Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
8 167.50 PTS
-0.26 %
8 133.0
-0.17 %
SBF 120 PTS
6 192.19
-0.28 %
DAX PTS
18 704.42
-0.18 %
Dow Jones PTS
40 003.59
+0.34 %
18 546.23
-0.06 %
1.087
-0.02 %

La commission d'enquête sur les fréquences TV pour davantage de contrôle à tous les étages

| AFP | 527 | 2.33 par 3 internautes
Logo de la chaîne CNews, le 26 mars 2019
Logo de la chaîne CNews, le 26 mars 2019 ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Resserrer les contrôles des chaînes à toutes les étapes, muscler le gendarme de l'audiovisuel: la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur l'attribution des fréquences TNT a livré ses recommandations mardi, en pleine remise en jeu de celles de C8 et CNews.

Le rapport final porte sur tous les maillons, sous la plume du député LFI Aurélien Saintoul.

Son groupe avait lancé la commission d'enquête il y a six mois, avec dans le viseur C8 et CNews, deuxième chaîne d'info. "Il existe une culture, une stratégie de la transgression et du contournement des règles de la part de ces deux chaînes" propriétés du groupe Canal+, a répété le parlementaire devant la presse mardi.

"Il faut des conventions solides" fixant les obligations des chaînes, plaide-t-il, déplorant qu'elles soient trop souvent renégociées au fil du temps avec l'Arcom, le régulateur de l'audiovisuel. Et il faut aller jusqu'au "retrait de l'autorisation d'émettre" en cas de non-respect des règles.

M. Saintoul appelle également de ses voeux une "montée en puissance de l'Arcom", une autorité qualifiée de "faible" et qui "peine à préserver un paysage médiatique diversifié et respectueux de la bonne tenue du débat démocratique", estime-t-il dans son rapport de plus 200 pages.

Ses amendes devraient pouvoir atteindre 10% du chiffre d'affaires. L'Arcom devrait aussi être dotée "d'un pouvoir d'enquête sur pièces et sur place pour constater le fonctionnement et l'indépendance des rédactions", prône-t-il.

Alors que 15 fréquences sont à renouveler cette année, dont celles de C8 et CNews, il considère avoir "ouvert le bilan de la libéralisation de la télé", qu'il veut "rendre au peuple", a-t-il déclaré à l'AFP.

Mano a mano

Au total, le rapport contient 47 propositions, dont neuf du rapporteur à titre personnel, un compromis au forceps avec le président de la commission Quentin Bataillon (Renaissance) la semaine dernière. C'est une "victoire" pour l'insoumis qui redoutait que ses travaux soient enterrés faute d'accord.

M. Saintoul met ainsi sur la table la suppression du modèle payant de Canal+ ou le principe d'une redevance pour les titulaires de ces fréquences publiques. Cela remet en cause "l'avenir de la TNT", aux yeux de M. Bataillon.

Le rapporteur suggère aussi d'interdire les programmes jeunesse avant l'école. Mais le président de la commission s'y oppose, au motif que les enfants se rabattraient sur les plateformes.

Enfin, M. Saintoul souhaite un "renoncement" aux éditorialistes sur les chaînes d'information car ils sont, selon lui, "intrinsèquement liés à la presse écrite d'opinion". Mais pour M. Bataillon, ce serait une atteinte à "la liberté de la presse".

Le rapporteur ne désespère pas qu'une "proposition de loi transpartisane" soit possible.

Autorisations de diffusion

De son côté, le président de la commission d'enquête a avancé les pistes de la majorité présidentielle.

Certaines sont sévères pour les chaînes: possible "interdiction temporaire d'un programme" ou du "direct", "niveau minimum de reportages de terrain" sur les chaînes d'info.

Pour l'Arcom, les macronistes préconisent le "droit de s'auto-saisir" afin de faciliter les contrôles.

Ils ne se prononcent pas spécifiquement sur la procédure actuelle de réattribution des fréquences. "Ce n'est pas notre rôle", avance M. Bataillon.

Sans surprise, Aurélien Saintoul écrit lui qu'il "ne comprendrait pas que les chaînes CNews et C8 puissent se voir en l'état renouveler leurs autorisations de diffusion".

Poursuivant les vifs échanges de ces derniers mois, Cyril Hanouna a étrillé mardi soir les conclusions de l'insoumis, dans son émission TPMP sur C8. "C'est fou de parler de choses dont on ne connaît rien", a-t-il lancé en évoquant des "inepties".

Auditionné par la commission d'enquête, l'animateur vedette, qui a valu un total de 7,5 millions d'euros d'amendes à sa chaîne, avait dénoncé un "acharnement".

Les dirigeants du groupe Canal+, dans le giron du milliardaire Vincent Bolloré, avaient eux affirmé être "sur toutes (leurs) obligations de bons élèves". Et M. Bolloré avait assuré ne pas intervenir sur les contenus et nié vouloir promouvoir "une idéologie" d'extrême droite, ce dont il est régulièrement accusé.

M. Saintoul a enfin indiqué mardi qu'il allait faire un signalement à la justice: il accuse les responsables de Canal+ d'avoir "menti" sous serment sur l'existence d'une enquête interne après un incident en février sur CNews, où l'avortement avait été présenté comme la "première cause de mortalité dans le monde".

 ■

Copyright © 2024 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 2.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 mai 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du dimanche 12 mai 2024 au samedi 18 mai 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 16/05/2024

L'actrice Brigitte Lecordier, spécialisée dans le doublage des voix, à Paris, le 5 juillet 2023 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )Ils ne foulent pas le tapis rouge mais comptent se faire entendre :…

Publié le 15/05/2024

Le siège de Radio France, le 3 février 2023 à Paris ( Ludovic MARIN / AFP/Archives )"Le moment politique est venu" pour une "fusion" de France Télévisions et Radio France en 2026, a martelé…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/05/2024

La Bourse de New York a fini en baisse jeudi, à l’issue d’une séance marquée par des prises de bénéfices après avoir signé des records historiques la veille. 

Publié le 17/05/2024

La Bourse de Paris a consolidé dans le calme, ne parvenant pas à s’affranchir du plus haut annuel et historique atteint récemment (8.259,19 points le 10/05/24). 

Publié le 17/05/2024

Les actionnaires de SCOR ont adopté toutes les résolutions proposées, à l'heure où SCOR renforce encore davantage sa stratégie en faveur du...

Publié le 17/05/2024

Eiffage avait annoncé le 28 février 2024 une augmentation de capital réservée aux salariés du Groupe en France, Belgique, Luxembourg, Espagne,...

Publié le 17/05/2024

AB Science SA communique un rectificatif sur les comptes consolidés au 31 décembre 2023...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRE

Faut-il toujours investir dans l'immobilier en 2024 ?

Mercredi 22 mai
à 11h00

S'inscrire