En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.60 PTS
-
5 407.5
+0.57 %
SBF 120 PTS
4 340.39
+0.51 %
DAX PTS
12 384.49
+0.43 %
Dowjones PTS
25 822.29
+0.25 %
7 397.23
+0.35 %
1.157
+0.03 %

La BoE en route vers une première hausse de taux en 10 ans

| AFP | 343 | Aucun vote sur cette news
Le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Mark Carney, le 17 octobre 2017 à Londres
Le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Mark Carney, le 17 octobre 2017 à Londres ( HO / PRU/AFP/Archives )

La Banque d'Angleterre (BoE) pourrait relever jeudi son taux directeur pour la première fois en plus de dix ans, afin de tenter de contrer l'accélération de l'inflation au Royaume-Uni dans un contexte d'incertitudes élevées en raison du Brexit.

"La Banque d'Angleterre semble être sur le point de dégainer l'arme monétaire jeudi en relevant ses taux d'intérêt de 0,25% à 0,50%", a estimé Howard Archer, économiste chez EY Item Club.

"Même si cela risque de se jouer dans un mouchoir de poche, nous pensons que la majorité du Comité de politique monétaire (CPM) de la BoE va voter en faveur d'une hausse des taux jeudi, la première en une décennie", a abondé Paul Hollingsworth, économiste spécialiste du Royaume-Uni pour Capital Economics.

Le taux directeur de la BoE avait été abaissé en août 2016 au niveau historiquement bas de 0,25%, afin de tenter de protéger l'économie du Royaume-Uni des effets négatifs de la décision prise un peu plus d'un mois auparavant par les Britanniques de sortir de l'Union européenne.

Et la BoE n'a pas procédé à une hausse de taux depuis l'été 2007, quand ils avaient atteint 5,75%, une décision déjà prise à l'époque pour lutter contre une inflation supérieure au niveau cible de 2%.

La hausse des prix à la consommation a accéléré en septembre 2017 pour atteindre 3% sur un an, niveau qu'elle n'avait plus connu depuis avril 2012.

La BoE pourrait même relever ses prévisions à court terme pour la hausse des prix dans le rapport trimestriel sur l'inflation et la croissance qui sera publié en même temps que la décision sur les taux jeudi.

- Marge de manœuvre -

Pour Neil Wilson, analyste chez ETX Capital, "novembre est le moment idéal pour relever les taux afin de laisser des munitions au CPM pour assouplir de nouveau (sa politique monétaire) au cas où l'économie viendrait à connaître une nouvelle baisse de régime".

Pour le moment, l'économie britannique a relativement bien résisté aux inquiétudes provoquées par le Brexit du fait des incertitudes vis-à-vis de la future relation économique entre le Royaume-Uni et l'UE après le Brexit, prévu pour la fin mars 2019.

La croissance a même été un peu meilleure qu'attendu au troisième trimestre, à 0,4% d'un trimestre sur l'autre, donnant un peu de marge de manœuvre à la BoE.

Mais malgré cette légère reprise de l'activité, les analystes de BlackRock estiment que "la fragilité de l'économie va être un frein" à une poursuite du resserrement monétaire après la hausse attendue en novembre.

Pour Howard Archer, la BoE devrait même par la suite retenir sa main jusqu'au moins fin 2018.

Car la BoE devrait de nouveau mettre l'accent sur les risques que font peser sur l'économie britannique les incertitudes sur l'avenir du Royaume-Uni post-Brexit.

Jusqu'à présent, les négociations entre Londres et Bruxelles n'ont pas permis de clarifier leurs relations futures.

En outre, si la hausse des taux devrait être décidée jeudi, ce vote ne devrait pas être unanime, les observateurs tablant dans l'ensemble sur une répartition de 6 voix pour et 3 contre ou 5 pour et 4 contre.

"Il est évident que certains membres du CPM ont des réserves sur le fait de relever les taux dès maintenant", a relevé Howard Archer.

Mais une absence de hausse ce jeudi "mettrait à mal la crédibilité de la Banque d'Angleterre" qui a, depuis septembre, préparé à de nombreuses reprises le marché à une telle action, a prévenu M. Archer.

Surtout que sous la houlette du gouverneur Mark Carney, la BoE a déjà à plusieurs reprises prévenu qu'une hausse de taux était possible pour finalement ne pas agir, ce qui lui a valu le surnom auprès des observateurs et opérateurs de marché de "petit-ami pas fiable".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

   Bollène (France) - Le 21 août 2018 - 20:00 (CET)     EGIDE RENFORCE SON ORGANISATION COMMERCIALE AUX ETATS-UNIS   Le groupe Egide (ISIN: FR0000072373 - Reuters:…

Publié le 21/08/2018

Le montant du transfert s'élève à 6,5 ME auxquels pourront s'ajouter des incentives pour un maximum de 3,5 ME...

Publié le 21/08/2018

L'installation reflète l'adoption croissante de la technologie EOS en tant que standard de soin dans les centres orthopédiques...

Publié le 21/08/2018

Nacon officialise sa collaboration avec Marie-Laure 'Kayane' Norindr, joueuse professionnelle de eSport...

Publié le 21/08/2018

Entre le 13 et le 17 août, Bic a racheté pour près de 3,06 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 39 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré…