5 373.23 PTS
-1.42 %
5 374.00
-1.27 %
SBF 120 PTS
4 314.09
-1.22 %
DAX PTS
12 622.03
-1.65 %
Dowjones PTS
24 987.47
-0.41 %
7 251.41
+0.00 %
Nikkei PTS
22 278.48
-1.77 %

L'UE ouvre une enquête approfondie sur le rachat d'Ilva par ArcelorMittal

| AFP | 289 | Aucun vote sur cette news
Usine Ilva le 27 novembre 2012 à Taranto, en Italie
Usine Ilva le 27 novembre 2012 à Taranto, en Italie ( DONATO FASANO / AFP/Archives )

La Commission européenne, gardienne de la concurrence dans l'UE, a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête approfondie sur le projet d'acquisition du sidérurgiste italien Ilva par ArcelorMittal, dont le siège est au Luxembourg.

La Commission a indiqué, dans un communiqué, "craindre que cette concentration ne réduise la concurrence en ce qui concerne un certain nombre de produits plats en acier au carbone (c'est-à-dire des rouleaux ou feuilles fabriqués dans de l'acier contenant du carbone, ndlr)".

"L'acier est un facteur de production essentiel pour de nombreux produits que nous utilisons au quotidien et les entreprises tributaires de l'acier emploient plus de 30 millions de personnes en Europe", a déclaré la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, citée dans le communiqué.

"Ces entreprises européennes doivent pouvoir se procurer de l'acier à des prix compétitifs pour affronter la concurrence sur les marchés mondiaux. C'est la raison pour laquelle nous allons mener une enquête rigoureuse sur l'incidence du projet d'acquisition d'Ilva par ArcelorMittal sur la concurrence effective sur les marchés de l'acier", a expliqué Mme Vestager.

De son côté, le groupe ArcelorMittal a indiqué, dans un communiqué séparé, qu'il allait "continuer à travailler étroitement et de manière constructive avec la Commission européenne" pour "faire comprendre la dynamique du secteur sidérurgique, l'environnement et l'économie locale".

"Nous entendons poursuivre le dialogue avec la Commission afin de trouver un accord sur cette opération dans les meilleurs délais", a ajouté ArcelorMittal.

L'exécutif européen se donne jusqu'au 23 mars 2018 pour décider si oui on non il va autoriser cette fusion. L'ouverture d'une enquête approfondie ne préjuge pas de l'issue de la procédure.

Le 19 octobre dernier, ArcelorMittal avait proposé des concessions à la Commission européenne "afin de répondre aux préoccupations de cette dernière" à propos du projet de rachat d'Ilva. Mais visiblement, la Commission n'a pas été convaincue par ces propositions, dont la nature n'a pas été dévoilée.

En juin dernier, le consortium AM Investco, emmené par ArcelorMittal, avait obtenu un accord final de Rome sur son offre de reprise d'Ilva pour 1,8 milliard d'euros.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2018

Sous pression...

Publié le 19/06/2018

L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de MICHELIN, entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call…

Publié le 19/06/2018

D'après les chiffres de Médiamétrie...

Publié le 19/06/2018

Déjà en position de force en Europe, AccorHotels entend encore accélérer en visant un rythme de 15 000 ouvertures de chambres par an dès 2019. C’est ce qu’explique aujourd’hui Le Figaro,…

Publié le 19/06/2018

Cogelec a progressé de plus de 1% hier pour sa première séance boursière dans un marché qui, lui, a abandonné près de 1%...