5 281.58 PTS
-
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
-
DAX PTS
12 451.96
-
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 963.58
+1.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

La Cour des comptes épingle la politique salariale des autorités indépendantes

| AFP | 370 | Aucun vote sur cette news
L'entrée de la Cour des comptes en 2016 à Paris
L'entrée de la Cour des comptes en 2016 à Paris ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

Les autorités administratives et publiques indépendantes, telles que le CSA, la Cnil ou encore l'Autorité de la concurrence, devraient mieux maîtriser leurs effectifs et leurs politiques de rémunération, estime la Cour des Comptes dans un rapport publié lundi.

La France compte 26 autorités indépendantes, qui vont de la Haute autorité de santé (HAS) au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), en passant par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) ou encore la Commission de régulation de l'Energie (CRE).

Chargées de préserver certaines libertés ou de réguler certains secteurs économiques, leurs statuts garantissent leur indépendance et elles disposent d'une large autonomie de gestion.

"Le corollaire de cette liberté devrait être un autocontrôle exigeant; celui-ci n'est pourtant pas toujours observé", écrit la Cour dans son rapport.

Au total, ces autorités employaient 3.096 personnes en 2016. Le projet de loi de finances pour 2018 a inscrit une prévision de 3.320 emplois, un chiffre en hausse de 7,2% par rapport à 2016.

Si les situations sont diverses, l'évolution des effectifs de ces organismes tient à celle des missions qui leur sont dévolues, plusieurs d'entre eux ayant connu une extension de leur champ d'intervention, souligne l'institution de la rue Cambon, qui a passé sous revue la période 2011-2016.

"Bénéficiant d'un cadre juridique dérogatoire du droit commun, les autorités administratives indépendantes tendent à recourir de façon prépondérante à des agents contractuels, y compris lorsqu'elles recrutent des fonctionnaires qui sont souvent détachés sur contrat", observe-t-elle.

Concernant ces derniers, ces organismes "leur accordent par ce biais des gains de rémunération substantiels par rapport à leur situation antérieure", rendant "plus difficile" la mobilité en retour.

La Cour observe par ailleurs que la rémunération des dirigeants s'est "révélée dynamique" et qu'elle est comparable à celles des fonctions administratives les plus élevées. Aussi juge-t-elle "pertinent" un rapprochement avec le dispositif d'encadrement de la rémunération des dirigeants des établissements publics administratifs de l'Etat.

Dans l'ensemble, les personnels de ces autorités bénéficient d'une "rémunération attractive, plus avantageuse, et donc plus onéreuse, que celle des autres services de l'Etat", souligne la Cour des comptes.

Notant la quasi-absence d'un "mécanisme de modulation liée à la performance individuelle", l'institution juge que le contrôle des rémunérations demeure "perfectible".

Dans ces circonstances, les magistrats préconisent notamment de "mettre en place un pilotage de la masse salariale", de donner pour chaque autorité "un fondement réglementaire à la rémunération du président et à l'indemnisation des membres".

Ils suggèrent aussi d'"utiliser plus largement les possibilités de modulation de la part variable de la rémunération liée à la performance individuelle, sur la base d'entretiens d'évaluation".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

Le Premier ministre, qui visitait vendredi une usine L'Oréal, n'est pas inquiet après l'annonce par Nestlé de la non reconduction du pacte d'actionnaires qui le lie à la famille Bettencourt…

Publié le 16/02/2018

Le Gabon a annoncé vendredi la réquisition de la SEEG, filiale eau et électricité du groupe français, ainsi que son intention de résilier son contrat de concession.

Publié le 16/02/2018

Le désaccord concernant les conditions de diffusion des chaînes de TF1 sur le réseau d'Orange se poursuit. Orange a annulé des campagnes publicitaires prévues sur TF1...

Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

CONTENUS SPONSORISÉS