En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 958.58 PTS
+0.68 %
4 940.0
+0.62 %
SBF 120 PTS
3 949.23
+0.64 %
DAX PTS
11 180.83
+1.03 %
Dowjones PTS
24 465.64
+0.00 %
6 526.96
+0.00 %
1.140
+0.32 %

L'Italie inquiète l'UE et les marchés

| AFP | 795 | Aucun vote sur cette news
Photomontage fait le 10 mai 2018 des portraits des dirigeants de Mouvement 5 étoiles (M5S) Luigi De Maio et de la LIgue MAtteo Salvini
Photomontage fait le 10 mai 2018 des portraits des dirigeants de Mouvement 5 étoiles (M5S) Luigi De Maio et de la LIgue MAtteo Salvini ( Tiziana FABI / AFP/Archives )

Les craintes de voir l'Europe s'engouffrer dans une nouvelle crise augmentaient en Europe et sur les marchés face à l'évolution politique de l'Italie, pays fondateur de l'UE et de l'euro, en passe d'être dirigé par un gouvernement populiste et eurosceptique.

Les avertissements de la part de dirigeants européens se sont multipliés ces derniers jours à l'intention de la coalition anti-européenne qui se met en place à Rome.

D'autant que cette dernière ne cache pas ses intentions de pratiquer une politique de relance en laissant déraper le déficit public et la dette, au risque de provoquer une crise de l'euro.

Le président italien Sergio Mattarella a demandé mardi de nouvelles consultations avant de décider s'il accepte ou non de nommer Guiseppe Conte, un juriste inconnu du grand public proposé par la coalition formée par le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite) pour diriger le gouvernement. Son refus imposerait de nouvelles élections.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'est refusé mardi à tout commentaire dans l'attente de sa décision. "Nous comprenons que le processus constitutionnel est en cours et nous attendrons qu'il soit terminé", a déclaré son porte-parole Margaritis Schinas.

Mais plusieurs membres de la commission ont dit leur préoccupation. "Il y a quelque chose d'inquiétant, oui", a ainsi déclaré la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, avant une réunion ministérielle mardi à Bruxelles.

Mardi, l'euro était stable face au dollar, après avoir atteint la veille un plus bas depuis mi-novembre.

A 14H35 GMT, la Bourse de Milan était en baisse de 0,13%, tandis que le spread - l'écart très surveillé en Italie entre les taux d'emprunt italien et allemand à dix ans - qui était un temps descendu, était remonté à 181 points.

Dans un entretien publié mardi dans le quotidien économique allemand Handelsblatt, le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis a lancé une mise en garde.

"La Commission européenne ne se mêle pas par principe de la politique nationale. Mais pour nous, il est important que le nouveau gouvernement italien maintienne le cap et mène une politique budgétaire responsable", a déclaré le commissaire Letton, chargé de l'euro au sein de l'exécutif européen.

"L'Italie a l'endettement public le plus élevé de la zone euro après la Grèce", a-t-il rappelé, alors que le coût d'emprunt du gouvernement italien pour financer ses déficits sur les marchés financiers s'est accru ces derniers jours.

Italie : le poids de la dette
Italie : le poids de la dette ( Alain BOMMENEL / AFP )

"Nous ne pouvons que conseiller de maintenir le cap en matière de politique économique et financière, de promouvoir la croissance via des réformes et de maintenir le déficit budgétaire sous contrôle", a dit le vice-président de la Commission.

Mardi, un haut responsable de la zone euro a prévenu Rome, deux jours avant une rencontre des ministres des Finances des 19 pays ayant adopté la monnaie unique à Bruxelles :"Pour chaque pays de l'UE, il y a des règles et elles valent aussi pour l'Italie".

Ces avertissements répétés agacent les chefs des deux forces de la coalition italienne. "Laissez-nous commencer d'abord, ensuite vous pourrez nous critiquer, vous en aurez tous les droits, mais laissez-nous commencer", a déclaré lundi soir Luigi Di Maio, le jeune chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S).

Matteo Salvini, le patron de la Ligue, cherche pour sa part à calmer les craintes. "Ils ne doivent pas s'inquiéter, le gouvernement dont nous ferons partie veut faire croître et repartir l'Italie, en respectant toutes les règles et les engagements".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

A moins de 24 heures d'une réunion extraordinaire du conseil d'administration du constructeur japonais, certains membres refuseraient de se prononcer sur l'éviction de son Président...

Publié le 21/11/2018

Alors que la guerre des prix fait rage dans les télécoms, la possibilité d'une éventuelle consolidation du marché se pose. "On a atteint des pratiques de marchés sans équivalence en Europe",…

Publié le 21/11/2018

Foot Locker a fait état d’un résultat net de 130 millions de dollars au troisième trimestre, contre 102 millions un an auparavant. Le bénéfice par action est ressorti à 0,95 dollar. Quant aux…

Publié le 21/11/2018

Lectra s'adjuge 2,4% à 18,8 euros alors que le groupe a livré au groupe autrichien iSi Automotive une machine FocusQuantum FT6K...

Publié le 21/11/2018

Mais la situation pourrait évoluer