En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 657.82 PTS
-0.27 %
5 655.50
-0.31 %
SBF 120 PTS
4 460.27
-0.3 %
DAX PTS
12 672.52
+0.14 %
Dow Jones PTS
27 025.88
+0.09 %
7 942.14
+0. %
1.113
+0.04 %

La Bourse de Paris termine en baisse (-0,18%) une semaine erratique

| AFP | 359 | Aucun vote sur cette news
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

La Bourse de Paris a terminé légèrement en baisse vendredi (-0,18%), mettant un terme à trois jours de hausse consécutive, dans un marché qui évolue toujours au gré des frictions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

L'indice CAC 40 a perdu 9,88 points à 5.438,23 points, dans un volume d'échanges étoffé de 4,09 milliards d'euros. La veille, il avait fini en hausse de 1,37%.

Le conflit commercial "pèse toujours sur la tendance", a noté Thierry Claudé, directeur adjoint de Kiplink Finance. "Les deux parties ont intérêt à ce qu'un accord se fasse, mais plus l'incertitude dure, moins cela est bon pour les marchés", a-t-il souligné.

"Malgré tout, le marché français tient bien", a encore noté M. Claudé, rappelant que le marché a enchaîné au cours de la semaine trois séances de hausse.

La guerre commerciale entre les deux puissances mondiales a pris depuis mercredi une nouvelle dimension, Washington sortant l'artillerie lourde dans le secteur des technologies pour tenter de neutraliser Huawei, acteur incontournable des réseaux mobiles et de la 5G en particulier.

Le président américain Donald Trump a en effet interdit mercredi aux réseaux de télécommunications américains de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure ciblant le géant chinois des télécommunications.

Le report de taxes punitives américaines sur l'automobile n'a par ailleurs pas suffi à inverser la tendance. Donald Trump a accordé jusqu'à six mois de délai à l'Union européenne et au Japon notamment pour négocier un accord commercial pour le secteur automobile, faute de quoi il infligera des droits de douane supplémentaires au risque de faire dérailler la croissance mondiale.

La séance a également "été marquée par les trois sorcières", c'est-à-dire l'arrivée à échéance de plusieurs contrats et options sur les différents indices, "ce qui a créé un peu de volatilité dans la journée", a relevé Thierry Claudé.

Côté indicateurs, la croissance économique a été légèrement plus forte que prévu l'an dernier en France, à 1,7% au lieu des 1,6% jusque-là annoncés, selon l'Insee.

Le marché automobile européen a pour sa part baissé de 0,4% sur un an en avril, son huitième mois de recul consécutif, plombé par le Royaume-Uni et l'Allemagne.

Vallourec en forme

Sur le front des valeurs, Vallourec a pris la tête de l'indice SBF 120 (+8,44% à 2,44 euros), galvanisé par la division quasiment par deux de sa perte nette au premier trimestre 2019.

Renault a reculé de 0,60% à 51,69 euros, bien que ses immatriculations aient augmenté de 1,8% dans l'Union européenne en avril, d'après les chiffres de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA).

Nissan a par ailleurs décidé de remanier profondément son conseil d'administration, faisant un geste envers Renault en y acceptant l'entrée de son directeur général, Thierry Bolloré, alors que le constructeur japonais se trouve affaibli par l'affaire Ghosn et de très mauvais résultats.

Peugeot a terminé autour de l'équilibre (+0,05% à 21,37 euros) après avoir enregistré une hausse de 1,5% de ses immatriculations dans l'Union européenne le mois dernier.

Aéroports de Paris (ADP) a gagné 1,23% à 156,20 euros tandis que le Conseil constitutionnel a validé jeudi la grande majorité des 221 articles de la loi Pacte sur la croissance des entreprises, y compris les privatisations du groupe ADP et de la Française des Jeux.

  1. Euronext CAC40

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2019

Dans de très gros volumes, Spineway plonge de 15% à 0,007 euro à la mi-journée, plombé par ses dernières annonces...

Publié le 18/10/2019

Renault, Danone et Thales ont abaissé leurs prévisions 2019

Publié le 18/10/2019

La société est spécialisée dans le développement de solutions pour les emballages standards et personnalisés dans le secteur des produits de beauté...

Publié le 18/10/2019

BNP Paribas pourrait profiter des difficultés de la Deutsche Bank pour récupérer d'autres actifs de la première banque allemande...