En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 501.20 PTS
+0.40 %
5 498.00
+0.42 %
SBF 120 PTS
4 400.15
+0.31 %
DAX PTS
12 348.12
-0.21 %
Dowjones PTS
26 530.81
+0.15 %
7 586.44
+0.31 %
1.173
-0.27 %

La Chine devrait moins emprunter à la Banque mondiale, selon Washington

| AFP | 212 | Aucun vote sur cette news
Le siège de la Banque mondiale à Washington, le 3 mai 2013
Le siège de la Banque mondiale à Washington, le 3 mai 2013 ( BRENDAN SMIALOWSKI / AFP/Archives )

Washington aimerait voir la Chine emprunter moins auprès des institutions financières internationales, plus particulièrement à la Banque mondiale, a affirmé un haut responsable du Trésor américain mercredi.

"Une de nos priorités (...) est que le FMI et la Banque mondiale se focalisent sur une utilisation efficace de leurs ressources", a indiqué ce responsable peu avant la tenue des réunions d'automne à Washington des institutions financières internationales.

"Cela signifie par exemple que dans le cadre du reclassement des pays emprunteurs par la Banque mondiale, ceux qui ont atteint un succès et dont le revenu par tête d'habitant a progressé devraient réduire leurs emprunts auprès des institutions financières internationales et laisser les ressources aux pays qui en ont davantage besoin", a indiqué ce représentant de l'administration Trump, sous couvert de l'anonymat.

"La Chine est le plus gros emprunteur de la Banque mondiale avec 2,4 milliards de dollars en 2015", a-t-il ajouté. "La priorité pour les institutions financières internationales est de prêter aux pays qui en ont vraiment besoin (...). Ce n'est pas le cas pour l'instant", a affirmé ce dirigeant du Trésor.

Evoquant l'économie des Etats-Unis, ce responsable a repris le leitmotiv de l'administration Trump en affirmant que "la plus haute priorité de ce gouvernement est d'accélérer la croissance aux Etats-Unis et par là dans le reste du monde".

Interrogé sur le fait que le FMI avait un peu rétrogradé ses prévisions d'expansion de la première économie mondiale à 2,2% cette année (contre 2,3% prévu précédemment) et 2,3% en 2018 (contre 2,5%), ce responsable a repoussé le jugement de l'institution monétaire. "Le FMI n'est pas vraiment l'institution capable d'évaluer ces chances", a-t-il affirmé.

Il a assuré que la réforme américaine des impôts était sur les rails "afin de relever le revenu réel moyen des Américains". Il a rejeté les conclusions d'études, notamment du FMI, qui affirment qu'une réduction de la progressivité de l'impôt creuse les inégalités.

"J'ai une opinion très ferme sur ce sujet. Quand vous réduisez les impôts, vous créez des emplois et cela accroît le revenu moyen, ce qui est l'objectif de cette politique", a-t-il dit avant de lancer: "le FMI a d'autres choses à faire dans le monde qu'à se mêler du débat fiscal aux Etats-Unis".

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin aura 16 rencontres bilatérales lors de ces assemblées et une réunion sera consacrée "aux sanctions en gestation" contre la Corée du Nord, l'Iran, la Russie et le Venezuela, a précisé ce responsable.

Il a affirmé qu'au Venezuela, "le gouvernement procédait actuellement au pillage pour son propre compte des ressources dont les gens ont besoin".

"Les sanctions visent à faire cesser les agissements du gouvernement et de certaines personnes au Venezuela qui nuisent à la démocratie", a-t-il poursuivi.

Interrogé sur la crise catalane qui pourrait avoir un impact négatif sur les marchés financiers et la zone euro, ce haut responsable a juste espéré que, sur cette question, "les personnes qui se rencontrent ici à Washington pensent au meilleur intérêt des peuples des pays concernés".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2018

Plus de 180 appareils seraient concernés pour un total de plus de 18 milliards de dollars...

Publié le 26/09/2018

Orpea progresse gentiment de 0,40% à 113,85 euros, dans le sillage de ses résultats semestriels. Une évolution un peu à l’image de la note qu’Oddo BHF consacre au gestionnaire de maisons de…

Publié le 26/09/2018

Le résultat net part du groupe de Rothschild & Co a bondi de 66% à 161 millions d’euros au premier semestre et son résultat d’exploitation de 20% à 261 millions d’euros. Les revenus du…

Publié le 26/09/2018

Stratégie bien huilée

Publié le 26/09/2018

La capitalisation boursière du titre est de 57 MdsE...