En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
+1.35 %
4 812.5
+1.65 %
SBF 120 PTS
3 820.27
+1.34 %
DAX PTS
10 780.51
+1.49 %
Dowjones PTS
24 452.28
+0.12 %
6 730.29
+0.71 %
1.132
-0.28 %

La Bourse de Paris se replie face à de multiples interrogations

| AFP | 625 | Aucun vote sur cette news
La Bourse de Paris se replie face à de multiples interrogations
La Bourse de Paris se replie face à de multiples interrogations ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

La Bourse de Paris reculait mardi à la mi-journée (-0,48%), les investisseurs optant pour la prudence dans un environnement marqué par les craintes sur le budget italien et les interrogations sur la guerre commerciale.

À 13H35 (11H35 GMT), l'indice CAC 40 perdait 25,34 points à 5.274,91 points dans un volume d'échanges de 1,1 milliard d'euros. La veille, il avait fini en net recul de 1,10%.

Après avoir ouvert au-dessus de l'équilibre, la cote parisienne a progressivement glissé dans le rouge, passant sous la barre des 5.300 points.

La Bourse de New York se préparait de son côté à ouvrir en baisse.

Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 0,57%. Celui de l'indice élargi S&P 500 baissait de 0,51% tandis que celui du Nasdaq, à dominante technologique, reculait de 0,54%.

"L'indice parisien devrait marquer une pause aujourd'hui (mardi), sans direction affirmée, reflétant les interrogations des investisseurs", a commenté Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

"Les investisseurs sont prudents face à un possible affrontement politique entre l'Italie et Bruxelles", a notamment relevé David Madden, un analyste de CMC Markets.

Le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini a prévenu que son gouvernement ne ferait pas marche arrière sur son projet de budget, prévoyant une aggravation du déficit public à 2,4% du PIB l'an prochain.

En outre, les investisseurs étaient préoccupés par la guerre commerciale que se livrent les Etats-Unis et la Chine et qui assombrit les perspectives de l'économie mondiale, selon le Fonds monétaire international.

"Les Etats-Unis sont enfermés dans une dispute commerciale avec la Chine et M. Trump pourrait également s'attaquer à l'Union européenne", a rappelé M. Madden.

Par ailleurs, les opérateurs surveilleront de près la réouverture du marché obligataire américain, après un jour férié.

Les taux d'intérêt aux États-Unis sont soudainement remontés la semaine passée, suscitant les interrogations des investisseurs.

- Valeurs pétrolières dans le vert -

Du côté des indicateurs, l'agenda était peu garni en dehors de la balance commerciale allemande pour août, qui a enregistré un excédent de 18,3 milliards, en hausse par rapport à juillet.

Airbus perdait 2,22% à 101,32 euros après l'annonce par le conseil d'administration du consortium européen du choix de Guillaume Faury pour succéder à Tom Enders à la tête du géant aéronautique.

Les valeurs pétrolières montaient dans le sillage des cours du brut, à l'instar de TechnipFMC (+2,72% à 26,41 euros) et de Total (+0,87% à 54,52 euros).

Le secteur bancaire, qui a souffert lors des dernières séances en raison des craintes entourant le budget italien, était à nouveau mal orienté. BNP Paribas lâchait 0,78% à 50,75 euros, Société Générale 0,47% à 36,13 euros et Crédit Agricole 0,27% à 12,34 euros.

Capgemini prenait 0,64% à 110,00 euros, profitant de l'annonce du rachat de l'agence Doing, basée en Italie, renforçant ainsi sa présence dans le numérique.

Solvay cédait 0,57% à 113,30 euros, dans la foulée de l'annonce de la nomination de Ilham Kadri en tant que nouvelle présidente directrice générale, pour succéder officiellement à Jean-Pierre Clamadieu, président d'Engie, en mars 2019.

Ipsen était pénalisé (-6,02% à 130,35 euros) par un abaissement de sa recommandation à "sous-performance" contre "neutre" précédemment par JPMorgan.

Theradiag se repliait de 8,13% à 1,13 euros, pénalisé par l'annonce du départ prochain de Michel Finance, directeur général de l'entreprise depuis 2011.

  1. Euronext CAC 40

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Akuo Energy et Atawey vont déployer 33 stations de recharge en milieu urbain et périurbain à Paris et en France, avant d'étendre le projet à l'Europe...

Publié le 11/12/2018

Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2 du…

Publié le 11/12/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LES 4 ET 5 DECEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par marché   Nom…

Publié le 11/12/2018

Cette technologie de localisation terrestre, à faible consommation d'énergie, peut être facilement utilisée pour des équipements déjà connectés...

Publié le 11/12/2018

    Communiqué de presse Villepinte, le 11 décembre2018       DECLARATION RELATIVE AU NOMBRE DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL DE LA…