En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 867.11 PTS
+0.40 %
4 869.00
+0.50 %
SBF 120 PTS
3 883.22
+0.39 %
DAX PTS
11 117.93
+0.25 %
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
+0.00 %
1.136
+0.03 %

La crise des "gilets jaunes" "coûte cher à la France" selon Le Maire

| AFP | 279 | Aucun vote sur cette news
Des
Des "gilets jaunes" défilent dans les rues de Paris, le 5 janvier 2019 ( Lucas BARIOULET / AFP )

"La crise (des "gilets jaunes") coûte cher à l'économie française", a déploré dimanche le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, en rappelant avoir prévu un impact notamment sur le dernier trimestre de 2018.

"J'ai dit (qu'elle coûtera) 0,1 point de croissance pour le dernier trimestre, ce sera sans doute 0,1 point", a-t-il déclaré dans l'émission Le Grand Rendez-vous organisée par la radio Europe 1, la chaîne CNews et le quotidien Les Echos.

"Nous avons intérêt à ce que cela cesse le plus vite possible", a-t-il poursuivi, à propos du mouvement des "gilets jaunes", rappelant qu'en outre "tout notre environnement international est tendu".

Les troubles et le mouvement des "gilets jaunes", tout "cela a un coût pour la croissance et l'attractivité de la France", a ajouté le ministre, qui a toutefois maintenu la prévision de croissance annuelle.

Alors que la Banque de France et l'Insee ont toutes deux abaissé en décembre leur prévision de croissance pour l'économie française à 1,5% pour 2018, le gouvernement continue de tabler officiellement sur 1,7%.

Interrogé sur les mesures instaurées pour dynamiser l'économie française et notamment la suppression de l'impôt sur la fortune, M. Le Maire a affirmé qu'il ne voulait pas de retour en arrière.

"Emmanuel Macron a été élu sur la base d'un projet, qui comprenait une transformation fiscale en profondeur, qui a été voté par une majorité de Français, donc je ne souhaite pas que nous revenions sur l'ISF, sur le prélèvement forfaitaire unique ou sur la baisse de l'impôt sur les sociétés", a-t-il détaillé.

"La priorité à mes yeux n'est pas de rétablir un ISF qui n'a jamais réglé le problème du chômage, ni celui de la pauvreté en France, c'est de s'attaquer aux racines de la pauvreté, des inégalités et du chômage dans notre pays", a-t-il poursuivi.

"Laissons aussi aux mesures que nous avons adoptées le temps de donner toute leur ampleur et d'apporter leurs résultats aux Français", a plaidé le ministre, rappelant qu'une évaluation des effets de la suppression de l'ISF sera menée d'ici fin 2019, comme promis par l'exécutif.

En revanche, M. Le Maire s'est dit ouvert au débat sur certaines mesures qui n'ont pas encore été mises en place, telle que la suppression de la taxe d'habitation pour les 20% des ménages les plus aisés. "Voilà un sujet qui pourrait être soumis à discussion", a indiqué le ministre.

"Si nous répondons non à chacune des demandes des Français, que nous ne sommes pas capables d'écouter la demande de justice qui s'exprime partout en France, nous ne réussirons pas le débat", a estimé M. Le Maire.

Les réponses du gouvernement sur le pouvoir d'achat ont été diversement appréciées par les syndicats, mais tous se sont rejoints pour dénoncer, selon eux, une absence de mesures de "justice fiscale".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

Les marchés actions européens évoluent proches de l’équilibre à la mi-séance, dans contexte où la morosité l’emporte. Les catalyseurs haussiers font défaut et les investisseurs se…

Publié le 23/01/2019

A l’occasion d’une journée Investiseurs, Neopost a levé le voile sur sa nouvelle stratégie baptisée « Back to Growth » et portant sur la période 2019-2022. Ainsi, le spécialiste du…

Publié le 23/01/2019

Résultats trimestriels...

Publié le 23/01/2019

Ingenico chute de 12% à 46,03 euros après avoir atteint 44,41 euros, soit son plus niveau depuis avril 2013. Les investisseurs sanctionnent le quatrième avertissement sur résultats en moins d'un…

Publié le 23/01/2019

Le titre valide une figure de continuation baissière en drapeau après s'être retourné à la baisse sous sa moyenne mobile à 50 séances, négativement orientée. De son côté, le RSI évolue à…