5 390.46 PTS
+0.20 %
5 383.50
+0.18 %
SBF 120 PTS
4 288.02
+0.14 %
DAX PTS
13 059.84
+0.39 %
Dowjones PTS
23 557.99
+0.14 %
6 409.29
+0.36 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

La cohabitation avec les humains, prochain défi de la voiture autonome

| AFP | 146 | Aucun vote sur cette news
John Krafcik, patron de Waymo, la filiale automobile autonome du géant américain Alphabet
John Krafcik, patron de Waymo, la filiale automobile autonome du géant américain Alphabet ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP )

De Phoenix à Paris, en passant par Lisbonne et San Francisco, les voitures autonomes vont être de plus en plus nombreuses sur les routes du monde entier, une réalité avec laquelle les conducteurs humains devront très bientôt composer.

"Les voitures autonomes sont déjà là", a assuré John Krafcik, le patron de Waymo, la filiale automobile autonome du géant américain Alphabet (également maison mère de Google), sur la scène centrale du Web Summit de Lisbonne, pour bien signifier que la phase de tests était quasiment terminée.

La société profitait de l'occasion pour annoncer le lancement d'un test grandeur nature dans les rues de Phoenix et ses environs, en Arizona (sud-ouest des Etats-Unis), de ses véhicules autonomes dans des usages du quotidien. Elle envisage déjà le lancement d'un service de réservation de véhicules autonomes via une application.

Au même moment à Paris, la start-up française Navya présentait son nouveau robot-taxi, qui doit commencer à sillonner les rues de la capitale, ainsi que Lyon, dans le courant de l'année 2018.

Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres car depuis plusieurs années déjà, des voitures autonomes enchaînent des kilomètres pour accumuler de l'expérience de conduite, notamment en Californie.

D'abord connu comme Google Car, Waymo a ainsi parcouru plus de 5,5 millions de kilomètres, une phase d'apprentissage nécessaire afin de "mettre le véhicule face à des situations de plus en plus complexes pour apprendre par la pratique, avec des cas très différenciés et nombreux", explique Mouloud Dey, directeur innovation pour l'institut SAS spécialisé dans les nouvelles technologies.

- 'Pas de cadeau à la technologie' -

Dans cette logique, le gouvernement du Portugal, qui accueillait le Web Summit cette semaine pour la deuxième année consécutive, se prépare à mettre en place des zones de test dans le pays, tant pour les drones que pour les véhicules autonomes.

John Krafcik, patron de Waymo, la filiale automobile autonome du géant américain Alphabet, sur la scène centrale du Web Summit de Lisbonne
John Krafcik, patron de Waymo, la filiale automobile autonome du géant américain Alphabet, sur la scène centrale du Web Summit de Lisbonne ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP )

"La loi portugaise ne permet pas actuellement de réaliser ce type de test. Nous voulons adapter le cadre législatif afin de créer un environnement favorable et attirer des investisseurs. Nous espérons que cela se matérialisera en début d'année prochaine", explique à l'AFP la secrétaire d'Etat à l'Industrie, Ana Teresa Lehmann.

Pour ces entreprises, la question de la cohabitation entre conducteurs humains et algorithmes ne fait aucun doute et ne posera aucun problème, la vraie transition se situera dans l'acceptation par les humains de laisser le volant à la machine pour leurs déplacements.

Pourtant, la problématique existe car "en cas d'accident, on ne fera pas de cadeau à la technologie, ce qui agira de manière négative sur l'acceptation de la voiture autonome", estime Guillaume Crunelle, associé responsable de l'industrie automobile chez Deloitte.

"Il y aura forcément une période de cohabitation, la question sera alors de la voir comme une période d'apprentissage plutôt que comme un frein. Il faut trouver les usages intermédiaires, avec de l'autonomie progressive, pourquoi pas des voies dédiées ou d'autres solutions", détaille Amal Boutayeb, experte transports pour le cabinet de conseil Wavestone.

- 'Même code de la route' -

Car l'intégration des voitures autonomes dans la circulation quotidienne prendra du temps. Entre adaptation nécessaire de la législation, technologie encore en phase d'apprentissage et renouvellement naturel du parc automobile, leur présence en nombre sur les routes est plus une question de décennies que d'années, de l'avis de la majorité des experts.

"Cela viendra progressivement, avec des premiers usages qui se feront dans des situations simples comme sur autoroute, comme on peut déjà le voir, avec des voitures qui seront comme sur des rails et où le conducteur reprendra le contrôle lorsqu'il quittera l'autoroute", envisage M. Dey.

"C'est un vrai sujet mais un faux problème", abonde Guillaume Crunelle de Deloitte, "cela va se faire au fur et à mesure de la technologie. Et puis normalement, humains et voitures autonomes doivent à la base suivre les mêmes règles du code de la route".

"Il faut bien rappeler que l'intelligence artificielle ne signifie pas un risque zéro. Mais les attentes sont élevées car il y a de réels besoins tant en terme de sécurité routière que de problématique environnementale auxquels la voiture autonome peut répondre", insiste Mme Boutayeb.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 SAINT-ETIENNE 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 24/11/2017

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C a progressé de 100 en octobre par rapport à septembre en France, à 5 616 000 personnes, a annoncé le Ministère du travail. Il a…

Publié le 24/11/2017

  ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 19 991 141 euros Siège social : 2 rue de Bassano - 75116 PARIS RCS PARIS 735 620 205 - SIRET 735 620 205 00121…

Publié le 24/11/2017

Fouad Chéhady est nommé responsable de la Transformation et de l’Excellence opérationnelle, membre du comité exécutif de Natixis. Il est rattaché à Laurent Mignon, Directeur général de…

Publié le 24/11/2017

Saint-Gobain a acquis 90% des actions d'Isoroc Pologne ainsi que la marque Isoroc en Europe. Saint-Gobain détient déjà la société Isoroc Russie et la marque correspondante depuis 2016. Isoroc…

CONTENUS SPONSORISÉS