En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 347.75 PTS
-0.46 %
5 339.50
-0.48 %
SBF 120 PTS
4 286.36
-0.55 %
DAX PTS
12 557.24
-1.09 %
Dowjones PTS
24 657.80
-0.17 %
7 280.70
+0.00 %
Nikkei PTS
22 693.04
+0.61 %

La Bourse de Paris finit en recul, regardant du côté des Etats-Unis

| AFP | 1809 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de Paris a terminé dans le rouge jeudi (-0,57%), les investisseurs nourrissant des doutes croissants sur la mise en place des réformes économiques promises par le président américain Donald Trump.

L'indice CAC 40 a cédé 29,76 points à 5.146,85 points dans un volume d'échanges mince de 2,7 milliards d'euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,71%.

La cote parisienne a ouvert en repli, sans parvenir par la suite à se redresser lors d'une journée au calendrier chargé.

La Bourse de Paris a cédé 0,57% jeudi
La Bourse de Paris a cédé 0,57% jeudi ( MIGUEL MEDINA / AFP/Archives )

La politique américaine a tenu une nouvelle fois le devant de la scène, alors que le président Donald Trump est en difficulté après sa virulente sortie sur Charlottesville, qui a provoqué un malaise dans son camp politique, mais aussi dans les milieux d'affaires.

M. Trump a d'ailleurs annoncé mercredi la dissolution de deux des instances l'entourant pour le conseiller en matière de politique économique, après une vague de démissions de chefs d'entreprise désapprouvant ses propos.

"Depuis hier soir, la Bourse est dominée par ce qui se passe dans l'entourage de Donald Trump. Le marché américain a commencé à corriger car Trump perd des soutiens dans le milieu économique. En vue des différentes réformes promises, ce n'est pas une bonne chose", relève auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyste pour IG France.

"Il y a un contexte global où l'on passe d'une crise à l'autre, et cela déplaît au marché, qui se demande si Donald Trump aura suffisamment de soutiens pour faire passer ses réformes", ajoute le spécialiste.

Selon lui, "il y a une corrélation. Le marché est nerveux côté américain, donc il est nerveux aussi côté européen".

Par ailleurs, lors d'une séance riche en actualités, les investisseurs ont pris connaissance du compte rendu de la dernière réunion de la Banque centrale européenne, au cours de laquelle celle-ci s'est montrée toujours relativement accommodante.

- Bancaires dans le rouge -

La veille, la Réserve fédérale américaine avait elle-même publié le compte rendu de la réunion de juillet de son Comité de politique monétaire, marquée elle aussi par un appel à la prudence avant un nouveau resserrement des taux d'intérêts.

Enfin, les investisseurs ont eu plusieurs statistiques à digérer, dont les chiffres de l'inflation en zone euro pour le mois de juillet, restée stable en juillet à 1,3%.

Outre-Atlantique, la production industrielle a progressé de 0,2% en juillet, légèrement moins que les attentes, tandis que les inscriptions hebdomadaires au chômage ont nettement baissé pour atteindre leur plus bas niveau depuis février.

Du côté des valeurs, les titres liés au secteur de la banque et de l'assurance ont souffert sur fond de détente des taux d'intérêts souverains. BNP Paribas a perdu 1,55% à 66,20 euros tandis que Société Générale a cédé 2,32% à 47,83 euros et que Crédit Agricole a reculé de 1,97% à 15,16 euros. Natixis s'est replié pour sa part de 1,58% à 6,40 euros.

Axa a baissé de 0,94% à 24,81 euros. La filiale immobilière de l'assureur s'apprêterait à racheter un groupe de résidences étudiantes espagnol Encampus conjointement avec le groupe néerlandais NN Group, selon une source proche du dossier confirmant une information de Bloomberg News.

Les titres liés au secteur de l'énergie ont à l'inverse progressé, à l'image d'EDF (+2,69% à 9,28 euros), d'Engie (+0,85% à 14,20 euros) et de Veolia (+1% à 19,70 euros).

  1. CAC 40 (Euronext)

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Les actifs risqués continuent à subir des dégagements ce jeudi. Les tensions commerciales restent en filigrane même si aucun nouveau rebondissement n'est à signaler depuis deux jours maintenant.…

Publié le 21/06/2018

Appel au marché afin de poursuivre l'exploitation...

Publié le 21/06/2018

Prismaflex bondit de 11,4% à 21,5 euros, un nouveau sommet pour cette année. Le titre de l'imprimeur numérique et fabricant de panneaux d'affichage est désormais à son plus haut niveau depuis…

Publié le 21/06/2018

Par courrier reçu le 21 juin 2018 par l'AMF, la société néerlandaise NN Group N...

Publié le 21/06/2018

Le titre poursuit sa progression au-dessus d'une ligne de tendance haussière qui soutient les cours depuis le 23 mars. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances…