En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Les banques italiennes en berne face à l'arrivée au pouvoir des populistes

| AFP | 619 | Aucun vote sur cette news
La Monte Dei Paschi di Siena (BMPS) est la plus ancienne banque du monde
La Monte Dei Paschi di Siena (BMPS) est la plus ancienne banque du monde ( GIUSEPPE CACACE / AFP/Archives )

La probable arrivée d'un gouvernement populiste en Italie a rendu fébriles les valeurs bancaires jeudi à la Bourse de Milan, en particulier la BMPS, contrôlée par l'Etat et dont la Ligue et le M5S envisagent de "redéfinir la mission".

Les banques italiennes ont été dans la tourmente ces deux dernières années, suscitant une vive inquiétude sur les marchés financiers, mais la situation s'était apaisée il y a plusieurs mois, grâce à la série de mesures qu'elles ont prises pour se renforcer.

Mais la possible formation d'un gouvernement réunissant le Mouvement 5 étoiles (antisystème) et la Ligue (extrême droite) suscite des craintes sur le plan économique, notamment sur la question de la dette et sur le front des banques.

La Monte dei Paschi di Siena (BMPS), qui a bénéficié l'an passé d'un sauvetage public et est détenue désormais à 68,2% par le ministère des Finances, concentre l'attention.

Concernant la BMPS, "l'Etat actionnaire doit procéder à la redéfinition de la mission et des objectifs de l'institut de crédit dans une optique de service", peut-on lire, sans aucune autre précision, dans l'ébauche de contrat de gouvernement.

En réaction, le titre a fini en recul de 8,86%, après avoir perdu un temps plus de 10%.

Dans sa foulée, Ubi Banca a perdu 2,7%, UniCredit 1,86%, Banco BPM 1,13%, Mediobanca 0,86% et Intesa Sanpaolo 0,79%.

Dans leur ébauche de contrat, la Ligue et le M5S jugent nécessaire de "responsabiliser davantage tant le management que les autorités de contrôle" des banques, y compris en appliquant des peines pour faillites frauduleuses.

Les deux partis, qui sont hostiles à ce que les épargnants soient mis à contribution si une banque connaît des difficultés, comme cela a été le cas pour plusieurs établissements italiens, demandent que ces épargnants obtiennent des compensations.

"On n'est pas dans un mouvement de panique. Mais ce qui n'est pas bon pour le pays n'est pas bon pour les banques", a déclaré à l'AFP Nicolas Veron, un analyste au Bruegel Institute de Bruxelles, considérant la réaction des marchés "très mesurée par rapport à l'ébauche de programme et aux déclarations".

Les banques étaient en berne alors que le spread - l'écart très regardé en Italie entre les taux d'emprunt italien et allemand à dix ans - se tendait de deux points, pour atteindre 153 points, après avoir déjà grimpé de 20 la veille.

Selon M. Veron, "il n'est pas étonnant qu'il y ait une porosité entre les mouvements sur les titres souverains et les actions bancaires".

Les banques italiennes détiennent plus de 20% de la dette italienne, rappelle en effet Michael Hewson, un analyste chez CMC Markets UK.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...