En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 224.25 PTS
-3.91 %
4 207.50
-4.27 %
SBF 120 PTS
3 304.61
-4.06 %
DAX PTS
9 561.69
-3.77 %
Dow Jones PTS
21 917.16
-1.84 %
7 813.50
+0. %

La Bourse de Paris essuie une nouvelle débâcle (-5,75%)

| AFP | 1051 | 5 par 1 internautes
La Bourse de Paris s'enfonce à nouveau dans le rouge
La Bourse de Paris s'enfonce à nouveau dans le rouge ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

La Bourse de Paris a connu une nouvelle séance de débâcle lundi (-5,75%), rien ne semblant pouvoir stopper la défiance des marchés, désormais convaincus qu'une récession est inévitable en raison de l'épidémie liée au coronavirus et des mesures drastiques prises pour la combattre.

L'indice CAC 40 a perdu 236,90 points à 3.881,46 points, dans un volume d'échanges qui est resté très nourri, à 7,5 milliards d'euros. Vendredi, il avait terminé sur un rebond technique de 1,83%, ce qui ne l'a pas empêché de chuter de 20% la semaine dernière.

Après un nouveau décrochage à l'ouverture, la cote parisienne a encore creusé ses pertes en séance, tombant même en séance à un plus bas depuis fin juin 2013, avant de limiter un peu la casse.

"Le marché a complètement ajusté ses attentes, considérant que dans tous les cas, nous ne sommes pas en mesure de gérer la crise du point de vue épidémique", a souligné auprès de l'AFP Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"Même si les réponses politiques ou monétaires sont certainement adaptées, le problème est que personne n'a de visibilité sur la crise sanitaire, sa durée et surtout sur la durée de la récession", a-t-il complété.

Les banques centrales et les gouvernements emploient pourtant les grands moyens pour tenter d'endiguer les conséquences économiques de l'épidémie de nouveau coronavirus qui sévit désormais en Europe, devenue épicentre de la maladie, et qui contamine peu à peu les Etats-Unis.

Selon l'OMS en effet, il y a désormais "plus de cas et de décès dans le reste du monde qu'en Chine".

Mais loin de rassurer les marchés, l'arsenal de mesures budgétaires et monétaires annoncées ces derniers jours a suscité une réaction plutôt négative de leur part.

La Réserve fédérale américaine a abaissé brutalement dimanche son taux à 0%-0,25% et annoncé une injection de liquidité de 700 milliards de dollars.

Les 27 ministres des Finances de l'UE, réunis par vidéoconférence lundi, tentaient également de riposter aux conséquences dévastatrices de la crise du coronavirus, qui a mis l'économie européenne dans une "situation comparable à celle d'une guerre", selon le président de l'Eurogroupe, Mario Centeno.

Une réunion extraordinaire des 27 dirigeants de l'UE est en outre prévue mardi.

Côté indicateurs, en Chine, la production industrielle s'est contractée pour la première fois en près de 30 ans tandis que les ventes de détail se sont effondrées.

L'activité manufacturière dans la région de New York est en outre tombée en mars au plus bas depuis la crise financière de 2009, selon l'indice mensuel Empire State publié lundi.

Banques et assurances dévissent

L'automobile, les valeurs bancaires et les assureurs ont payé le prix fort.

Société Générale a ainsi plongé de 15,33% à 14,52 euros, BNP Paribas de 13,52% à 27,44 euros, Crédit Agricole de 11,43% à 6,08 euros tandis qu'Axa a sombré de 12,30% à 13,44 euros.

Renault, qui a mis à l'arrêt ses quatre usines espagnoles ainsi que toutes ses usines françaises, a chuté de 12,87% à 14,55 euros tandis que Peugeot s'est enfoncé de 7,19% à 11,04 euros.

L'aérien a également particulièrement souffert, à l'instar d'Airbus (-7,17% à 69 euros) et Air France-KLM (-10,11% à 4,32 euros), qui a annoncé une réduction drastique de son offre et un dispositif de chômage partiel pour l'ensemble de ses salariés pour une période de six mois maximum.

ADP (-16,13% à 78 euros) craint de son côté un impact négatif de 190 millions d'euros en 2020 sur son résultat brut d'exploitation.

  1. Euronext CAC40

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 01/04/2020

Free (Iliad) annonce le prolongement de la diffusion en clair sur Freebox TV des chaînes Jeunesse initialement prévue jusqu’au 31 mars et rend accessible en clair jusqu’au 30 avril 2020 de…

Publié le 01/04/2020

Theranexus flambe ce mercredi de 477% à 13,80 euros, alors que la société a annoncé le succès de l'étude de phase 2 de son candidat-médicament THN102...

Publié le 01/04/2020

Sale temps en Bourse pour les banques européennes, qui suppriment le versement de leurs dividendes à la demande des différentes autorités de régulation. HSBC chute ainsi de 8,55% à 415,40 pence,…

Publié le 01/04/2020

Carrefour et Uber Eats indiquent avoir passer un accord afin d'aider les consommateurs français à s'approvisionner en produits du quotidien, en se faisant livrer à leur domicile, dans le plein…

Publié le 01/04/2020

Natixis (-6,98% à 2,76 euros) et Société Générale (-7,01% à 14,27 euros) sont les deux premières banques françaises à appliquer les recommandations de la Banque centrale européenne de ne pas…