5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

La compagnie pétrolière du Nigeria contre-attaque

| AFP | 98 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Ibe Kachikwu, secrétaire d'Etat au pétrole du Nigeria, ici le 25 mail 2017 à Vienne pour une réunion de l'OPEP
Emmanuel Ibe Kachikwu, secrétaire d'Etat au pétrole du Nigeria, ici le 25 mail 2017 à Vienne pour une réunion de l'OPEP ( JOE KLAMAR / AFP/Archives )

La compagnie pétrolière d'Etat du Nigeria, premier producteur d'or noir en Afrique, a publié lundi un rapport détaillé pour se défendre des accusations de malversations révélées au grand jour la semaine dernière par un membre du gouvernement.

"Ces accusations étaient basses, et toutes les procédures - d'acquisition de contrats - ont été respectées à la lettre", affirme Ndu Ughamadu, directeur des affaires publiques de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC).

"Les contrats passés avec la NNPC n'ont pas besoin d'être discutés avec le secrétaire d'Etat au Pétrole ou avec le conseil d'admnistration (...) mais doivent être approuvés par le conseil des appels d'offres ou par le ministre du Pétrole, qui se trouve être le chef de l'Etat", assure le communiqué publié lundi.

Cette réponse survient une semaine après la fuite dans la presse locale d'une lettre d'Ibe Kachikwu, secrétaire d'Etat au pétrole, adressée au président Muhammadu Buhari, lui rapportant un "climat de peur" et l'opacité qui règne au sein de la NNPC depuis que Maikanti Baru en a pris les commandes en 2016.

Il a notamment accusé M. Baru de n'avoir pas respecté la procédure administrative prévue pour une liste de cinq contrats d'une valeur de 25 milliards de dollars "signés sans aucune connaissance ni approbation du conseil d'administration de la NNPC".

Ce nouveau scandale met à mal la "guerre contre la corruption" promise par le président Buhari à son arrivée au pouvoir.

Le chef de l'Etat, réputé pour sa droiture, s'est nommé lui-même ministre du Pétrole, pour pouvoir mieux surveiller le secteur. Mais il a placé l'un de ses proches, M. Bahu, musulman originaire du Nord comme lui, à la tête de la NNPC en 2016.

Jusqu'à cette date, M. Kachikwu avait deux casquettes: président de la NNPC et secrétaire d'Etat au Pétrole. Les investisseurs et les experts avaient salué ses efforts pour réformer un secteur gangréné par la corruption et le pillage à grande échelle.

Le président nigérian a été absent du pays pendant près de 6 mois depuis le début de l'année pour des raisons médicales, ne pouvant de fait être garant de la bonne procédure des appels d'offres.

Le Sénat a mis en place une commission d'enquête sur les accusations de M. Kachikwu, qui sera présidée par un sénateur de l'Etat de Sokoto (nord), Aliyu Wamakko.

La compagnie pétrolière nationale, considérée comme la caisse noire des régimes successifs, vend "plus de 50% du volume total - d'environ 2 millions de barils/jour - produit dans le pays", à travers ses joint-ventures avec les grandes compagnies internationales, selon Benjamin Augé, chercheur associé à l'Institut français des relations internationales.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS