5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

"Paradise Papers": l'UE veut frapper les fraudeurs "au portefeuille"

| AFP | 190 | Aucun vote sur cette news
Le commissaire européen à la Fiscalité et aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, le 9 novembre 2017 à Bruxelles
Le commissaire européen à la Fiscalité et aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, le 9 novembre 2017 à Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives )

Le commissaire européen à la Fiscalité et aux Affaires économiques Pierre Moscovici a promis mardi de "frapper au portefeuille" les fraudeurs et paradis fiscaux, lors d'un débat sur les révélations des "Paradise Papers" au Parlement européen à Strasbourg.

"Il faut frapper au portefeuille les fraudeurs et les paradis fiscaux pour faire bouger les lignes", a insisté M. Moscovici, "profondément indigné" par ces révélations.

"Les citoyens ne comprendraient pas notre inaction après le nouveau coup de semonce que constituent les Paradise Papers", a-t-il affirmé face aux eurodéputés.

Le commissaire français a appelé les États membres à adopter "dès le prochain Conseil des ministres des Finances le 5 décembre" une liste noire des paradis fiscaux assortie de "sanctions dissuasives" contre les pays qui la composeront.

"Je prends ici un engagement: si la liste noire n'est pas à la hauteur, si elle n'est pas assez crédible, si les sanctions ne sont pas assez dissuasives, alors je le dirai", a-t-il assuré.

M. Moscovici demande également que soit adoptée "dans les six prochains mois" une directive proposée fin juin qui obligerait les banquiers, avocats et autres consultants à "déclarer au fisc" les schémas d'optimisation fiscale proposés à leurs clients fortunés, sous peine de sanctions.

"C'est une simple question de volonté politique", a estimé M. Moscovici.

Il espère enfin la mise en place en 2018 d'une "assiette fiscale européenne pour l'impôt sur les sociétés" (Accis), qui vise notamment à instaurer des règles uniformes de calcul des bénéfices pour les grands groupes multinationaux.

- 'Des vampires' -

Les bénéficiaires des montages d'optimisation fiscale "sont un peu comme des vampires, ils ne craignent rien tant que la lumière", a conclu M. Moscovici.

L'eurodéputé français Alain Lamassoure (PPE, droite/centre-droit) a qualifié la lutte contre l'évasion fiscale de "devoir moral".

"Autoriser, encourager, faciliter et finalement organiser des montages qui suppriment de fait tout impôt, ce n'est plus acceptable", a plaidé M. Lamassoure.

"Seul le courage politique fait défaut", a renchéri la députée française Verts-ALE Eva Joly, ancienne magistrate spécialisée dans la lutte contre la corruption, qui exige "plus de transparence sur le processus d'élaboration de la liste noire" des paradis fiscaux.

Rendus publiques depuis le 5 novembre, les fuites sur les circuits planétaires d'optimisation fiscale, connues sous l'appellation de "Paradise Papers", constituent les résultats d'une enquête du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), qui regroupe 96 médias de 67 pays.

Apple, Nike, Bono, Shakira ou le milliardaire Bernard Arnault font partie des personnalités et grands groupes épinglés.

L'eurodéputé britannique Nigel Farage, ancien leader du parti europhobe Ukip et grand architecte du Brexit, a pour sa part assuré que le milliardaire américain George Soros, qui vient de transférer 18 milliards de dollars de sa fortune personnelle à sa fondation, créée pour promouvoir la démocratie, les droits de l'homme et la liberté de la presse, avait financé ces enquêtes.

"Son influence ici (à Strasbourg) et à Bruxelles est vraiment extraordinaire", a déploré M. Farage, accusant certains eurodéputés d'avoir reçu "directement ou indirectement" de l'argent de cette fondation.

"Je crains qu'il puisse s'agir du plus grand niveau de collusion politique dans l'histoire", a lancé le Britannique.

"Je suppose que (M. Farage) a dit ça pour détourner l'attention de son problème dans les +Paradise Papers+: le fait est qu'il a un fonds offshore sur l'Ile de Man pour éviter de payer des impôts au Royaume-Uni", a ensuite rétorqué le libéral belge Guy Verhofstadt lors d'un point de presse.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS