Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 723.81 PTS
+0.72 %
6 744.50
+1.06 %
SBF 120 PTS
5 245.09
+0.52 %
DAX PTS
15 555.08
-0.09 %
Dow Jones PTS
35 101.63
+0.76 %
15 049.06
+0.57 %
1.186
-0.06 %

La Commission européenne réduit fortement sa prévision de croissance pour l'an prochain

| Boursier | 1170 | Aucun vote sur cette news

L'activité dans la zone euro et dans l'UE ne devrait pas retrouver son niveau d'avant la pandémie en 2022, avertit la Commission européenne...

La Commission européenne réduit fortement sa prévision de croissance pour l'an prochain
Credits Reuters

L'activité dans la zone euro et dans l'UE ne devrait pas retrouver son niveau d'avant la pandémie avant 2022, avertit la Commission européenne. Dans ses prévisions automnales, Bruxelles estime désormais que l'économie de la zone euro se contractera de 7,8% cette année avant de croître de 4,2% en 2021 et de 3% en 2022. Elle tablait cet été sur une chute du PIB de 8,7% en 2020 avant un rebond de 6,1% l'an prochain.

Prévisions très incertaines

La pandémie de coronavirus représente un choc très important pour les économies mondiale et européenne, avec des conséquences économiques et sociales très graves. L'activité économique en Europe a subi un choc sévère au cours du premier semestre de l'année et a fortement rebondi au troisième trimestre, les mesures de confinement ayant été progressivement levées. Toutefois, la résurgence de la pandémie ces dernières semaines entraîne des perturbations, les autorités nationales introduisant de nouvelles mesures de santé publique pour limiter sa propagation. La situation épidémiologique signifie que les projections de croissance sur l'horizon de prévision sont soumises à un degré extrêmement élevé d'incertitude et de risques, précise la CE.

Le taux de chômage dans la zone euro devrait grimper à 9,4% en 2021

Sur le front du travail, les pertes d'emplois et la hausse du chômage ont mis à rude épreuve les moyens de subsistance de nombreux Européens. Les mesures politiques prises par les États membres, ainsi que les initiatives au niveau de l'UE, ont contribué à atténuer l'impact de la pandémie sur les marchés du travail. L'ampleur sans précédent des mesures prises, notamment par le biais de programmes de chômage partiel, a permis de limiter la hausse du taux de chômage par rapport à la baisse de l'activité économique. Le chômage devrait continuer à augmenter en 2021, avec la suppression progressive des mesures d'aide d'urgence par les États membres et l'arrivée de nouvelles personnes sur le marché du travail, mais devrait s'améliorer en 2022 avec la poursuite de la reprise économique. Au global, Bruxelles estime que le taux de chômage dans la zone euro devrait passer de 7,5% en 2019 à 8,3% en 2020 et 9,4% en 2021, avant de retomber à 8,9% en 2022.

Explosion des déficits publics

L'augmentation des déficits publics devrait être très importante dans l'ensemble de l'UE cette année, car les dépenses sociales augmentent et les recettes fiscales diminuent, en raison à la fois des mesures politiques exceptionnelles destinées à soutenir l'économie et de l'effet des stabilisateurs automatiques. Selon les prévisions de la CE, le déficit public global de la zone euro devrait ainsi passer de 0,6% du PIB en 2019 à environ 8,8% en 2020, avant de diminuer pour atteindre 6,4% en 2021 et 4,7% en 2022. Cela reflète la suppression progressive des mesures de soutien d'urgence prévue dans le courant de 2021, à mesure que la situation économique s'améliorera. Reflétant la hausse des déficits, les prévisions prévoient que le ratio global de la dette de la zone euro sur le PIB passera de 85,9% en 2019 à 101,7% en 2020, 102,3% en 2021 et 102,6% en 2022.

Pression limitée sur les prix

Quant à l'inflation, la chute brutale des prix de l'énergie a fait passer l'inflation globale en territoire négatif en août et septembre. L'inflation de base, qui comprend tous les postes sauf l'énergie et les produits alimentaires non transformés, a également diminué de manière substantielle au cours de l'été en raison d'une baisse de la demande de services, en particulier les services liés au tourisme et les biens industriels. La faiblesse de la demande, le ralentissement du marché du travail et la vigueur du taux de change de l'euro exerceront une pression à la baisse sur les prix. L'inflation dans la zone euro, mesurée par l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), devrait atteindre en moyenne 0,3% en 2020, avant de passer à 1,1% en 2021 et à 1,3% en 2022, avec la stabilisation des prix du pétrole.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 septembre 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/08/2021

Konix permettra aux gamers qui se reconnaissent dans les valeurs de l'UFC et de ses athlètes, de partager leur passion avec une gamme spécifique de casques, chaises de jeu et autres accessoires sous…

Publié le 03/08/2021

Bluelinea annonce le succès de son augmentation de capital par l'exercice des bons de souscription d'actions attribués gratuitement à tous les...

Publié le 03/08/2021

Chiffre d'affaires du 1er semestre...

Publié le 03/08/2021

Hopscotch Groupe, groupe de conseil en communication, a publié un chiffre d’affaires et une marge brute au premier semestre 2021 de 56,4 millions d’euros et 25,9 millions d’euros, affichant une…

Publié le 03/08/2021

Les deux parties espèrent finaliser leur accord au cours des prochaines semaines.

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne