En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

La Banque centrale américaine en place pour la dernière hausse des taux de l'année

| AFP | 326 | Aucun vote sur cette news
La Banque centrale américaine (Fed) devrait relever les taux d'intérêts mercredi à l'issue d'une réunion monétaire au moment où l'économie des Etats-Unis tourne à plein régime et qu'une relance fiscale, voulue par Donald Trump, se profile
La Banque centrale américaine (Fed) devrait relever les taux d'intérêts mercredi à l'issue d'une réunion monétaire au moment où l'économie des Etats-Unis tourne à plein régime et qu'une relance fiscale, voulue par Donald Trump, se profile ( KAREN BLEIER / AFP/Archives )

La Banque centrale américaine (Fed) devrait relever les taux d'intérêts mercredi à l'issue d'une réunion monétaire au moment où l'économie des Etats-Unis tourne à plein régime et qu'une relance fiscale, voulue par Donald Trump, se profile.

Les très bons chiffres de l'emploi de novembre publiés vendredi ont donné le dernier feu vert guetté par les marchés qui anticipaient depuis un certain temps une hausse modérée d'un quart de point de pourcentage des taux d'intérêt directeurs.

Les nouvelles embauches ont totalisé 228.000 le mois dernier, dépassant les attentes des analystes qui étaient de 190.000 tandis que le taux de chômage, à 4,1%, est demeuré à son plus bas niveau en presque 17 ans.

"Ce rapport sur l'emploi, même avec la modeste hausse des salaires (+0,2% sur le mois) est suffisant pour convaincre le Comité monétaire (FOMC) de relever les taux", a estimé Joel Naroff, économiste indépendant.

Ce troisième modeste tour de vis monétaire de l'année va porter le coût de l'argent dans la fourchette de 1,25% à 1,5%, ce qui reste néanmoins modéré.

Il vise à normaliser les taux suivant la stratégie progressive conduite par la présidente Janet Yellen qui assure que, même si l'inflation reste pour l'instant sous la cible de 2% visée par la Fed, cela n'est que provisoire et que les prix risquent de s'accélérer.

Ce sera l'avant-dernière réunion monétaire pour Mme Yellen, 71 ans, qui doit laisser la place début février à son successeur nommé par le président américain. Jerome Powell, qui devrait être confirmé sans accroc à la tête de la Fed par le Sénat, est un ancien avocat et banquier républicain de 64 ans, déjà gouverneur à la Réserve fédérale depuis cinq ans.

Mercredi après la décision sur les taux prévue à 19H00 GMT, la patronne de la Fed, qui aura été la première femme à diriger la puissante Banque centrale, donnera aussi une ultime conférence de presse puisque la réunion monétaire de janvier n'en prévoit pas.

La Fed publiera également de nouvelles prévisions économiques que les analystes scruteront de près pour voir si les participants au FOMC intègrent enfin dans leur vision de la trajectoire économique les réductions d'impôts --surtout destinées aux entreprises-- qui se préparent au Congrès.

- Le stimulus: une raison de plus -

"Normalement, ils attendent que les choses soient votées mais peut-être vont-ils commencer à prendre en compte" ce stimulus promu par l'administration Trump, a affirmé à l'AFP Joseph Gagnon, un ancien économiste de la Fed, membre du Peterson Institute for International Economics (PIIE). "Ce sera une raison de plus pour augmenter les taux", a-t-il ajouté.

Pour l'instant, la Fed projette une croissance de 2,4% cette année et 2,1% en 2018 avec trois hausses de taux d'un quart de point (0,25%).

Le Produit intérieur brut a gagné 3,3% au troisième trimestre en rythme annuel après 3,1% au deuxième trimestre mais seulement 1,2% entre janvier et mars.

L'administration Trump affirme que grâce aux réductions d'impôts, aux renégociations commerciales qui donnent la priorité à "l'Amérique d'abord" et à la dérégulation, la croissance économique peut accélérer largement et franchir les 3%.

Mais la relance fiscale financée par un creusement du déficit n'est pas du goût de tous les économistes qui estiment qu'elle arrive comme de l'huile sur le feu d'une économie quasiment au plein emploi.

"Nous nous mettons dans une situation budgétaire terrible actuellement", a récemment commenté Alan Greenspan, l'ancien président de la Fed. "L'administration ordonne des réductions d'impôts (...). On a besoin de se concentrer seulement sur la réduction de la dette", a-t-il expliqué.

Les acteurs financiers seront aussi attentifs aux nouvelles prévisions de la Fed sur l'inflation après le coup de mou de l'été.

L'indice des prix PCE n'était qu'à 1,6% sur un an en octobre, mais il devrait "accélérer un peu", a assuré à l'AFP l'économiste Diane Swonk. Elle fait partie de ceux qui croient que, pour contenir une surchauffe, la Fed relèvera les taux quatre fois au lieu des trois jusqu'ici prévues l'année prochaine.

La Banque centrale estime qu'une inflation à 2%, mais guère plus, est saine pour la croissance de l'économie.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…