En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-
4 879.5
-
SBF 120 PTS
3 892.27
-
DAX PTS
10 924.70
-
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.06 %
1.136
+0.01 %

La Bourse de Paris recule, prudente dans un contexte incertain

| AFP | 320 | Aucun vote sur cette news
La Bourse de Paris démarre la séance en léger recul
La Bourse de Paris démarre la séance en léger recul ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

La Bourse de Paris reculait mercredi (-0,62%), optant pour la prudence face aux préoccupations liées au budget italien et aux tensions commerciales combinées à la hausse des taux d'intérêt américains.

À 09H33 (07H33 GMT), l'indice CAC 40 perdait 34,64 points à 5.285,91 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,35%.

Ni le contexte politique ni le panorama économique ne semblaient rassurer les opérateurs.

"L'incertitude prévaut sur les marchés financiers, de plus en plus d'investisseurs attendent de voir comment évoluent les risques qui entourent la hausse des taux de rendement des bons du Trésor, la croissance mondiale et la Chine", décrypte Jasper Lawler, analyste pour London Capital Group.

"Les risques de moyen terme pour la stabilité financière ont augmenté rapidement ces derniers mois. Les marchés ont été relativement complaisants mais nous commençons à voir une prise de conscience de ces risques qui mettent les investisseurs sur la touche", a-t-il ajouté.

"La situation en Italie est le sujet dominant en Europe et vu que le gouvernement italien de coalition semble enclin à désobéir à Bruxelles et augmenter le déficit public à 2,4%, nous pourrions nous diriger vers une confrontation politique", estime de son côté David Madden, analyste chez CMC Market.

"L'Italie est la troisième économie de la zone euro, les enjeux sont élevés et si une crise éclatait, les répercussions pourraient être énormes", a-t-il ajouté.

"Les agences de notation financière vont être attentives aux développements et toute révision à la baisse pourrait faire bondir les taux de rendements obligataires et faire plonger les actions de l'eurozone", prévient David Madden.

Outre l'Italie, "la fin du différend commercial entre les Etats-Unis et la Chine n'est pas en vue", souligne aussi l'analyste.

A ce sujet, la directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde a appelé mercredi à "travailler ensemble pour avoir une désescalade et résoudre les différends commerciaux actuels", lors d'une conférence sur l'île indonésienne de Bali, où FMI et Banque mondiale tiennent leur réunion annuelle.

"Les statistiques vont certainement passer en arrière-plan aujourd'hui en raison des nombreux risques qui s'accumulent", selon des analystes de Saxo Banque.

En zone euro, les indicateurs de la production industrielle en août en France, en Italie et au Royaume-Uni, ainsi que le chiffre de la balance commerciale britannique constitueront les points forts macroéconomiques.

La production industrielle française a progressé en août, mais à un rythme inférieur à celui enregistré en juillet (+0,3% contre +0,8%), en raison notamment d'un repli dans le secteur de l'énergie et du matériel de transport.

Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, devait prononcer un discours à une semaine d'un sommet décisif, tandis qu'aux Etats-Unis seront publiés les prix à la production de septembre.

- Recul du secteur du luxe -

Sur le tableau des valeurs, le secteur du luxe évoluait dans le rouge. LVMH se repliait de 4,78% à 272,30 euros, les craintes d'un ralentissement en Chine faisant de l'ombre à la progression de 10% des ventes au troisième trimestre.

Dans son sillage, Kering perdait 4,46% à 403,10 euros.

Le secteur énergétique évoluait dans le vert, profitant de la hausse des cours du pétrole de la veille. Total avançait de 1,64% à 55,73 euros et CGG de 1,53% à 2,39 euros.

Les cours du pétrole ont terminé en hausse mardi alors que la production est perturbée en Amérique du nord par l'approche de l'ouragan Michael des côtes américaines.

Le secteur automobile était moins bien loti, PSA reculant de 0,83% à 21,47 euros et Renault cédant 0,34% à 71,35 euros.

Les pays de l'UE ont trouvé un accord mardi pour une baisse de 35% des émissions de CO2 des voitures neuves en 2030 et de 30% pour les camionnettes (par rapport à 2021), après 13h de négociations.

Eiffage reculait de 0,49% à 92,50 euros après avoir remporté un contrat à presque 110 millions d'euros pour concevoir et construire une centrale hydroélectrique en Côte d'Ivoire.

Haulotte perdait 0,90% à 10,96 euros après l'annonce de l'acquisition de la totalité du capital de son distributeur en Turquie, la société Acarlar Makine, dont il détenait déjà 50%.

Arkema, qui s'est engagé dans le développement de matériaux nouveaux pour répondre à une demande croissante de l'industrie, se dépréciait de 1,81% à 102,90 euros.

OL Groupe se repliait de 0,36% à 2,73 euros malgré un bénéfice net en hausse de 72% en 2017/2018 à 8 millions d'euros.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...