En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 481.73 PTS
-0.23 %
5 470.00
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 387.43
-0.22 %
DAX PTS
12 386.10
-0.36 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
+0.00 %
1.177
+0.19 %

La Bourse de Paris rattrapée par les craintes liées à la Turquie

| AFP | 966 | Aucun vote sur cette news
La Bourse de Paris évolue en baisse à la mi-journée, rattrapée par les craintes liées à la Turquie
La Bourse de Paris évolue en baisse à la mi-journée, rattrapée par les craintes liées à la Turquie ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

La Bourse de Paris évoluait en baisse mercredi à la mi-journée (-0,84%), rattrapée par les craintes liées à la crise turque, dans l'attente de statistiques américaines.

A 13H15 (11H15 GMT), l'indice CAC 40 cédait 45,41 points à 5.358,00 points dans un volume d'échanges de 847 millions d'euros. La veille, il avait fini en léger repli de 0,16%.

Après avoir ouvert en petite hausse, la cote parisienne a progressivement inversé la tendance pour s'inscrire en territoire négatif.

La Bourse de New York s'orientait vers une ouverture dans le rouge. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, perdait 0,63%. Celui de l'indice élargi SP 500 reculait de 0,54%, tandis que celui du Nasdaq, à dominante technologique, lâchait 0,72%.

"Les marchés européens ont ouvert en légère hausse mais (...) la progression est difficile à maintenir au moment où l'escalade de tensions en Turquie et un ralentissement de la croissance économique en Europe tempèrent l'humeur des investisseurs", a commenté Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

La Turquie a fortement relevé mercredi les tarifs douaniers de plusieurs produits américains, poursuivant son bras de fer avec les Etats-Unis, qui a fait plonger la livre turque ces derniers jours.

"Le président turc Erdogan semble jouer à un jeu dangereux s'il pense qu'il peut prendre le dessus dans cette altercation avec les Etats-Unis", a estimé M. Hewson.

Cette décision "ne sera probablement pas bien reçue par l'administration des Etats-Unis" et la réaction du président Donald Trump "pourrait arriver sous la forme d'un tweet plus tard dans la journée", a-t-il ajouté.

Outre la géopolitique, les investisseurs se concentrent sur une série de statistiques.

- Les minières toujours dans le rouge

L'agenda est essentiellement anglo-saxon, pour cause de jour férié en France et dans d'autres pays européens.

L'inflation au Royaume-Uni s'est légèrement accélérée à 2,5% en juillet sur un an, après 2,4% en juin, selon l'Office des statistiques nationales qui a mis en avant une hausse des prix des billets d'avion et de train ainsi que des jeux vidéos.

Dans l'après-midi, les investisseurs découvriront une série de statistiques américaines, dont l'activité industrielle dans la région de New-York en août, la première estimation de la productivité au deuxième trimestre et les ventes au détail en juin.

Le niveau hebdomadaire des stocks de pétrole figure également au programme.

Du côté des valeurs, les titres des banques étaient dans le rouge. BNP Paribas perdait 1,02% à 51,33 euros, Société Générale 0,52% à 35,36 euros et Crédit Agricole 0,76% à 11,74 euros.

De même, les valeurs minières restaient mal orientées, à l'instar d'ArcelorMittal (-3,84% à 25,15 euros) et d'Eramet (-4,50% à 77,40 euros).

Valeo était pénalisé (-2,60% à 39,68 euros) par un abaissement de sa recommandation par HSBC.

A l'inverse, Amundi profitait (+1,55% à 60,22 euros) d'un relèvement de la sienne par Morgan Stanley.

Air France-KLM prenait 0,71% à 8,84 euros. La nomination d'un nouveau PDG pour le groupe pourrait intervenir lors d'un conseil d'administration convoqué jeudi, selon le quotidien français Libération, qui donne pour favori Benjamin Smith, numéro deux d'Air Canada.

ADP baissait de 1,67% à 182,70 euros, malgré une hausse de 3,7% en juillet du trafic des aéroports parisiens, tiré par une forte croissance de la région Amérique du Nord.

  1. Euronext CAC 40

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

Les deux titres ne réagissent guère à l'ouverture du marché...

Publié le 24/09/2018

'Shadow of the Tomb Raider' de Square Enix sur PS4 arrive en tête...

Publié le 24/09/2018

D'un point de vue graphique, le titre s'extirpe par le haut d'une figure de consolidation, dite en biseau descendant, en place depuis le point haut du 22 mai. Du côté des indicateurs techniques, le…