En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.141
-0.08 %

L'UE peine à trouver un accord sur le travail détaché

| AFP | 442 | Aucun vote sur cette news
La commissaire européenne aux Affaires sociales, Marianne Thyssen, le 17 juillet 2017 à Bruxelles
La commissaire européenne aux Affaires sociales, Marianne Thyssen, le 17 juillet 2017 à Bruxelles ( THIERRY CHARLIER / AFP/Archives )

Les 28 pays de l'UE peinaient lundi à s'accorder sur la réforme de la directive du travail détaché, un dossier crucial pour Paris, qui a bataillé dur face aux pays de l'est de l'Europe, Pologne en tête.

Cette réunion des ministres du Travail de l'Union à Luxembourg est un test pour la méthode de négociations au sein de l'UE du président français Emmanuel Macron.

Après une campagne électorale française au cours de laquelle les extrêmes de droite comme de gauche avaient vilipendé "l'Europe du dumping social", M. Macron, à peine élu (en mai dernier), avait réclamé un durcissement de la réforme du travail détaché, s'en prenant à la Pologne et aux trois autres pays du groupe de Visegrad (Hongrie, République tchèque, Slovaquie), partisans d'un statu quo.

"La France souhaite que nous aboutissions à un accord ambitieux aujourd'hui, permettant de doter l'Europe de règles efficaces", a déclaré pendant une première réunion la ministre française du Travail, Muriel Pénicaud.

L'objectif majeur de la révision des règles européennes encadrant le détachement -un système permettant à des Européens de travailler dans un autre pays que le leur, tout en réglant leurs cotisations sociales dans leur pays d'origine- c'est d'avoir un "salaire égal, à travail égal, sur un même lieu de travail".

En effet, dans la directive initiale datant de 1996, il est simplement spécifié que les travailleurs détachés doivent toucher le salaire minimum du pays d'accueil.

Les travailleurs détachés en Europe
Les travailleurs détachés en Europe ( Camille ROMANO / AFP )

Or, l'élargissement de l'UE à l'Est en 2004, avec l'arrivée de dix nouveaux pays aux niveaux de vie et salaires plus bas a bouleversé la donne, engendrant une concurrence déloyale entre entreprises, ainsi que du dumping social.

En révisant la directive, l'exécutif européen veut désormais que toutes les règles valables pour les travailleurs locaux s'appliquent aux détachés : ainsi, par exemple, si le pays d'accueil prévoit une prime de froid, de pénibilité, d'ancienneté, un treizième mois, ces bonus devront aussi leur être versés.

- 'Nous y arriverons' -

Posent cependant problème trois points, que l'Estonie -qui assure actuellement la présidence tournante de l'UE- s'est employée à régler en proposant des compromis.

Premièrement, la durée du détachement : l'exécutif européen a proposé de le limiter à 24 mois, mais la France, qui a réussi à convaincre l'Allemagne, les pays du Benelux et l'Autriche, plaide pour 12 mois. L'Estonie a suggéré 20 mois.

Deuxièmement, la date d'application de la nouvelle directive : Paris souhaiterait qu'elle s'applique dans les deux ans suivant son adoption. La Commission, comme l'Estonie, a proposé trois ans, les pays de l'Est réclament cinq ans.

Et troisièmement, le transport routier : ce dernier point est particulièrement délicat, car les pays de Visegrad, mais aussi l'Espagne et le Portugal, s'inquiètent des conséquences négatives de la réforme sur leurs chauffeurs.

Le président Emmanuel Macron, le 20 octobre 2017 à Bruxelles
Le président Emmanuel Macron, le 20 octobre 2017 à Bruxelles ( JOHN THYS / AFP )

M. Macron avait profité d'un sommet de l'UE jeudi dernier à Bruxelles pour évoquer ce dossier en tête-à-tête avec le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

L'Espagne comme le Portugal, qui n'ont que la France comme porte d'entrée par la route dans l'Union, effectuent des opérations de cabotage -une pratique qui consiste à quitter un pays avec un véhicule et à charger puis décharger, à plusieurs reprises, dans un autre pays- en France et concurrencent ainsi les routiers français.

L'Estonie propose en tant que compromis de continuer à appliquer aux chauffeurs routiers l'ancienne directive du travail détaché de 1996, jusqu'à ce qu'une autre réforme consacrée au transport routier spécifie les règles pour ce secteur.

A la première réunion des ministres, la ministre espagnole du Travail, Fátima Báñez, a semblé y faire un accueil plutôt favorable : "Peut-être que ce que propose la présidence, c'est une bonne solution (...) on progresse (...) si nous sommes tous généreux nous y arriverons".

Son homologue française, Muriel Pénicaud, s'est également montrée conciliante : "La France est aujourd'hui prête à prendre en compte les préoccupations d'autres pays (sur le transport routier, ndlr) et à examiner les voies possibles pour trouver un accord sur ce sujet".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

L'opération SQLI s'effectue au prix de 18 euros par action...

Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse d'Aedifica (une société immobilière réglementée publique de droit belge, cotée sur Euronext Brussels), relatif à un rachat…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…