En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 879.5
-0.45 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-0.24 %
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.06 %
1.136
-

La Bourse de Paris repart du bon pied (+0,43%), grâce au reflux des craintes sur l'Italie

| AFP | 299 | Aucun vote sur cette news
La Bourse de Paris est repartie du bon pied
La Bourse de Paris est repartie du bon pied ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

La Bourse de Paris est repartie du bon pied mercredi (+0,43%), à la faveur d'un discours du ministre des Finances de l'Italie qui a permis un petit reflux des craintes liées au budget de ce pays.

L'indice CAC 40 a pris 23,51 points à 5.491,40 points, dans un volume d'échanges limité de 2,9 milliards d'euros. La veille, il avait fini en recul de 0,71%.

Après des premiers pas en légère hausse, la cote parisienne a gagné en vigueur remontant même brièvement au-dessus des 5.500 points.

"L'indice parisien a fait le yo-yo entre hier et aujourd'hui. Le marché avait pas mal d'inquiétudes au sujet du budget italien qui ont été atténuées par des propos du ministre des Finances", a souligné auprès de l'AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

Le déficit public italien commencera à baisser en 2020 après une augmentation contenue en 2019, a ainsi affirmé mercredi, Giovanni Tria, sans toutefois confirmer les chiffres évoqués par la presse italienne.

L'Italie, qui a présenté la semaine dernière un budget prévoyant un déficit de 2,4% du PIB pour les trois prochaines années, prévoirait désormais de le contenir à 2,2% en 2020 et à 2% en 2021, ont indiqué le Corriere della Sera et La Repubblica.

Selon M. Tuéni, la bonne orientation de Wall Street, après des bons chiffres d'emploi dans le secteur privé américain, "a également tiré la cote parisienne vers le haut".

Selon les données de l'enquête mensuelle d'ADP, publiées mercredi, quelque 230.000 nouvelles embauches sont intervenues dans le seul secteur privé aux États-Unis en septembre, alors que les analystes misaient sur 184.000 nouveaux postes. .

La croissance de l'activité dans les services outre-Atlantique a aussi été marquée par une accélération en septembre, tandis que les stocks de pétrole brut ont augmenté bien plus fortement que prévu la semaine dernière.

"Les investisseurs devraient toutefois rester relativement prudents jusqu'à la présentation du budget italien devant la Commission européenne", a nuancé M. Tuéni.

Cette dernière, qui devra examiner le texte à partir du 15 octobre, a jugé que les objectifs initiaux paraissaient "hors des clous".

"Dans ce contexte, les indices européens sont moins résilients que les places américaines", ce qui explique notamment qu'"à chaque fois que le CAC 40 repasse au-dessus des 5.500 points, il a ensuite du mal à aller plus loin", a ajouté l'expert de Saxo Banque.

- Michelin en tête du CAC -

En matière de valeurs, le secteur bancaire, qui avait récemment souffert du fait de son exposition à l'Italie, reprenait des couleurs. Crédit Agricole gagnait 1,67% à 12,42 euros, Société Générale 1,08% à 36,94 euros, BNP Paribas 0,96% à 52,48 euros et Natixis 0,88% à 5,74 euros.

Michelin a fini en tête de l'indice CAC 40 profitant (+2,45% à 104,70 euros) d'un relèvement de sa recommandation par Morgan Stanley.

Alstom a pris 2,81% à 38,83 euros, dans la foulée de la finalisation de la cession à General Electric (GE), pour près de 2,6 milliards d'euros, de trois co-entreprises créées lors du rachat par le groupe américain de ses activités dans l'énergie.

Altran a bondi de 9,13% à 8,13 euros, soutenu par un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "maintenir" par Kepler Cheuvreux.

Rubis a également bénéficié (+3,05% à 49,36 euros) d'un relèvement de la sienne à "acheter" contre "neutre" précédemment par Goldman Sachs.

A l'inverse, Bureau Veritas a été pénalisé (-3,41% à 21,55 euros) par un abaissement de sa recommandation à "neutre" contre "surperformance" auparavant par Credit Suisse.

  1. Euronext CAC 40

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...