En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 055.11 PTS
+1.4 %
6 048.50
+1.36 %
SBF 120 PTS
4 763.20
+1.2 %
DAX PTS
13 562.27
+1.3 %
Dow Jones PTS
29 160.09
-0.09 %
9 216.98
+0. %
1.103
-0.2 %

La Bourse de Paris sur la réserve (-0,02%)

| AFP | 264 | Aucun vote sur cette news
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

La Bourse de Paris a achevé sans changement (-0,02%) une séance calme lundi, optant pour l'attentisme avant que les banques américaines n'ouvrent la saison des résultats mardi et que ne se matérialise mercredi la signature de l'accord commercial entre les États-Unis et la Chine.

L'indice CAC 40 a cédé 0,97 point à 6.036,14 points, dans un volume d'échanges limité de 3 milliards d'euros. Vendredi, il avait fini quasiment stable (-0,09%).

"Le risque géopolitique s'est quand même bien détendu depuis la semaine dernière", permettant au marché de se rapprocher de ses plus hauts récents, a résumé auprès de l'AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

"Globalement, nous avons un marché qui ne montre aucun signe de faiblesse mais nous sentons en revanche que nous sommes sur des niveaux tellement soutenus qu'il faut vraiment avoir des catalyseurs qui justifient de pouvoir aller plus haut, (...) surtout en sortant d'une année avec des performances de plus de 25%", a-t-il complété.

Si le calendrier est respecté, la Chine et les États-Unis doivent ratifier mercredi la première étape d'un accord commercial à Washington, une officialisation attendue depuis des mois sur fond de ralentissement économique mondial. Le président américain Donald Trump a toutefois averti jeudi que la ratification d'un accord "de phase 2" pourrait être reportée jusqu'après l'élection présidentielle américaine de novembre.

"Les engagements et la capacité des deux camps à les tenir va certainement être quelque chose que nous continuerons à suivre en fil rouge tout au long de l'année 2020", selon l'expert de Saxo Banque.

Enfin, "la microéconomie va peut-être reprendre un peu ses droits après avoir été légèrement mise de côté sur 2019", a ajouté M. Tuéni, les grandes banques américaines devant lancer la saison des résultats mardi. "Les chiffres ne devraient pas être exceptionnels" mais nous pourrions avoir "des perspectives encourageantes".

Du côté des indicateurs, le PIB britannique s'est contracté de 0,3% en novembre sur un mois, continuant à s'essouffler à l'approche du Brexit, ce qui augmente la possibilité d'une baisse des taux prochaine de la Banque d'Angleterre.

Renault a terminé en queue du CAC 40 (-2,82% à 40,66 euros). Nissan examinerait une éventuelle séparation d'avec Renault après les derniers rebondissements de la saga Carlos Ghosn, selon Bloomberg.

Publicis a profité (+2,77% à 43,08 euros) d'une hausse de recommandation à "acheter" contre "neutre" auparavant par Goldman Sachs.

PSA s'est effrité de 0,86% à 20,69 euros. La famille Peugeot, qui détiendra un peu plus de 6% du capital du groupe formé par la fusion de PSA et Fiat Chrysler, a indiqué qu'elle compte exercer son option pour acquérir 2,5% supplémentaires dès que possible, dans un entretien avec L'Est Républicain.

Valeo a souffert (-2,70% à 31,66 euros) de l'abaissement de sa note par l'agence de notation financière S&P Global Ratings, qui a estimé que l'équipementier automobile français génère un faible niveau de trésorerie alors qu'il évolue dans un contexte difficile.

Vivendi s'est replié de 0,77% à 25,70 euros. Les actionnaires du groupe italien Mediaset ont validé vendredi les amendements apportés à son projet de holding européenne, malgré l'opposition de Vivendi avec qui il est en conflit depuis plus de trois ans.

  1. Euronext CAC40

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2020

Somfy s'adjuge 1,1% à 92 euros en fin de marinée à Paris après avoir dévoilé un chiffre d'affaires 2019 en augmentation de 6,5%, à 1,2 milliard...

Publié le 24/01/2020

SCHNEIDER ELECTRIC constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Call N658S émis…

Publié le 24/01/2020

Compagnie des Alpes progresse de 0,50 % à 30,15 euros sur la place de Paris, dans le sillage de son point d’activité du premier trimestre 2019-2020 (clos fin décembre). Ainsi, l’exploitant de…

Publié le 24/01/2020

Le titre Renault poursuit sa dégringolade, en repli de 1,8% ce vendredi à 36,30 euros sur le marché parisien, de retour au plus bas depuis la fin...

Publié le 24/01/2020

Safran grimpe de près de 3% à 146,25 euros ce vendredi, alors que c'est au tour de Morgan Stanley de revoir à la hausse son cours cible sur la valeur...