En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 565.76 PTS
-0.26 %
5 512.00
-0.14 %
SBF 120 PTS
4 406.71
-0.20 %
DAX PTS
12 198.20
-0.20 %
Dowjones PTS
26 511.05
-0.18 %
7 713.49
+0.00 %
1.125
-0.04 %

La BCE joue la montre avant un sommet crucial pour le Brexit

| AFP | 467 | 3 par 2 internautes
Le siège de la Banque centrale européenne à Francfort (Allemagne), le 24 janvier 2019
Le siège de la Banque centrale européenne à Francfort (Allemagne), le 24 janvier 2019 ( Daniel ROLAND / AFP )

La Banque centrale européenne (BCE) a repoussé mercredi toutes ses décisions à plus tard, à quelques heures d'un sommet crucial sur le Brexit, sur fond de trou d'air conjoncturel plus durable que prévu.

"Revenez en juin", résume Florian Hense, de la banque Berenberg. L'institut de Francfort n'a en effet "infléchi ni l'évolution de la politique monétaire" en maintenant ses taux à leur plancher historique au moins jusqu'en fin d'année, "ni son évaluation de la situation économique".

La BCE a également botté en touche sur deux sujets plus techniques: les détails de son nouveau programme de prêts géants aux banques, et d'éventuelles mesures pour compenser les effets des taux négatifs sur les établissements financiers.

"Là maintenant, il est trop tôt pour décider", a déclaré à la presse le président de l'institut Mario Draghi, évacuant les spéculations des dernières semaines sur ces questions techniques mais brûlantes pour les marchés.

Dans l'ensemble, M. Draghi a dépeint une zone euro toujours en proie à de multiples "risques", allant des "incertitudes géopolitiques" à la "menace protectionniste", en passant par la "fragilité des marchés financiers".

Le Brexit, objet mercredi soir d'un sommet européen extraordinaire qui devrait en reporter l'échéance, contribue à "l'incertitude globale qui plane sur notre continent", a estimé le banquier italien.

'Refroidissement'

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), qui
Le président de la Banque centrale européenne (BCE), qui "garde l'espoir" que le Brexit aura des effets limités sur l'économie européenne. Photo prise le 28 janvier 2019 au Parlement européen de Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives )

La BCE redoute surtout un divorce sans accord, le scénario du pire qui mettrait les marchés financiers dans la tourmente et accentuerait le ralentissement de l'économie.

M. Draghi, qui conserve "l'espoir" d'un impact mesuré du Brexit, sans préjuger de la nature de l'accord qui sera trouvé, a surtout mis en garde contre les conséquences "dans certains pays très exposés à l'économie britannique", susceptibles "de se répercuter au reste du continent.

Plus largement, il a souligné que les indicateurs économiques restaient "faibles, notamment (dans) le secteur manufacturier", en raison du ralentissement de la demande extérieure.

Le Fonds monétaire international a ainsi abaissé mardi de 0,3 point son pronostic de croissance pour la zone euro cette année, à 1,3%, et la BCE doit actualiser ses propres prévisions lors de sa réunion de juin.

"Reste maintenant à espérer que l'économie s'en tiendra à un refroidissement, et qu'il n'y aura aucun signe de récession ni de nouvelle baisse des taux d'inflation", commente Jan Holthusen, économiste à la DZ Bank.

Baisses de taux ?

En jouant la montre, la BCE laisse aussi aux tensions commerciales la possibilité de se dissiper, alors que les négociations entre Chine et Etats-Unis tardent à aboutir, pendant que Washington menace l'UE de nouvelles taxes.

Les gardiens de l'euro "restent en état élevé d'alerte" mais veulent prendre du recul avant toute décision, y compris sur des points apparemment techniques concernant les banques, résume Carsten Brzeski, de la banque ING.

Pour lui, un système de compensation partielle des taux négatifs pour les banques (dit "tiering") représenterait ainsi "le dernier recours, préparant les bases d'un nouvel assouplissement monétaire" que la BCE "espère toujours éviter".

Depuis trois ans, le principal taux de refinancement des banques est en effet calé à zéro et celui taxant les liquidités excédentaires des banques, donc non distribuées dans l'économie, est négatif à -0,40%, entraînant pour le secteur une facture annuelle d'environ 7,5 milliards d'euros, principalement supportée par les banques allemandes et françaises.

L'institut de Francfort soutient déjà largement l'économie, en conservant ses taux au plus bas au moins pour cette année, et en s'engageant à réinvestir "aussi longtemps que nécessaire" son stock pléthorique de 2.600 milliards d'euros d'obligations acquises depuis mars 2015.

Si la conjoncture devait encore se dégrader, la BCE a néanmoins "l'intention de menacer le marché de nouvelles baisses de taux", avance Frederik Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management.

Pour lui, "l'espoir demeure" cependant que cette option, qui serait très mal accueillie par les banques comme par certains pays dont l'Allemagne, "ne sera jamais utilisée".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/04/2019

Les valeurs pétrolières occupent la tête du palmarès à la mi-journée à l'image de TechnipFTI et de Total qui pointent en tête du CAC40...

Publié le 23/04/2019

La place parisienne affiche ce mardi une légère consolidation assez légitime

Publié le 23/04/2019

Plus forte baisse du Dax 30, Wirecard perd 3,29% à 116,15 euros après la levée de l’interdiction de la vente à découvert. L'Autorité fédérale de supervision financière (BaFin), le gendarme…

Publié le 23/04/2019

Le 18 avril 2019, Société Générale SFH, filiale de Société Générale, a émis 100 millions d'euros d'obligations sécurisées sous forme de « security tokens » (obligations de financement de…

Publié le 23/04/2019

Faurecia (+1% à 48,49 euros) est bien orienté aujourd’hui sur la place de Paris, dans le sillage d’une publication du premier trimestre 2019 légèrement supérieure aux attentes des analystes,…