En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 782.09 PTS
-0.37 %
4 778.5
-0.29 %
SBF 120 PTS
3 794.36
-0.47 %
DAX PTS
10 797.43
+0.23 %
Dowjones PTS
23 868.22
+1.17 %
6 503.84
+0.86 %
1.137
+0.21 %

La Bourse de Paris finit en recul

| AFP | 3456 | 4 par 2 internautes
La Bourse de Paris termine en forte baisse
La Bourse de Paris termine en forte baisse ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )

La Bourse de Paris a clôturé en net repli (-1,39%) vendredi, dominée par les craintes d'une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, au lendemain de l'annonce d'une nouvelle vague de mesures protectionnistes par Donald Trump.

L'indice CAC 40 a perdu 71,99 points à 5.095,22 points, dans un volume d'échanges nourri de 4,4 milliard d'euros. La veille, il avait déjà reculé de 1,38%.

Après avoir ouvert en baisse, la cote parisienne est restée très mal orientée, accentuant même un temps son repli au point de perdre brièvement plus de 2%.

Au cours de la semaine écoulée, l'indice a reculé de 3,55%. Ses pertes depuis le 1er janvier atteignent 4,09%.

"C'est le retour de la volatilité. La baisse est très homogène", souligne à l'AFP Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France.

Comme la veille, le marché a souffert de l'exacerbation des tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Jeudi, le président américain a en effet évoqué des mesures punitives contre les importations chinoises, d'un montant pouvant atteindre "60 milliards de dollars", pour mettre un terme à ce qu'il affirme être la concurrence déloyale de Pékin.

Le bras de fer s'est poursuivi ce vendredi, la Chine répliquant en dévoilant une liste de 128 produits américains, ou lignes tarifaires, sur lesquelles elle appliquera des droits de douane de 15% à 25%, en cas d'échec des négociations.

De leur côté, les Etats-Unis ont lancé une procédure contre Pékin devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC), lui reprochant de "porter atteinte au droit de la propriété intellectuelle de ses entreprises".

Conséquence directe dans ce contexte tendu: les investisseurs ont vendu "les actifs les plus risqués, qui sont les actions, et à l'intérieur de celles-ci les actions les plus sensibles, les plus cycliques, pour aller vers des valeurs refuge comme l'or et les emprunts d'Etat", analyse M. Rozier.

- STMicroelectronics en chute -

Pour le spécialiste, les opérateurs avaient échoué à prendre en compte, en amont, le risque protectionniste.

"Le marché était dans une espèce d'euphorie aveuglante, à mettre de côté tous les risques potentiels. Et le protectionnisme, qui était auparavant l'un des critères majeurs de sanction en Bourse, a été totalement occulté", estime-t-il.

Toutefois, il anticipait une reprise prochaine pour certaines valeurs, une fois passée la réaction épidermique du marché.

Durant "la première phase, on vend un peu tout. Mais nous allons arriver à la deuxième phase, les marchés vont regarder où les baisses ont été exagérées. On va commencer à distinguer les valeurs présentant moins de risques", prévoit-il.

Sur le terrain des valeurs, STMicroelectronics a enregistré la plus forte baisse (-3,84% à 18,67 euros), pénalisé notamment par les déboires des valeurs technologiques américaines dans le sillage de la polémique sur l'utilisation indue de données personnelles de millions d'utilisateurs de Facebook par une société britannique.

Les titres liés aux matières premières ont aussi été touchés par l'aversion au risque, à l'instar d'ArcelorMittal (-3,38% à 25,29 euros) ou Vallourec (-3,02% à 4,40 euros).

Le secteur bancaire a encore fini en net repli. Société Générale a reculé de 1,26% à 43,55 euros, Axa de 2,23% à 21,31 euros, tandis que Crédit Agricole a lâché 1,61% à 13,17 euros et BNP Paribas 1,45% à 59,24 euros.

Michelin a reculé de 3,21% à 119,10 euros, pénalisé par un abaissement de sa recommandation à "neutre" par Morgan Stanley.

Bolloré a perdu 1,79% à 4,27 euros, emporté par le pessimisme ambiant. Le groupe diversifié a pourtant profité en 2017 de l'intégration de Vivendi, dont les performances ont fortement contribué au résultat opérationnel, tandis que le bénéfice net affiche une progression de 59%.

  1. CAC 40 (Euronext)

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Le Crédit Agricole s’engage avec 12 grands groupes pour soutenir le quotidien des français, en plus des mesures de gel tarifaire en 2019 et de plafonnement des frais à 25 euros pour tous les…

Publié le 18/12/2018

Ce classement annuel FL100+ des éditeurs de solutions sert de guide...

Publié le 18/12/2018

T-Mobile US et Sprint Corporation ont annoncé l'approbation du Comité sur les investissements étrangers (CFIUS) pour leur fusion proposée. De plus, le département de la Justice, le département…

Publié le 18/12/2018

Gaussin s'envole de 20% désormais à 0,256 euro dans un volume épais...

Publié le 18/12/2018

600 euros pour 41.000 de ses salariés en France...