2018

Tout faire pour convaincre la Cour d'appel de son bon droit...

Publié le 23/01/2018

Revue collective du dossier réglementaire...

Publié le 23/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 23/01/2018

  Atari innove pour accélérer le développement de son catalogue de plus de 200 jeux Accord avec StartEngine pour financer un premier jeu, RollerCoaster Tycoon®, sur la…

Publié le 23/01/2018

"Cet exercice a également été marqué par le franchissement d'étapes majeures sur nos axes prioritaires de développement"...

CONTENUS SPONSORISÉS