En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 845.97 PTS
-1.04 %
4 842.0
-0.96 %
SBF 120 PTS
3 853.61
-0.99 %
DAX PTS
10 852.72
-0.66 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.00 %
1.129
-0.61 %

Avoirs iraniens bloqués: Washington dénonce un "abus de droit" de Téhéran à la CIJ

| AFP | 602 | Aucun vote sur cette news
Montage photo du 23 juillet 2018 montrant le président américain Donald Trump et le président iranien Hassan Rohani
AFP PHOTO/HO/PRESIDENCE IRANIENNE
Montage photo du 23 juillet 2018 montrant le président américain Donald Trump et le président iranien Hassan Rohani AFP PHOTO/HO/PRESIDENCE IRANIENNE ( Nicholas Kamm, HO / AFP/Archives )

Les représentants américains ont dénoncé lundi "la mauvaise foi" de Téhéran dans une affaire d'avoirs iraniens gelés par les Etats-Unis, Washington évoquant un "abus de droit" de la République islamique qui a porté ce différend devant la Cour internationale de justice (CIJ).

L'Iran a engagé une procédure contre les Etats-Unis devant la CIJ en juin 2016 afin d'obtenir le déblocage de près de deux milliards de dollars de ses fonds. Des tribunaux américains avaient décidé de geler ces sommes pour indemniser des Américains victimes d'attaques terroristes.

La Cour basée à La Haye a commencé lundi à examiner ce différend lors d'audiences qui se clôtureront vendredi. Les juges devront décider par la suite s'ils peuvent ou non se prononcer dans ce litige.

Dans sa plainte devant la CIJ, Téhéran fait valoir que Washington a violé un traité bilatéral conclu en 1955 entre les deux pays, portant sur les relations économiques et les droits consulaires.

Malgré ce traité, l'Iran et les Etats-Unis n'entretiennent plus de relations diplomatiques depuis près de 40 ans.

L'invocation du traité de 1955 par l'Iran "constitue un abus de droit" puisque "les relations amicales sur lesquelles le traité repose n'existent plus", a déclaré lundi le représentant des Etats-Unis Richard Visek.

Les relations entre les deux pays n'ont pu être restaurées en raison du "comportement malveillant" et "des actes violents" commis par l'Iran à l'encontre des Etats-Unis, a dénoncé Richard Visek, évoquant notamment le "soutien" de la République islamique à "des bombardements terroristes, des assassinats et des enlèvements".

"L'Iran a les mains sales. Il est évident que l'Iran est de mauvaise foi", a-t-il lancé face aux juges.

"Nous devons à nos héros tombés au combat, à leurs familles, et aux victimes des activités terroristes de l'Iran de nous défendre vigoureusement face aux demandes infondées du régime iranien cette semaine à La Haye", a déclaré dans un communiqué lundi le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

"Nous continuerons à combattre partout le fléau que représentent les activités terroristes de l'Iran, et à accentuer la pression sur cet Etat hors-la-loi", a-t-il ajouté.

Les sommes bloquées par les Etats-Unis étaient réclamées par un millier de victimes et familles de victimes d'attentats fomentés ou soutenus par Téhéran, selon la justice américaine. Parmi eux figurent les proches des 241 soldats américains tués le 23 octobre 1983 dans deux attentats suicide qui avaient frappé les contingents américain et français de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth.

- Affrontements judiciaires -

Ces audiences interviennent dans un contexte de tensions grandissantes entre l'Iran et les Etats-Unis, opposés dans une autre procédure devant la Cour, plus haute juridiction des Nations unies.

Mercredi, les juges de la CIJ ont ordonné à Washington de mettre fin aux sanctions contre Téhéran visant des biens "à des fins humanitaires", un revers pour les Etats-Unis, qui ont toutefois récusé la compétence de la Cour dans cette affaire.

La CIJ se prononçait sur la demande de l'Iran de suspendre les sanctions américaines réimposées par Donald Trump après le retrait de Washington de l'accord sur le nucléaire iranien, la République islamique dénonçant de graves conséquences sur son économie.

Iran : dates-clés depuis le retrait américain de l'accord nucléaire
Iran : dates-clés depuis le retrait américain de l'accord nucléaire ( Cecilia SANCHEZ / AFP )

Le traité de 1955 se trouvait également au coeur de cette affaire. Il a joué en faveur de l'Iran.

Peu après l'annonce de la CIJ, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait annoncé mercredi que les Etats-Unis mettaient fin au traité, invoqué par la Cour pour justifier sa décision.

Les Etats-Unis se sont retirés le même jour du protocole facultatif de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, qui reconnaît la "juridiction obligatoire de la CIJ pour la solution de tous les différends" touchant son "interprétation" ou "application". Washington reste cependant membre de la Convention elle-même.

"Nous allons commencer à passer en revue tous les accords internationaux qui risquent d'exposer les Etats-Unis à la compétence prétendument contraignante de la Cour internationale de justice dans la résolution de différends", avait fait savoir John Bolton, conseiller à la sécurité nationale du président Donald Trump.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Les marchés actions se replient nettement en raison de craintes sur la croissance mondiale. En Chine, la croissance de la consommation en novembre est au plus bas depuis 15 ans à +8,1% et la…

Publié le 14/12/2018

Rothschild & Co remplacera Solocal Group au sein de l’indice SBF 120 à partir du 24 décembre 2018, a annoncé Euronext.source : AOF

Publié le 14/12/2018

La situation demeure toujours délicate pour Ford Motor en Chine. Le constructeur automobile américain vient d'y constater un recul de ses ventes de 55% à 52 434 véhicules pour le mois de novembre…

Publié le 14/12/2018

Le titre casse un large canal baissier en place depuis mai dernier. Du côté des indicateurs techniques, les cours évoluent au-dessus de leurs moyennes mobiles à 20 et 50 séances tandis que le RSI…

Publié le 14/12/2018

LVMH a frappé un grand coup. Le groupe français a conclu un accord pour acquérir la chaîne d'hôtels haut de gamme Belmond. La transaction valorise les fonds propres de Belmond 2,6 milliards de…