En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 506.85 PTS
+1.44 %
4 529.00
+1.97 %
SBF 120 PTS
3 557.79
+1.67 %
DAX PTS
10 564.74
+2.24 %
Dow Jones PTS
23 719.37
+1.22 %
8 238.53
+0.11 %

La Bourse de Paris perd à nouveau du terrain (-1,30%)

| AFP | 356 | Aucun vote sur cette news
La Bourse de Paris perd à nouveau du terrain mardi à la mi-journée (-1,30%)
La Bourse de Paris perd à nouveau du terrain mardi à la mi-journée (-1,30%) ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

La Bourse de Paris perdait à nouveau du terrain mardi à la mi-journée (-1,30%), les inquiétudes face à la progression du coronavirus ayant vite eu raison d'une tentative de rebond dans les premiers échanges.

A 13H52 (11H52 GMT), l'indice CAC 40 perdait 50,65 points à 3.830,81 points. La veille, il avait fini en recul de 5,75%.

La cote parisienne s'est redressée vigoureusement à l'ouverture avant de changer d'avis une heure plus tard et évoluait depuis dans le rouge, à l'instar de Francfort et Londres.

Wall Street s'apprêtait à ouvrir en hausse. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average montait de 1,33%, celui de l'indice élargi S&P 500 de 1,13% et celui du Nasdaq, à forte coloration technologique, de 1,56%.

"Les marchés européens ont connu un démarrage vigoureux, mais cet optimisme n'a pas duré longtemps", observe David Madden, un analyste de CMC Markets.

Selon lui, "quand les marchés n'arrivent pas à soutenir un rebond longtemps, c'est généralement un signe de faiblesse".

"Les dirigeants européens sont engagés dans une conférence pour discuter de la façon de lutter contre la crise. Au vu des approches si différentes de chaque gouvernement, cela devrait traîner en longueur", ajoute-t-il.

Les 27 dirigeants de l'Union européenne se retrouvent mardi en sommet extraordinaire par visioconférence alors que la situation reste éminemment critique avec une progression inexorable du coronavirus et va de pair avec des confinements massifs aux répercussions conséquentes sur l'économie.

La France, après l'Espagne et l'Italie, entre mardi en confinement général, et l'Europe ferme ses frontières pour freiner la propagation du coronavirus, qualifiée par l'Organisation mondiale de la santé de "crise sanitaire mondiale majeure de notre époque".

La pandémie a fait plus de 7.000 morts dans le monde, notamment en Europe où le nombre de malades a explosé ces derniers jours.

"Les banques centrales ont fait de leur mieux, mais en l'absence de mesures fiscales de la part des gouvernements partout dans le monde, il est difficile de voir où les marchés pourraient trouver un appui à moyen terme", a analysé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

En France, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a néanmoins apporté une protection à la cote en interdisant la vente à découvert, par laquelle les investisseurs spéculent à la baisse, mardi pour 92 titres à la Bourse de Paris, notamment sur les géants de la banque et de l'assurance.

Du côté des indicateurs, le moral des investisseurs allemands s'est effondré en mars, à son plus bas niveau depuis 2011, victime de la panique liée à l'épidémie, selon le baromètre de l'institut ZEW,

Aux États-Unis, la production industrielle et les ventes aux détail sont encore attendues.

Ruée sur Carrefour

Sur le terrain des valeurs, Carrefour prenait la tête de l'indice CAC 40 (+8,24% à 13,93 euros) en pleine ruée dans les supermarchés du fait du confinement.

En revanche, Unibail-Rodamco plongeait de 10,88% à 51,76 euros en raison de son exposition aux difficultés du commerce (hors alimentation).

Airbus reculait aussi de 9,23% à 62,63 euros dans la foulée de l'annonce de la suspension pour quatre jours de sa production en France et en Espagne.

Iliad décollait de 16,17% à 115,75 euros. La maison mère de l'opérateur Free a publié mardi un bénéfice net de 1,7 milliard d'euros en 2019 qui bondit notamment grâce à la cession des pylônes télécoms en France et en Italie à l'espagnol Cellnex.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2020

ADOCIALa biotech publiera son chiffre d'affaires du premier trimestreAIRBUSAfin de préserver ses liquidités dans un contexte de crise du Covid-19, easyJet s'est entendu avec Airbus pour obtenir le…

Publié le 09/04/2020

Gaussin annonce un nouveau contrat avec la société PRB (Produits de Revêtement du Bâtiment) pour la fourniture d'une solution clé en main de transport...

Publié le 09/04/2020

Oncodesign a publié un résultat net consolidé 2019 de 1,62 million d'euros, après une perte de 3,15 millions en 2018. Le groupe retrouve ainsi l'équilibre financier un an avant son objectif. Les…

Publié le 09/04/2020

PSB Industries a réalisé sur le premier trimestre un chiffre d'affaires de 63,3 ME, en retrait de 11,2% à taux de change et périmètre constants...

Publié le 09/04/2020

Implanet, société de technologies médicales spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou, informe ses actionnaires...