En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 808.00
+0.46 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
-0.02 %
1.139
+0.00 %

La BCE calme le jeu sur l'Italie et confirme sa stratégie

| AFP | 920 | Aucun vote sur cette news
Le président de la BCE, Mario Draghi (d), à Luxembourg le 1er octobre 2018.
Le président de la BCE, Mario Draghi (d), à Luxembourg le 1er octobre 2018. ( JOHN THYS / AFP )

La Banque centrale européenne a affiché sa confiance jeudi sur l'issue du bras de fer autour du budget italien et confirmé l'abandon progressif de son vaste soutien à l'économie, malgré les risques pesant sur la conjoncture.

"Sur l'Italie, je n'ai pas de boule de cristal", a prévenu le président de la BCE, Mario Draghi, se plaçant en spectateur d'un débat avant tout "budgétaire" opposant Rome à Bruxelles, deux jours après le rejet par la Commission européenne des propositions italiennes.

Pressé de questions, M. Draghi s'est néanmoins montré "confiant" sur le fait qu'un "accord quelconque" va être trouvé, pour peu que les deux parties fassent preuve de "bon sens".

Il a dit observer à ce stade une montée "encore modérée" des taux d'intérêt italiens, qui renchérit les emprunts des ménages et des entreprises, mais ne produit pour l'heure que des retombées "limitées" sur d'autres pays.

"Si les taux d'intérêt continuent de monter, cela va réduire la marge de manœuvre budgétaire", a néanmoins ajouté le banquier italien, insinuant que Rome ne pourra pas tout se permettre côté dépenses publiques.

- Risques 'équilibrés' -

"Le conflit budgétaire opposant le gouvernement italien à la Commission européenne est un conflit politique, dans lequel la BCE doit se montrer neutre", a approuvé l'économiste Marcel Fratzscher, président de l'institut économique DIW.

De toute façon, observe-t-il, "la BCE se retrouve les mains liées et elle ne pourra pas calmer les marchés financiers comme à l'été 2012", au plus fort des craintes d'éclatement de la zone euro, puisque la crise italienne "ne relève pas des banques ou des marchés financiers".

Au sujet du Brexit, qui figure parmi les risques du moment surveillés par la BCE, M. Draghi a dit travailler avec la Banque d'Angleterre pour identifier les "risques potentiels" d'un divorce sans accord.

Mais globalement, l'institution a jugé comme les mois précédents que les risques sur l'économie demeurent "globalement équilibrés", affichant sa sérénité face "au protectionnisme, aux fragilités des marchés émergents et à la volatilité des marchés financiers".

La récente série d'indicateurs décevants atteste certes d'"une dynamique plus faible", mais "pas d'un tournant" annonciateur d'une nette dégradation économique, estime Mario Draghi.

Aussi, l'institution maintient ses scénarios de croissance et d'inflation sur les deux années à venir et a reconduit à l'identique jeudi sa politique monétaire.

- Pilote automatique -

La BCE a confirmé ses indications de juin et réaffirmé sa décision d'arrêter fin décembre les achats nets d'actifs sur le marché ou "QE" (assouplissement quantitatif), un programme déjà limité à 15 milliards d'euros d'achats par mois depuis octobre.

Les taux directeurs ont été maintenus au plus bas et le resteront "au moins" jusqu'à l'été 2019, une échéance qui sera progressivement précisée l'an prochain.

Les acteurs de marché, anticipant l'après "QE", attendaient de premières indications sur la gestion du stock d'obligations détenues par la BCE à compter de 2019, que l'institut veut maintenir pour préserver des conditions de financement favorables.

Mais le conseil des gouverneurs n'a pas discuté des réinvestissements de ce portefeuille, qui pèsera quelque 2.600 milliards d'euros fin 2018, a déclaré M. Draghi. Cela devrait être le cas lors de la dernière réunion de l'année en décembre.

La fin du "QE" d'ici là se fera en "pilote automatique", un aspect "pas très excitant pour les marchés et les observateurs de la BCE mais très efficace", résume Carsten Brzeski, économiste chez ING Diba.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

  Genève (Suisse) - le 15 janvier 2019 : WISeKey International Holding Ltd (WIHN.SW) (« WISeKey »), société de premier plan dans le domaine de la cybersécurité et…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…