En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 492.81 PTS
+0.76 %
5 484.0
+0.59 %
SBF 120 PTS
4 391.43
+0.58 %
DAX PTS
12 394.21
+0.55 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.177
-0.03 %

La banque de France anticipe 1,6% de croissance pendant trois ans

| AFP | 331 | Aucun vote sur cette news
La croissance en France devrait s'établir à seulement 1,6% cette année
La croissance en France devrait s'établir à seulement 1,6% cette année ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

La croissance de l'économie française devrait plafonner à 1,6% en 2018 et les deux années à venir, selon des prévisions publiées vendredi par la Banque de France qui invoque un "contexte international moins dynamique" et pointe "le retard de réformes" du pays par rapport à ses voisins européens.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait, lui, annoncé lundi s'attendre à ce que la croissance atteigne 1,7% cette année, en recul très net par rapport à la prévision de 2% faite par la France en avril dans son programme de stabilité budgétaire envoyé à Bruxelles.

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a néanmoins estimé sur Europe 1 que le chiffre de 1,6% restait "supérieur à la vitesse de croisière habituelle de l'économie française". Mais selon lui, "la France est encore en retard de croissance sur nos voisins européens parce que la France est en retard de réformes".

La révision à la baisse des prévisions de la Banque de France, qui prédisait encore en juin 1,8% de hausse du produit intérieur brut (PIB) pour cette année, fait suite à celle de la Banque centrale européenne (BCE), qui a annoncé jeudi un léger ralentissement dans la zone euro à 2,0% en 2018 et 1,8% pour l'an prochain.

La France reste ainsi en-dessous de la moyenne européenne.

"Ceux qui ont davantage de croissance que nous, c'est ceux qui ont fait des réformes plus tôt", d'après M. Villeroy de Galhau, qui s'attend à ce que "la France rattrape le train européen en 2020".

Il a aussi appelé à "rattraper notre retard sur les dépenses publiques", alors que le plafonnement de la croissance devrait rendre plus difficile la tenue par la France de ses engagements en matière de déficit public.

Le gouvernement a revu assez fortement à la hausse cette semaine ses prévisions en la matière, visant un déficit à 2,6% du PIB pour 2018 et 2,8% pour 2019.

Un décrochage de la croissance pourrait faire remonter ce déficit au-dessus de la limite de 3% tolérée par Bruxelles, la France risquant alors d'être à nouveau placée en procédure de déficit excessif.

La banque centrale française souligne que sa nouvelle prévision de croissance s'inscrit dans un "contexte international moins dynamique et plus incertain", sur fond de guerre commerciale.

Croissance du PIB
Croissance du PIB ( / AFP )

"Après une année 2017 exceptionnelle en termes de demande mondiale adressée à la France, la contribution du commerce extérieur à la croissance resterait nettement positive en 2018 puis serait neutre ensuite", selon un communiqué de l'institution financière.

- Emploi et pouvoir d'achat -

Le gouverneur de la Banque de France a toutefois relativisé l'impact du ralentissement de la croissance sur la société française, anonçant des évolutions favorables sur les fronts du pouvoir d'achat et de l'emploi.

L'évolution de la situation économique permettra selon lui "beaucoup de créations d'emplois en France, nous en attendons 200.000 cette année".

La Banque de France voit ainsi le taux de chômage au sens du Bureau international du Travail (BIT) descendre progressivement de 9,4% en 2017 pour la France entière (y compris les DOM) à 8,5% en 2020.

Ce redressement, conjugué à la modération annoncée de l'inflation, qui devrait selon la banque atteindre 2,1% en moyenne annuelle cette année avant de retomber à 1,7% en 2019 et 1,8% en 2020, est pour son gouverneur synonyme de "pouvoir d'achat pour les Français".

Les derniers indicateurs sur l'évolution du niveau de vie des Français ne vont pas dans le même sens. En août, l'indice des prix à la consommation a culminé à 2,3% sur un an, tandis que le pouvoir d'achat a reculé de 0,6% au premier trimestre 2018, selon l'Insee.

La Banque de France anticipe néanmoins que le "pouvoir d'achat des ménages progresserait de manière soutenue sur la période" 2018-2020.

La consommation des ménages devrait selon elle augmenter de 0,9% cette année, 1,3% l'an prochain et 1,4% en 2020.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Hankuk Glass Industries (HGI), filiale sud-coréenne de Saint-Gobain cotée à la Bourse de Séoul, a lancé une offre publique d'achat pour acquérir les 23% des actions détenues par des…

Publié le 21/09/2018

Le cimentier négocie le rachat de Cipla

Publié le 21/09/2018

Global Bioenergies connait un début de séance très difficile, en forte baisse de 17% à 11,3 euros dans un volume représentant 0,8% du tour de table...

Publié le 21/09/2018

Fort d'un chiffre d'affaires en hausse de 24% au premier trimestre, Geci International indique viser des revenus supérieurs à 32 ME sur l'ensemble de...

Publié le 21/09/2018

Fort effet de levier sur les marges