En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
-
4 311.50
-
SBF 120 PTS
3 414.93
-
DAX PTS
9 632.52
-
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
-3.91 %

La Bourse de Paris cède derechef à la peur

| AFP | 534 | 5 par 1 internautes
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

La Bourse de Paris a fini jeudi en repli de 1,90% une séance chaotique dominée par une profonde nervosité et une très forte volatilité face à l'évolution de la situation liée au coronavirus.

L'indice CAC 40 a lâché 103 points à 5.361,10 points, dans un volume d'échanges élevé de 5,8 milliards d'euros. La veille, il avait fini sur une nette avance de 1,33%.

"Il est très difficile voire quasiment impossible de prévoir ce que fera le marché dans les deux heures à venir", observe Guillaume Garabedian, responsable de la gestion conseil chez Meeschaert Gestion Privée.

"C'est le grand retour de la forte volatilité et compte tenu du brouillard dans lequel on est, les marchés partent dans un sens puis dans l'autre", poursuit-il.

"Cela fait trois séances que l'indice CAC 40 fait des fluctuations de plus de 150 points en séance. Mais globalement, on reste entre 5.300 et 5.500 points, ça ne baisse pas davantage", précise-t-il à l'AFP.

"Certaines journées, les investisseurs se disent que le marché n'est pas cher et qu'il est soutenu par les banques centrales donc que cela vaut le coup d'acheter et d'autres jours, ils ont peur de ce que pourrait devenir le coronavirus", illustre-t-il.

La baisse surprise des taux directeurs mardi aux États-Unis en raison du coronavirus met la Banque centrale européenne (BCE) sous pression alors qu'elle a déjà déployé d'énormes efforts pour soutenir l'économie ces dernières années.

L'épidémie de Covid-19 continue de se propager en dehors de Chine et affecte dorénavant 84 pays sur tous les continents (sauf l'Antarctique). Elle prive d'école près de 300 millions d'élèves dans 13 pays.

Les mesures drastiques de confinement paralysent l'économie du géant asiatique et menacent par ricochet la croissance mondiale.

Le transport aérien et l'activité automobile présentent des signes d'affaiblissement.

Le groupe aérien Lufthansa a décidé de suspendre tous ses vols vers Israël à partir du 8 mars, à la suite de la décision de ce pays d'interdire l'accès à son territoire aux ressortissants de plusieurs pays européens.

Renault a enregistré la plus forte baisse du CAC 40 (-7,56% à 23,17 euros).

Dans le secteur des matières premières, ArcelorMittal a abandonné 6,48% à 12,21 euros.

Les bancaires ont également beaucoup souffert dans le sillage des assouplissements monétaires en cascade des banques centrales. Société générale a lâché 5,77% à 22,79 euros, Crédit Agricole 4,59% à 9,66 euros, BNP Paribas 4,11% à 40 ,52 euros.

Sur le SBF 120, Air France a plongé de 11,2% à 5,52 euros. La propagation de l'épidémie de Covid-19 pourrait coûter jusqu'à 113 milliards de dollars en 2020 au secteur du transport aérien, le plaçant dans une situation "presque sans précédent", a annoncé jeudi l'Association internationale du transport aérien (Iata).

En revanche, Korian a profité (+2,92% à 40,82 euros) en revanche d'un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "conserver" auparavant par HSBC.

  1. Euronext CAC40

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

"Nous nous préparons à devoir faire face à un climat économique entièrement nouveau du fait de la crise du COVID-19"...

Publié le 27/03/2020

Le secteur du tourisme à Paris a été affecté par un ralentissement sur le 1er trimestre 2019 dû au mouvement des gilets jaune et par un second ralentissement en décembre 2019 relatif aux…

Publié le 27/03/2020

Thierry Lescasse reprend les fonctions de Benoît Jacheet, dont la mission prend fin avec l'aboutissement du plan de restructuration financière...

Publié le 27/03/2020

Le Groupe CAFOM, acteur majeur de l'équipement de la maison en Europe et en Outre-Mer, fait un point sur l'impact à ce jour de l'épidémie de Covid-19...

Publié le 27/03/2020

ALD dit surveiller étroitement l'évolution du Covid-19 (Coronavirus) et a mis en place les mesures nécessaires pour maintenir la continuité de ses...