En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 372.31 PTS
-
5 376.00
-
SBF 120 PTS
4 310.01
-
DAX PTS
12 695.16
-
Dowjones PTS
24 657.80
-0.17 %
7 280.70
+0.73 %
Nikkei PTS
22 585.44
+0.13 %

La Chine en guerre contre les noms d'entreprises bizarres

| AFP | 251 | Aucun vote sur cette news
China previously banned
China previously banned "weird architecture" after a huge construction boom, resulting in quirky structures like the Beijing headquarters of state broadcaster China Central Television, popularly nicknamed "The Big Underpants" ( GREG BAKER / AFP )

"Peur de ma femme", "Qu'est-ce que tu regardes"... : la Chine vient de lancer une grande bataille contre les noms d'entreprises jugés fantaisistes ou trop longs, qui pullulent dans le pays.

Le journal chinois spécialisé dans le droit Legal Daily s'est amusé à lister certaines sociétés affublées d'étranges appellations en mandarin, parmi lesquelles "Ma femme est la plus grande" (commerce électronique) ou encore "Tu cherches des noises" (internet).

Le quotidien cite également l'exemple d'un fabricant de préservatifs pour qui la longueur, visiblement, compte : "Un groupe de jeunes gens avec des rêves et pensant pouvoir créer des miracles de la vie sous la direction de l'oncle Niu".

L'Administration étatique de l'industrie et du commerce a mis en place ces nouvelles restrictions courant août, prohibant également les noms d'entreprises jugés insultants, racistes, ou ayant des connotations politiques ou religieuses.

Dans le même ordre d'idée, le président chinois Xi Jinping avait appelé en 2014 à stopper l'essor des "architectures bizarres et grotesques", dans un pays où prolifèrent les curiosités urbaines.

Parmi elles, le siège futuriste de la télévision d'Etat (CCTV) à Pékin, avait provoqué lors de sa construction un torrent de sarcasmes, sa forme lui valant le surnom de "Grand Pantalon".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/06/2018

Au cumul de 5 mois à fin mai, le chiffre d'affaires global a progressé de +1.8% à périmètre comparable...

Publié le 20/06/2018

931,5 kE de bénéfices en 2017...

Publié le 20/06/2018

Retour d'Assemblée générale Frey...

Publié le 20/06/2018

"Nous souhaitions nous rapprocher d'un industriel partageant nos valeurs"...

Publié le 20/06/2018

Communiqué de presse - 20 juin 2018       La société Autolib' conteste vigoureusement les allégations contenues dans le communiqué du Syndicat…